Louis Guédet

Dimanche 16 janvier 1916

491ème et 489ème jours de bataille et de bombardement

8h soir  Temps brumeux froid. Pas un coup de canon. Cela devient monotone. Est-ce que nos voisins seraient comme leur Kaiser fort malades ? Ce serait presque à le supposer. Journée fort monotone pour moi. Messe à 8h rue du Couchant dite par l’abbé Landrieux (Mgr Landrieux évêque élu de Dijon), été rue de Vesle à la Poste qui est réinstallée dans son ancien local chez Poirier (Bains). Rentré travailler. Déjeuné à midi, à 1h reçu mon courrier, peu lourd heureusement, car en même temps m’arrivait mon Dossier de simple police, 96 procès, c’est peu auprès des audiences précédentes. On voit réellement que le peureux culotte de peau Capitaine de Gendarmerie Charles n’est plus dans nos parages. Revu encore les noms de nos Pandores qui aiment à embêter le civil. Hottier (J.M.Emile) maréchal des logis, Ouvré (Jules Emilien), Etienne (Jean), Jardin (Charles Justin), Pirlot (Albert), etc…  mais ils vont en prendre pour leur Rhume. Je leur conseille de se préparer à la potence, comme Ouvré, l’autre jour ils pourront serrer les poings. Quelles brutes aussi ampli…

Absence du haut du feuillet suivant.

…ront par contre pas à rougir de leur patron.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Dimanche 16 – Nuit tranquille ; + 5 degrés ; visite à la paroisse, aux soldats, aux prêtres soldats à Hermonville. Reçu la visite du Général Rousher, du Colonel de Germiny (ou Germigny) ; je n’ai pas pu aller à l’ambulance de (à l’entrée d’Hermonville) parce que pas de permissions ; mauvaise volonté (protestant peut-être ?). Prêché aux soldats à la messe. Visite au général.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 16 janvier

En Champagne, notre artillerie a dispersé des travailleurs ennemis et pris sous son feu un convoi en marche sur la route d’Auberive à Saint-Soupplet.
Échange de grenades à Vauquois, en Argonne. Canonnade à Woëvre.
Un avion allemand a jeté des bombes sur un camp grec, faisant des victimes.
Le chancelier allemand annonce que Guillaume II n’est pas alité, pour démentir le bruit qui avait couru de l’état critique du kaiser. Toutefois, la fête de l’empereur ne sera pas célébrée.
Les Autrichiens n’ont fait aucun prisonnier dans Cettigné, qui avait été évacué.
Le communiqué officiel britannique annonce que l’ennemi déploie une grande activité autour du camp retranché de Salonique.
Un contre-torpilleur italien a coulé un transport autrichien chargé de munitions, dans l’Adriatique.
La presse suisse réclame toute la lumière sur les faits reprochés aux colonels Egli et de Wattenwyl.
Les États-Unis vont faire procéder à l’arrestation de plusieurs milliers de marins allemands plus ou moins inculpés de complot.
Le cardinal Mercier, primat de Belgique, est arrivé à Rome.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Campement en Woëvre : [photographie de presse] / [Agence Rol] :

Share Button