Cardinal Luçon

Samedi 24 – + 1 Io. Nuit tranquille, sauf canonnade vers 4 h. 30 ou 5 h. matin. Terminé le 1er volume de la Somme de saint Thomas, texte latin qui me montre une image dont le sujet est l’archevêque de Reims et la ville de Paris. Obus vers 7 h. soir : 6 dans le voisinage de M. Abelé, rue de la Justice, dont 2 ou 3 dans sa maison pendant qu’il soupait dans la cave.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Samedi 24 novembre


L’artillerie, est restée active dans les secteurs de Cernay et de Juvincourt. Nos feux ont enrayé une attaque ennemie sur la gauche des positions que nous avons conquises.
Nos patrouilles opérant vers l’Ailette ont ramené des prisonniers et infligé des pertes à l’ennemi. Au nord-ouest de Reims et en Champagne, des coups de main sur nos postes n’ont obtenu aucun résultat.
Sur la rive droite de la Meuse, la lutte d’artillerie s’est maintenue vive.
Les Austro-Allemands ont attaqué un point important sur le plateau d’Asiago. Cette offensive a été menée avec une violence extrême. La première armée ita1ienne a réussi à maintenir toutes les positions et à repousser l’adversaire, qui a subi des pertes élevées. 200 prisonniers ont été faits.
D’autres attaques ont été exécutées par les Austro-Allemands entre la Brenta et la Piave. Plusieurs positions ont été à plusieurs reprises perdues et réoccupées par nos alliés, qui sont définitivement restés maîtres du terrain. L’ennemi a subi de lourdes pertes.
Guillaume II a réuni un conseil de guerre à Berlin pour aviser aux moyens d’arrêter l’avance anglaise en Palestine.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button