Louis Guédet

Mercredi 4 octobre 1916

753ème et 751ème jours de bataille et de bombardement

5h soir  Mauvais temps, pluie toute la journée, les feuilles commencent à tomber. Bombardement ce matin vers le cimetière du nord. Je suis fatigué de ma journée d’hier. Vu Helluy du Courrier de la Champagne à 2h, causé de mes procès et de la molestation des habitants de Reims du chef du capitaine de Gendarmerie et des Gendarmes contre lesquels je me suis élevé hier. J’espère que le nommé Girardot, comprendra la leçon et sentira le soufflet que je lui ai appliqué hier. De là été aux Hospices, vu Guichard que j’ai de nouveau félicité, et le pauvre Gustave Houlon, bien affecté de la mort de son fils (Jean Auguste Houlon, soldat au 73ème RI, mort des suites de ses blessures le 29 septembre 1916), blessé mortellement dans la Somme et mort à Paris. Poussé de là jusqu’à St Remy, assisté au Salut de la neuvaine, et rentré chez moi par une pluie battante, tandis que cela « tapait » sur Pommery.

Reçu lettre de ma chère femme qui me raconte l’installation d’André chez l’abbé Valleret, 5, place St Étienne à Châlons où il va entrer en 3ème à St Étienne, mon vieux collège, comme externe. Elle m’envoie une lettre de Jean qui est bien embarrassé de savoir s’il doit permuter pour rejoindre son frère au 61ème ou rester au 25ème.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

4 octobre 1916 – Sifflements et obus boulevard Lundy, dans la matinée. Après-midi, nouvelles arrivées.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

 lundy


13


Cardinal Luçon

Mercredi 4 – Nuit tranquille ; quelques coups de canons français lourds. Projections. + 12°. Quelques canons français. A 3 h. bombes allemandes sifflent (sur batteries ?). Visite de M. Demaison, de M. et Mme G. Houlon. 4 h. 1/2 série de bombes sifflantes, allemandes (sur nos batteries ?). Visite à Saint-Benoît.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 4 octobre

Sur le front de la Somme, une attaque localisée de chaque côté de la route Péronne-Bapaume, nous a mis en possession d’une importante tranchée au nord de Rancourt. Nous avons fait 120 prisonniers dont 3 officiers.
Les Anglais ont exécuté un coup de main heureux au sud de Loos.
Sur le front d’Orient, les Serbes ont délogé les Bulgares d’une nouvelle arête montagneuse et l’ennemi a paru battre en retraite vers le nord. Trois villages ont été occupés par les Alliés au nord de Florina ; un quatrième, par les Anglais à l’est de la Strouma.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button