Cardinal Luçon

Lundi 14 – Nuit tranquille. Obus sifflent 8 h. 45 sur batteries ? Visite de M. Sainsaulieu ; M. Abelé, soldat, celui qui est marié.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 14 janvier

Canonnade habituelle sur notre front.
Rencontre de patrouilles au front anglais, dans la région d’Armentières.
Sur le front italien, engagements dans les régions du Tonale et de l’Adamello, et sur la Piave. L’aviation italienne a jeté 1600 kilos d’explosifs.
Les aviateurs anglais ont abattu quatre avions autrichiens; un cinquième, abattu par les aviateurs autrichiens, est tombé en flammes.
Le contre-torpilleur britannique Racoon a touché des rochers au nord de la côte d’Irlande, et s’est perdu. 22 hommes de l’équipage ont péri.
La relation maximaliste des nouvelles conférences de Brest-Litowsk établit que Trotski aurait tenu un ferme langage devant Kuhlmann et Czernin. Il aurait protesté contre l’annexionnisme pangermaniste, revendiqué pour la Lithuanie, la Pologne, la Courlande, l’Arménie, le droit de se prononcer librement sur leur sort, et réclamé la paix démocratique et juste.
La Russie continue à s’émietter. On annonce la formation d’un État d’Arkhangel qui comprendrait les gouvernements du Nord et irait jusqu’aux lisières de la Sibérie.
La situation alimentaire est devenue plus précaire que jamais à Moscou.

Source : la Grande Guerre au jour le jour


 

 

Share Button