...on est impitoyable à cause des espions qui pullulent ! Ma chère amie, je ne puis vous écrire qu’un mot à la hâte, car j’ai ici des occupations qui ne me laissent pas une minute.
Les deux frères de Ninon sont sous les drapeaux à Toulouse, l’un d’eux vit presqu’avec nous, et joint à cela un tas d’autres choses, je ne suis pas sans occupations.
Vous avez de la chance que M. Abat ne soit pas au feu, mais à son âge, il est plus que possible qu’on ne l’y enverra pas.
Mon cousin Jean, le fils, d’Eugénie, a été blessé; il est ici en ce moment dans sa famille, en convalescence, comme le petit Doumenjon, qui se promène en ville paraît-il.
Virginie n’a pas été atteinte par les obus, mais le concierge de sa belle-sœur et de son frère, qui au bruit, était sorti sur le pas de la porte de la maison, a été tué net.
J’ai de fraîches nouvelles du front, et de la ville d’Amiens par des connaissances qui en arrivent, et ce n’est pas très beau.
Mme Lajaunie a perdu son mari (pas à la guerre, celui-là, il avait 76 ans !)…
Je n’ai pas quitté Toulouse parce que les allemands ne sont pas entrés dans Paris (quand je vous verrai, je vous dirai par quel miracle ils n’y sont point entrés).
Ils étaient heureusement arrivés à Troyes en Champagne où le bon vin les a rendu un peu trop joyeux…
Il est très difficile de sortir avec Espéranza car malgré les sauf-conduits, on nous fait mille difficultés.
C’est ainsi que Mlle Pailhès a attrapé une contravention due à la fuite d’un employé de la Mairie.
Comme il faut absolument que j’aille à Fourqueraux(?), j’ai un tas de formalités à remplir à ce sujet.
Si vous venez à Toulouse, mettez-vous bien en
règle car on est impitoyable à cause des espions qui pullulent.

Amitiés…

ob_ba1bb2_n-oublions-jamais-800

Voici un courrier fort intéressant, mais qui n’est hélas pas daté ! Assez drôle, le rédacteur s’excuse tout d’abord de répondre en hâte, puis finalement, rempli chaque centimètres carrés de la carte avec un texte plutôt long ! De nombreuses nouvelles sont données, et souvent en rapport avec la guerre elle-même… cette « foutue » guerre est omniprésente dans la vie de tous les jours.

Le visuel de la carte postale nous montre encore une fois notre Cathédrale de Reims, représentée ici avant son martyr. Encore une carte de propagande pour montrer le crime commis par les Allemands :
Basilique chef-d’oeuvre de l’art-artistique, la Cathédrale construite au XIIIe siècle et terminée en 1430, qui était une vraie dentelle de pierre ornée de 5000 statues, tous nos rois se faisaient sacrer dans la basilique. Toutes les guerres l’avaient respectée.
Légendée Guerre Européenne 1914… on peut imaginer que cette carte a été envoyée vers fin 1914 – 19
15.

Un noter un détail intéressant dans cette correspondance, un aspect rarement évoqué, celui de l’espionnage, et des complications qui en découlent dans la vie de tous les jours.
La France semblait un peu retard dans ce domaine durant les premiers mois du conflit. C’est après la bataille de la Marne que le Grand Quartier général, sur ordre du général Joffre, créa le 2e bureau du service de renseignement, fonctionnement conjointement avec le 2e bureau de l’Etat Major des Armées, qui seront rejoints un peu plus tard par un 5e bureau. Ces services collaboraient avec la Sûreté générale, le Ministère de l’intérieur et la Préfecture de Police de Paris. Quand on voit la complexité de ce réseau, on comprend immédiatement la lourdeur de ce service secret « à la française ».
Tous les pays participants au conflit ont eu recours à l’espionnage… rappelons-nous la très célèbre Margaretha Geertruida « Margreet » Zelle MacLeod, alias Mata-Hari, néerlandaise, danseuse « exotique » au service de l’empire allemand ! fusillée le 15 octobre 1917 à Vincennes.

ob_63d191_mata-hari-0-480

Share Button