Paul Hess

29 mai 1917 – Sifflements et bombardement serré dès le matin 4 h, vers le boulevard Charles-Arnoult.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Mardi 29 – Tir des Allemands sur Saint-Brice : chevaux tués ; hommes blessés. Tir sur la rue Passe-Demoiselles. Nuit tranquille ; + 13°. A 5 h. matin, bombes sifflantes (sur batteries ?). Item à 7 h. 30 : deux tués. Lettre à Mgr L’Évêque d’Angers (Recueil, p. 117).

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 29 mai

L’ennemi a renouvelé par deux fois ses attaques sur le Casque et le Téton. Il a été partout repoussé. Une troisième tentative a été arrêtée par nos feux. Un coup de main sur le Mont-Blond n’a pas eu plus de succès.
Sur la rive gauche de la Meuse, dans la région de la cote 304 et du Mort-Homme, l’artillerie ennemie a été très active.
Dans la région d’Uffholtz (Alsace), un de nos détachements, pénétrant jusqu’à la deuxième ligne ennemie, a constaté la présence de nombreux cadavres dans la tranchée allemande et ramené des prisonniers.
La lutte continue toujours avec violence sur le front austro-italien et spécialement sur le Carso. Nos alliés ont brisé plusieurs offensives ennemies et fait 156 prisonniers.
Les Anglais ont capturé des prisonniers et arrêté quelques tentatives allemandes.
Le président du Brésil a adressé un message au Congrès de Rio pour le solliciter de prendre une décision à la suite des derniers torpillages.
A Madrid a eu lieu un très important meeting où les représentants des différents groupements démocratiques se sont prononcés pour le rapprochement avec les puissances de l’Entente et pour la rupture avec l’Allemagne. A la sortie, un attentat a eu lieu contre le leader radical M. Lerroux, qui n’a pas été atteint.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button