Louis Guédet

Au mercredi 14 mars 1917 914ème et 912ème jours de bataille et de bombardement

9h soir  Rentré à 9h fatigué…  et surtout très attristé du départ volontaire au front de mon second fils Robert au 61ème d’artillerie. J’en recauserai, il va partir au front et aller pour quelques jours à St Martin, où je n’aurai pas la consolation de pouvoir l’embrasser une dernière fois, rentré que je suis de tout à l’heure. Trouvé un courrier formidable en rentrant. Je reprendrai ces huit jours demain, ce soir je suis trop éreinté. Avant-hier bombardement de 8h du soir à 8h du matin, surtout sur La Haubette. (Rayé) !! A demain si j’ai le temps la relation de tout ce que j’ai vu, fait, entendu depuis 8 jours.

En ce moment le calme.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 14 – Nuit tranquille, + 7° ; à 11 h, + 10°. Vers 9 h. quelques bombes sifflent (sur batteries ?). A 1 h. bombes sifflantes jusqu’à 2 h. 1/2. Aéroplanes français : tir contre lui. Visite de M. le Commandant Dagonet et de sa femme. Visite de M. Sainsaulieu, pour parler de la « Société des Amis de la Cathédrale ».

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 14 mars

En Champagne, l’artillerie ennemie, énergiquement contrebattue par la nôtre, a bombardé les secteurs de Maisons-de-Champagne et de la Main-de-Massiges. Les Allemands ont fait sans succès des tentatives à la grenade contre la cote 185, que nous continuons à tenir.

Sur la rive gauche de la Meuse, assez grande activité des deux artilleries. Nos tirs de destruction ont paru efficaces, notamment dans la région Avocourt-cote 304 et sur la rive droite au nord-ouest de Bezonvaux.

Les Anglais ont continué à progresser dans la Somme, les Allemands cédant à leur pression. Nos alliés ont gagné une profondeur de 1600 mètres sur un front de 1600. Ils ont occupé à l’ouest de Bapaume, le village de Grévillers et le bois Loupart. Ils ont également avancé dans le secteur de Gommécourt.

Canonnade sur le front du Trentin. Petites rencontres de patrouilles dans les vallées de Guidicaria et de Posina. Canonnade sur le front des Alpes juliennes, dans la conque de Tolmino. Les Italiens ont réussi un coup de main sur le Carso. Ils ont pris 24 hommes et une mitrailleuse.

M. Wilson a notifié aux puissances sa volonté d’armer les navires de commerce.

Le tsar a ajourné au 17 avril la réunion de la Douma et du Conseil de l’empire.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

avocourt

Share Button