Louis Guédet

Lundi 21 juin 1915 

282ème et 280ème jours de bataille et de bombardement

4h soir  Toujours le calme. Le temps est orageux, lourd. Gare la pluie et l’inondation pour moi.

Ce matin j’ai été voir à la Mairie (sous-préfecture) si mon passeport pour le train était arrivé. On me dit que ma demande avait été retournée pour me prier d’y joindre un mandat poste de 0,60 Fr pour le timbre dudit passeport ! que j’avais omis d’envoyer, et que du reste on ne m‘avait pas signalé comme nécessaire. Beauté de l’administration !! et de la paperasserie !! Maintenant quand le recevrai-je ? Obligeamment M. Martin me rendit le tout avec une enveloppe et sans refermer pour me permettre de prendre mon mandat et de l’y joindre et de faire porter le tout avant 16h.

Hors de cela rien, ou peu de choses. Été chez M. G. Hochet pour prendre ses notes sur l’occupation allemande. Rien, rien trouvé ou les chercher. Reçu une lettre de ma pauvre femme qui me dit que St Martin a encore de la troupe.

Reçu le dossier de 70 affaires de simple police à juger demain à 1h, après-demain, Allocations. Pourvu que j’ai un passeport jeudi matin.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

A 9h matin, aéroplanes français. Visite à Saint-Remi, avec M. Dage, rue dieu-Lumière avec M. le Doyen et M. Dage. A toutes les portes et cours à droite et à gauche.

Visite à l’Orphelinat Rœderer, Sainte-Geneviève ; au Fourneau Économique qui fonctionne activement à la grande satisfaction des clients qui m’ont remercié, Sœur Marie-Joseph, qui est très sourde, le tient. J’ai adressé quelques paroles aux braves gens attablés.

Reçu la visite de l’Abbé Hennequin, infirmier militaire.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Renée Muller

/ le 21 passe le commandant

nous allons nous 2 Maman à Taissy ; nous rencontrons le petit lieutenant et le major PLANTIER ami de Mr NOQUIES le lieut. MUGNIER nous accompagne jusqu’au palmier hier au soir, nous avons eu à dîner Mr BELVAL.

Hier 20 j’ai oublié de dire que Mr CRÉMIEUX nous a fait à tous des contes,

Le 21 passe le lieut. et le cap. je leur offre 1 rose –après-midi le lieut. d’Épinal vient avec un adjud. Nous buvons le champagne sous la véranda

Renée Muller dans Journal de guerre d'une jeune fille, 1914

Voir la suite sur le blog


château de Vrilly ; à droite le palmier dont parle Renée Muller

château de Vrilly ; à droite le palmier dont parle Renée Muller


Lundi 21 juin

En Artois, après avoir pris le fond de Buval, nous avons prononcé une attaque vers l’est, dans la direction de Souchez, et progressé d’un kilomètre. A l’ouest de l’Argonne, nous avons repoussé une violente attaque et fait des prisonniers. Sur les Hauts-de-Meuse, nous avons attaqué dans le secteur de la tranchée de Calonne, enlevé deux lignes ennemies et fait 70 prisonniers. En Lorraine, près de Reillon, nous avons enlevé un centre de résistance ennemi et repoussé trois contre-attaques. Nous avons fait une cinquantaine de prisonniers. Nous avons encore progressé sur la Fecht, et fait des prisonniers. Les Italiens ont remporté une victoire à Plava, sur l’Isonzo. Les Russes contiennent énergiquement les Austro-Allemands en avant de Lemberg. Ils ont progressé à la frontière de la Bessarabie et de la Bukovine. Un contre-torpilleur français a capturé, à bord d’un voilier, une mission turque qui se rendait en Lybie, probablement pour aller soulever les tribus contre l’Italie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button