Cardinal Luçon

Vendredi 2 – + 9°. Nuit tranquille ; pluie ; voyage à Châlons : service pour les soldats à la Cathédrale. Discours et reçu visite du Général Fayolle(1), du Général Gouraud ; du Préfet de la Marne. Rendu les trois visites. Visite au cimetière militaire où il y a déjà 6 000 tombes de soldats. Au retour, accident d’automobile : un cheval vient s’abattre sur notre auto, dans la forêt, un peu en deçà de Champilly (2 ou 3 km), parce que vu l’obscurité et le brouillard, notre conducteur ne voyait pas venir cet attelage, qui n’avait pas de lumière, mais qui était sur sa droite.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
(1) Général Fayolle. Ce Polytechnicien était en retraite en 1914. Il combat d’abord devant Nancy avant d’être engagé en Artois. En 1915, il s’empare de Carency puis remplace Pé­tain à la tête du 33′ Corps d’armée – En 1916 il commande la VIe puis la 1″‘ Armée. En 1917, il commande les forces franco-britanniques qui soutiennent les Italiens après leur défaite de Caporetto. En 1918, à la tête du groupe d’armées de réserve, il contient la pous­sée allemande, puis passe à la contre-offensive. Il entre à Metz le 19 novembre 1918. Il est fait Maréchal de France en 1921. Il est l’auteur de « Carnets secrets » fort savoureux.


Vendredi 2 Novembre

Lutte d’artillerie assez vive sur nos nouvelles positions en Be1gique et sur le front au nord de l’Aisne.
L’ennemi a tenté sans succès un coup de main sur nos petits postes au nord de Loivre (nord-ouest de Reims). De notre côté, nous avons réussi diverses incursions, dans les lignes allemandes, vers Berthénicourt (sud-est de Saint-Quentin), en Champagne, dans le secteur de Souain; en Argonne, dans la région de Bolante, et en Woëvre, au nord de Flirey. Nous avons ramené une quarantaine de prisonniers et infligé des pertes sérieuses à l’adversaire.
Sur le front britannique, l’artillerie allemande s’est montrée active pendant la nuit à l’est et au nord-est d’Ypres.
Nos alliés ont dispersé par leurs feux une concentration de troupes ennemies ver Passchendaele.
Trente avions allemands en plusieurs escadrilles, ont tenté un raid sur l’Angleterre. Trois seulement sont parvenus jusqu’à Londres, où l’on a compté 8 morts et 21 blessés.
Les troupes anglo-égyptiennes ont occupé Bir-Seba, en Palestine, non loin de Gaza.
Les Allemands ont continué, sur le front russe, l’évacuation de la presqu’île de Werder.
L’armée italienne, sous la protection de ses troupes de couverture, s’est retirée derrière le Tagliamento.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button