Cardinal Luçon

Samedi 5 – Retour à Reims. Bombardement ; ancien petit séminaire atteint.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 5 février

La journée a été plutôt calme sur notre front.
Notre artillerie lourde a exécuté des tirs sur une colonne d’infanterie, et sur des convois qui entraient dans Roye.
Nous avons bombardé les organisations allemandes en Champagne (région de Tahure et du mont Têtu), en Argonne (secteur de la Harazée) et en Lorraine (front Nomény-Morville).
L’activité a repris sur le front russe, aussi bien dans le nord qu’en Galicie, bien qu’aucun événement notable ne soit à signaler.
La tension est extrême entre l’Amérique et l’Allemagne, les négociations à propos du Lusitania étant à nouveau interrompues.
Le Parlement fédéral canadien à Ottawa a été la proie des flammes. Il s’agirait d’un crime allemand. Il y a six victimes.
Un zeppelin s’est perdu en mer du Nord.
Les régiments allemands remplacent les régiments bulgares à la frontière grecque.

 

Source : La Grande Guerre au jour le jour


 

423_001

Share Button