Louis Guédet

Mardi 23 avril 1918

1320ème et 1318ème jours de bataille et de bombardement

10h matin  Beau temps, le baromètre remonte, nous allons avoir du beau temps.

Ma femme et Marie-Louise sont parties ce matin à 6h40 à Songy pour Vitry-le-François faire quelques courses et acquisitions. J’ai levé Maurice, qui est en ce moment en classe. Elles reviendront à 5h40. Je suis heureux qu’elles aient beau temps.

6h  Été rechercher ma femme et Marie-Louise à Songy avec Maurice. Rien appris d’intéressant. Travaillé toute la journée à la terminaison du partage Lepitre qui est prêt.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 23 – Visite de M. Abelé, de l’Aumônier militaire de Cumière. Visite à M. le Sous-Préfet, au Maire, à M. le Curé.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Mardi 23 avril

Activité d’artillerie particulièrement à l’ouest de l’Avre et sur les deux rives de la Meuse.
L’ennemi ayant prononcé une attaque sur un front d’un kilomètre à l’est de Saint-Mihiel, vers Seicheprey, avait pris pied dans quelques-unes de nos tranchées avancées. Des contre-attaques immédiates l’en avaient en partie rejeté. D’autres contre-attaques nous ont rendu la presque totalité de ces tranchées. Des unités américaines, combattant auprès des nôtres, ont repoussé une vive attaque allemande dans le même secteur. Plusieurs coups de main ont été effectués par nos troupes en Lorraine et dans les Vosges. Nos avions ont jeté quatre tonnes de projectiles sur le terrain d’atterrissage de Charpien et sur des bivouacs de la région Ham-Guiscard-Noyon. 1860 kilos ont été jetés dans la région de Roye et de Moreuil; soixante-dix appareils ont bombardé efficacement la gare de Saint-Quentin et les voies ferrées de Jussy. Les troupes anglaises ont exécuté avec succès des entreprises de détail au sud d’Hébuterne. Elles ont légèrement avancé leurs lignes, capturé trente-sept prisonniers et trois mitrailleuses. L’ennemi a attaqué un poste britannique au sud de la Scarpe. Il a été repoussé après un assez vif combat. Il a été également repoussé par l’artillerie au nord-est d’Ypres. Il a subi des pertes et laissé des prisonniers près de Robecq. Les Belges ont brisé une attaque entre le canal de Passchendaele et le grand Peverdyk.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button