Paul Hess

20, 21 mars 1916 – La 52e Division d’Infanterie de réserve est de retour à Reims, qu’elle avait dû quitter au début de novembre 1915. Elle est bien accueillie et se retrouve en pays de connaissance. Le ravitaillement de certains services on compagnies de l’un de ses régiments, le 320e, a lieu de nouveau place Amélie-Doublié.

— L’offensive allemande sur Verdun, qui dure depuis un mois, parait se ralentir ces temps derniers.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

214_001

Juliette Breyer

Lundi 20 Mars 1916. – J’ai eu une réponse de la rue de la Tutelle. Ils ne possèdent rien t’ayant appartenu. Donc aucune preuve de ton décès. En même temps j’ai reçu du dépôt le mandat de 150 francs mais comme adresse sur l’enveloppe ils avaient mis Mme Veuve Breyer. Sais-tu l’impression que cela m’a fait ! Il me semblait que ce n’était pas à moi qu’elle était adressée. Et vois-tu, je sens toujours que tu me reviendras.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne


Alfred Wolff

Bonetti, chancelier du conseil d’Italie nous apprend qu’il raccompagne le général Porro il y une semaine venu pour visiter Reims et son front. Ce matin et tantôt encore 4 ballons saucisses Boches sont en observation vers Reims.
Visite du Prince de Serbie qu’accompagne le général Joffre.

Du 3 septembre 1914 au 20 décembre 1916, Alfred Wolff, maître-tailleur spécialisé dans l'habillement militaire, raconte son parcours et ses journées en tant qu'agent auxiliaire de la police municipale. Affecté au commissariat du 2ème arrondissement (Cérès), il se retrouve planton-cycliste et auxiliaire au secrétariat. Il quitte Reims le 25 octobre 1914 pour Chatelaudren (Côtes du Nord), mais reprend son service à Reims le 6 novembre 1915.

Source : Archives Municipales et Communautaires de la Ville de Reims

Share Button