Paul Hess

29 janvier 1918 – Pendant une promenade, vu les travaux de défense en cours d’exécution dans la ville.

Les boulevards Gerbert et de la Paix, sont couverts, de cha­que côté, par des fils de fer barbelés. De distance en distance, des chevaux de frise s’y trouvent disposés, prêts à obstruer entièrement tout passage. Les rues Houzeau-Muiron et César-Poulain, peuvent de même être barrées. Le boulevard Lundy et l’avenue de Laon ont un côté également garni de fils de fer et des poilus sont occupés à en poser dans les Promenades.

A 19 h 3/4, commence un bombardement en ville, par des pièces dont nous reconnaissons les détonations sonores pour les avoir déjà entendues à différentes reprises. Les explosions d’arri­vées de leurs obus sont très fortes et se répercutent longuement dans le silence, par un beau temps de gelée.

Plusieurs séances semblables, au cours de la nuit.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

cote : BDIC_VAL_050_081 voir le montage sur ReimsAvant :


Cardinal Luçon

Mardi 29 – Nuit tranquille. -1°. Beau temps. Bombardement violent sur batteries de 5 h. à 10 h., en réponse au tir de nos batteries (surtout de 7 h. à 10 h.). Toute la nuit une certaine activité.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 29 janvier

Nous avons réussi deux coups de main sur les tranchées allemandes en Champagne.
Nos détachements ont pénétré jusqu’à la troisième ligne ennemie et ramené des prisonniers, dont un officier et une mitrailleuse.
Canonnade réciproque assez vive en Alsace, dans la région de L’Hartmannswillerkopf.
Sur le front britannique, l’ennemi a effectué un coup de main sur un des postes avancés de nos alliés près de Langemark.

Une forte reconnaissance allemande a été repoussée au sud-est du Vergnier.
Activité de l’artillerie ennemie en différents points au sud-ouest de Cambrai, au nord de Lens et dans le secteur de Passchendaele.
Les aviateurs anglais de l’escadrille navale ont bombardé l’aérodrome d’Aertryke ainsi que le dépôt de munitions d’Engel. Les objectifs, obscurcis par les nuages ont empêché les aviateurs de se rendre compte exactement des résultats obtenus. Tous les aéroplanes sont rentrés indemnes.
Sur le front italien, rencontres de patrouilles dans le Vallarsa et dans la vallée de l’Astico. Actions efficaces de l’artillerie italienne, contre les positions ennemies dans le val Frenzela et le canal de Brenta.
Activité aérienne très vive sur tout le front. Un avion ennemi a été abattu par des aviateurs anglais. Un appareil ennemi est tombé sur les pentes méridionales du Montello. Les trois pilotes dont deux officiers, ont été capturés.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button