Cardinal Luçon

Samedi 8 – Nuit tranquille ; + 5 ; pluie ; matinée calme. A certains mo­ments grosse canonnade. Visite à Rœderer, aux sœurs, à M. Remi, aux vieillards.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Hospice Roederer


 

Samedi 8 janvier

En Artois, nous avons bombardé à nouveau la gare de Boisleux-au-Mont, au sud d’Arras, interrompant le trafic de la ligne.
Nous avons exécuté un tir de destruction efficace sur les positions ennemies du plateau de Nouvron, au nord-ouest de Soissons. Nous avons détruit deux postes allemands.
Canonnade active en Champagne. Nous avons dispersé un fort groupe de travailleurs au nord de Somme-Py et un convoi près de St-Souplet, et bombardé des tranchées vers Maison-de-Champagne et la Main-de-Massiges.
Dans le secteur de Vauquois (Argonne), une de nos mines a fait sauter un petit poste allemand.
A l’est de la Meuse, une de nos pièces a longue portée a jeté le désarroi dans une colonne allemande à Billy-sous-Mangienne, au nord d’Etain. Au nord de Saint-Mihiel, nos batteries ont provoqué des explosions.
Onze avions anglais ont exécuté un raid de bombardement à Sars ( route d’Albert à Daparno).
Les Communes anglaises ont voté en première lecture le projet du service obligatoire par 403 voix contre 105. Les trois ministres travaillistes ont démissionné.
Les Monténégrins ont repoussé les Autrichiens sur le front Berana-Rojai.
Les Italiens ont progressé autour de Riva (lac de Garde)
Share Button