Cardinal Luçon

Mercredi 7 – Nuit tranquille. + 10°. 8 h. 45 bombes sifflantes au loin. Écrit à M. de Lausarzelle. Écrit au Cardinal Gasparri pour MM. Chopin et Péchenard (doyen de Boulzicourt) prisonniers civils en Allemagne.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

450_001


 

Mercredi 7 juin

Sur le front nord de Verdun on ne signale aucune action d’infanterie. Toutefois la lutte d’artillerie a continué avec violence dans la région Vaux-Damloup.
Le chef de bataillon Raynal, qui défend le fort de Vaux, est promu commandeur de la légion d’honneur.
Bombardement sur le front belge.
Les Russes ont fait, dans leur offensive du front de Galicie et de Volhynie, plus de 25000 prisonniers jusqu’ici, dont près de 500 officiers. Ils ont capturé 27 canons et 50 mitrailleuses. Les Autrichiens avouent que l’offensive a été puissante, que l’ennemi ne cesse de se renforcer, et que, sur certains points, ils ont reculé de 5 kilomètres.
La défensive italienne semble avoir brisé les attaques autrichiennes, aussi bien dans le val d’Astico que sur le plateau d’Asiago. En tout cas, la situation du général Cadorna s’est fortement améliorée.
Lord Kitchener, le ministre de la guerre britannique, a coulé avec son état-major à bord du croiseur-cuirassé Hampshire, près des Orcades. Il se rendait en Russie.
Le combat d’artillerie et de mines est devenu très intense dans les secteurs anglais du front français.
Le cabinet d’Athènes a protesté auprès de l’Entente contre la mise en état de siège du secteur de Salonique.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button