Cardinal Luçon

Lundi 17 – + 6° – Nuit tranquille jusqu’à 11 h. 1/2 ou minuit ; ensuite de temps à autre grosses bombes ou canon. Visite du P. Prudhommeau.Visite de M. Becker ; opinion du contrôleur : Reims pas obligé à Déclarations.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 17 avril

Au nord de Roye, une reconnaissance ennemie qui abordait nos tranchées a été dispersés par notre feu.
En Argonne, activité de nos batteries dans la région de Saint-Hubert et aussi sur les routes et cheminements allemands de la région Montfaucon-Malancourt.
A l’ouest de la Meuse, l’ennemi bombarde nos positions entre le bois de Malancourt et la cote 304. Nos batteries se sont montrées actives notamment à l’ouest du bois des Corbeaux et sur les points de passage du ruisseau de Forges.
Bombardement intermittent à l’est de la Meuse et en Woëvre.
A l’ouest de Pont-à-Mousson, nous dispersons de nouveaux convois.
Dans les Vosges, rencontres de patrouilles : une reconnaissance allemande est très éprouvée par notre feu au sud du col de Sainte-Marie-aux-Mines.
Les Russes accusent un sérieux succès sur la Strypa, où toutes les tentatives de l’ennemi pour leur reprendre les tranchées conquises sont demeurées vaines. Un taube a été accueilli à coups de fusil et a dû rebrousser chemin à la frontière de la Bessarabie.
Après six jours de combat, l’armée russe du Caucase a rejeté une forte offensive turque.
Les Italiens ont conquis les points culminants du massif de l’Adamello, à 3500 mètres au-dessus de la Vatteline.

Source : la Grande Guerre au jour le jour.


3 mars 1916 - Gabio sur la Suippes

Louis Delozanne, 3 mars 1916 – Gabion sur la Suippes

Share Button