Paul Hess

Bombardement, du côté du pont de Saint-Brice

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Vendredi 19 – Comme la veille. Bombes de 10 h à 12 h du matin, et de temps en temps

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims

Vendredi 19 mars
Progression de l’armée belge sur l’Yser. Action d’artillerie de la Lys à l’Oise, l’ennemi bombardant spécialement Notre-Dame-de-Lorette, Carnoy et Maricourt. En Champagne, gains sensibles pour nous au nord-est de Mesnil et dans la direction de Beauséjour, après un refoulement d’une offensive allemande. Nous enlevons deux tranchées et des prisonniers à Consenvoye, près de Verdun. Duel d’artillerie en Lorraine. Un de nos aviateurs bombarde Conflans. Gain de tetrain à l’Hartmannswillerkopf, en Alsace, où les pertes allemandes sont très considérables.
Un zeppelin a jeté des bombes sur la gare de Calais, tuant sept employés.
Les journaux officieux italiens déclarent que le cabinet de Rome ne laissera pas traîner ses négociations avec l’Allemagne. Il se confirme qne François-Joseph ferait de grosses difficultés pour céder le Trentin.
L’armée russe progresse sur les deux rives de l’Orgice, en Pologne, d’où elle espère bientôt chasser les envahisseurs. En Galicie, tous les efforts des Autrichiens sont brisés.
Le vapeur anglais Leeuwarden a été coulé à quelque distance de la côte hollandaise, par un sous-marin allemand. Mais deux autres ont pu s’échapper.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


ob_84c6be_saint-brice-cr
Share Button