Louis Guédet

Mercredi 13 septembre 1916

732ème et 730ème jours de bataille et de bombardement

8h1/2 soir  Le grand calme, pas un coup de canon. Quelques schrapnels seulement. Temps maussade, gris, lourd, « mousinant » comme dirait Henri IV. Couru toute la journée pour reprendre langue avec tous nos services. Écrit beaucoup, bref je suis fatigué. Reçu pas mal de monde. Toujours les mêmes quémandeurs de conseils et geignards ! Il y a deux ans j’étais dans la joie, comme tous je croyais les allemands partis de la terre de France. J’avais dès le matin arboré nos couleurs en haut de la tour nord de la Cathédrale. Pauvre Cathédrale, 6 jours après elle flambait !! J’étais heureux, nous étions délivrés !! Et voilà deux ans après qu’ils sont encore à nos portes, nous bombardant, démolissant, incendiant, tirant, martyrisant !!!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

13 septembre 1916 – Le maire, M. le Dr Langlet, me fait appeler dans le courant de l’après-midi, au cabinet de l’administration municipale, où il se tient seul et m’annonce ma nomination de directeur-caissier du mont-de- piété, en me remettant copie de l’arrêté préfectoral du 31 août 1916, pris à cet effet.

Courte mais très agréable entrevue, qui me cause un réel plaisir.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

30-aout-1914-maire-prescrit-particuliers-poss-L-Ljr_9W


Docteur Langlet, maire de Reims


 Cardinal Luçon

Mercredi 13 – Nuit et journée tranquilles. + 14° ; temps couvert. Démission. Réunion de la Commission administrative de Bethléem. Orphelinat. Pluie le soir et la nuit.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 13 septembre

Bataille au nord de la Somme. Notre infanterie a prononcé une vigoureuse offensive sur un front de 6 kil. environ, depuis la région au sud de Combles jusqu’à la rivière. L’attaque s’est développée rapidement grâce à l’admirable élan de nos troupes, qui ont enlevé, en moins d’une demi-heure, la première ligne de tranchées allemandes. Poussant en suite à l’est avec la même vigueur, notre infanterie a enlevé la cote 145, les bois Marrières et tout le système des tranchées ennemies jusqu’à la route de Béthune à Péronne, que nous bordons depuis les lisières sud de Raucourt jusqu’au sud de Bouchavesnes. Plus au sud, nous avons poussé nos lignes sur la croupe 76, située à l’ouest de Feuillancourt. Le chiffre des prisonniers atteint 1500, dont de nombreux officiers.
Sur le front britannique, bombardement au sud de l’Ancre. Nos alliés ont fait 50 prisonniers. Ils ont abattu un avion allemand.
Les troupes franco-anglaises ont obtenu un double succès en Macédoine, sur la Strouma et le Vardar.
Les Russes ont enlevé une hauteur importante dans les Carpates boisées. Ils y ont fait plusieurs centaines de prisonniers.
Les Roumains ont progressé sur le Haut-Maros. Le général Averesco a été nommé général en chef de l’armée du Danube.
M. Zaïmis, président du Conseil de Grèce, a donné sa démission.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button