Lorsque le 19 septembre 1914 un obus incendiaire embrase la cathédrale de Reims, la cité entre dans la mémoire collective sous l’appellation de « ville-martyre ».

Pourtant, Reims acquiert au cours de la guerre une autre image, une autre consécration. Elle devient un symbole de la résistance militaire, par l’intermédiaire de la clef de voûte du système défensif que représente le fort de La Pompelle, situé à 5 km au sud-est de la ville.

Mais Reims est surtout le symbole de la résistance civile à l’égard des armées allemandes. En effet, malgré les 1 600 à 2 000 obus quotidiens qui s’abattent sur la cité pendant 1 051 jours, la ville n’est totalement évacuée que le 25 mars 1918. Pendant quatre ans, les Rémois vivent sous les bombes et incarnent cette résistance civile.

Meurtrie, la ville de Reims l’est essentiellement parce que le front stabilisé s’enroule autour d’elle du nord-ouest au sud-est.

Source : « Cimetières militaires et monuments aux morts de la Grande Guerre » collection Itinéraires du Patrimoine, Marne, n° 288.

Autochromes de Fernand Cuville et Paul Castelnau : culture.gouv.fr et « Autochromes 1914-1918 Couleurs de Guerre », Editions du Patrimoine

 

Petite Rémoise, fillette jouant à la poupée dans une rue, à côté d’elle fusils et sac de soldat. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Enfants jouant aux quilles Place Drouet d’Erlon. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Porteur de pain. (Castelnau 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Femmes, place Saint-Thimothée. (Castelnau 4 mars 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

 

Au Comptoir de l’Industrie  (Cuville 1917) :

1- Ouvrier au travail avec un étau sur pied.
2- Ouvriers au travail avec une chèvre et un palan.

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Deux vieux habitants de Reims : une vieille dame et M. Reiser, appuyés sur un petit chariot. Au deuxième plan, un portail endommagé par des balles. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Monsieur Jacques Régnier, Sous-Préfet de Reims, 1917. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Ramasseur de chiffons. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

La maison Rohart, le personnel et une charrette hippomobile. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Déménageurs. (Cuville 1917) : Est-ce la rue de Cernay ?

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Femmes portant des sacs de charbon, rue Clovis. (Cuville février-avril 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Scène de déménagement après un bombardement, boulevard Saint-Marceaux. (Castelnau 25 mars 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Livraison du lait, vue prise au coin des rues de Vesle et de Talleyrand ; charrettes à bras. (Castelnau 9 mars 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

 

 

Share Button