Louis Guédet

Mardi 8 juin 1915 

269ème et 267ème jours de bataille et de bombardement

5h soir  Nuit calme, journée de même, température lourde et orageuse. Vu à la Mairie ce matin à diverses affaires de justice de Paix. Cette après-midi été à l’Enregistrement pour séquestre Louis de Bary et obtenir opposition. De là passé rue Dallier, 1, au bureau de la Place, pour serrer la main et féliciter le commandant Colas de sa nomination de lieutenant-colonel sur Place. Le brave commandant est loin d’être optimiste et n’a pas espoir que nous soyons délivrés bientôt. In petto il envisage encore un hivernage devant Reims ! J’avoue que j’en ai bras et jambes cassés. Il faut donc désespérer ! de tout !

9h soir  C’est un peu à contrecœur que je me vois obligé de consigner une petite réflexion que m’a faite cet après-midi un (imbécile) de confrère , actuellement musqué non embusqué, brigadier automobiliste au 6ème Corps du général Franchet d’Espèrey à Gueux qui venait me demander la gracieuseté de signer un certificat de vie pour une de ses tantes, qui en entrant eu cette réflexion lapidaire : « Comment, vous avez encore ces 2 pièces ? Je croyais que vous étiez plus « amoché » que cela et que vous n’aviez plus que votre cave comme habitation !!! » On ne peut être plus inconscient, je lui ai répondu : « Vous trouvez que j’ai encore trop de logement ? » Sur cela il a piqué un rouge et… bafouillé. Imbécile, va ! et voilà la mentalité de tous ces musqués là – non embusqués – pour la Gloire de la France !! Quelle Pitié !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Nuit très tranquille. Visite à Bouilly. Pas trouvé M. le Curé. M. le Maire. Mort de M. Wagnart, Doyen de Buzancy à Ay.

Visité l’Orphelinat de Bethléem, Château de Cormontreuil

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Renée Muller

le 8 orage, on parle que le 58ème chasseur à pied va venir remplacer le 411 ;

Renée Muller dans Journal de guerre d'une jeune fille, 1914

Voir la suite sur le blog


ob_3e4946_906-001


 

Mardi 8 juin

Violents combats au nord d’Arras. Lutte d’artillerie à Buval, Ablain, Souchez, Neuville et Écurie. Au Labyrinthe nous avons poursuivi notre marche vers le réduit central, en repoussant toutes les contre-attaques.
Au sud-est d’Hébuterne (à 20 kilomètres d’Arras), nous avons enlevé d’assaut deux lignes allemandes en faisant 400 prisonniers non blessés et en capturant des mitrailleuses. Nous avons relevé plusieurs centaines de cadavres ennemis.
Au nord de l’Aisne, l’ennemi a attaqué furieusement en amenant des renforts en automobile. Il a été refoulé, laissant 2.000 morts sur le terrain et 256 prisonniers entre nos main . Nous avons progressé entre Soissons et Reims, arrêté une offensive à Mesnil, en Champagne; à Vauquois, par représailles, nous avons aspergé de liquide enflammé les tranchées allemandes.
Un aviateur anglais a abattu un zeppelin entre Gand et Bruges.
Un zeppelin survolant la côte anglaise a tué cinq personnes et fait quarante blessés.
Les Russes ont franchi le Pruth, en Galicie orientale, et repoussé avec pertes une attaque de la flotte allemande dans le golfe de Riga.
Le mouilleur de mines français Casablanca a heurté une mine et a été coulé dans la mer Égée.

Share Button