Louis Guédet

Mercredi 3 juillet 1918

1391ème et 1389ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Orage hier soir, pluie. Il y avait deux mois qu’il n’était tombé d’eau. Parti ce matin à 5h1/2 pour Châlons. Vu pas mal de monde, Liance, notaire à Rosnay, mobilisé aux autos 48, rue Grande Étape à Châlons, le Commandant Barot qui m’a dit que nous allions attaquer côté Champagne et côté Oise, Villers-Cotterêts, pour rescinder (annuler, en parlant d’un acte judiciaire) la poche de la Marne ! Puisse-t-elle réussir cette attaque !! Il m’ajoutait que tout le monde en a assez, et je ne serais pas surpris que la Guerre soit finie dans six mois d’ici. Vu Bauny, Directeur de l’Enregistrement, Thomas Receveur qui va à Lyon où ses archives sont envoyées. Vu Mullard, des Postes, qui est furieux contre Dorlhac de Borne son Directeur à Châlons. Rentré à 5h, après avoir rencontré le comte de Riocour à Vitry-la-Ville. Causé longuement des événements qu’ils trouvent bien angoissants et bien lassants.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 3 – Mgr Neveux va à Paris. Visite de M. le Curé de Cumières

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 3 juillet

Nous avons exécuté plusieurs coups de main, notamment à l’ouest de Hangard et au sud d’Autréches et ramené des prisonniers.
Au sud de l’Ourcq, nos troupes, au cours d’une opération locale, ont enlevé la crête située entre Mosloy et Passy-en-Valois, réalisant une avance de 800 mètres sur un front de trois kilomètres. Nous avons fait 275 prisonniers dont 3 officiers.
Dans les Vosges, nous avons repoussé deux coups de main ennemis.
Les Anglais ont repoussé une attaque sur un de leurs postes, dans le voisinage de Merris. Ils ont fait des prisonniers dans des rencontres de patrouilles sur plusieurs points du front.
Les Américains ont fait 36 prisonniers en Picardie, et repoussé avec pertes une forte patrouille ennemie dans la région de Château-Thierry. Ils ont rejeté un détachement ennemi dans les Vosges.
Activité d’artillerie sur le front belge (zones de Nieuport, de Dixmude et de Merckem).
Sur le front italien, vive canonnade dans la région d’Asiago. Les patrouilles de nos alliés ont harcelé l’ennemi et porté de gros dommages à ses défenses. Les escadrilles italiennes ont bombardé des centres de voies ferrées et des troupes en marche. Une vigoureuse attaque au mont Val Bella a donné aux Italiens la possession de cette avancée et 800 prisonniers. 3 avions ennemis ont été abattus.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button