Cardinal Luçon

Samedi 8 – Nuit tranquille. Pluie continuelle. Pas dit messe. Quelques coups de canon durant la journée entre batteries. Visite du Général Cadou. Reçu ornements et linge d’autel d’Auch.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Samedi 8 juillet

Entre Oise et Aisne, un coup de main de l’ennemi dirigé sur une de nos tranchées près de Moulin-sous-Touvent a échoué.
Sur la rive droite de la Meuse, lutte violente dans la région de l’ouvrage de Thiaumont. Les attaques allemandes ont été toutes repoussées finalement et nous restons dans le voisinage immédiat de l’ouvrage. Les pertes de l’ennemi sont sérieuses. Bombardement dans le secteur au nord de Souville.
L’infanterie anglaise a continué sa progression en marquant des succès importants. Elle a pris d’assaut, au sud de Thiepval un ouvrage puissamment fortifié, dit la redoute de Leipzig.
Plus au sud, une brigade anglaise a enlevé de vive force 500 mètres de tranchées de première ligne et les défenses de l’ennemi devant Ovillers.
A l’est de la Boisselle, progression britannique sur un front de 1800 mètres et une profondeur de 500. Progression encore au nord de Fricourt. Une attaque de la garde prussienne à l’est de Contalmaison a été repoussée avec des pertes énormes. L’ennemi a laissé 700 prisonniers aux mains de nos alliés. Ceux-ci ont pris et reperdu Contalmaison.
Les Russes ont fait 19000 prisonniers en deux jours, progressant vers Baranovitchi, Kolki, sur le Dniester et dans les Carpates.
La Russie et le Japon ont signé un traité d’alliance où ils s’engagent à associer leurs forces pour combattre toute atteinte à leurs intérêts respectifs en Extrême-Orient.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


coltalmaison

Share Button