• Archives: Rue Boulard

Vendredi 5 octobre 1917

Cardinal Luçon Vendredi 5 – + 11°. Nuit tranquille. Pluie. Visite du Général Gaucher qui vient m’inviter à aller dîner avec lui et ses officiers à Champigny. Visite du Lieutenant de Jouvenel (de la famille Juvénal des Ursins) qui m’apporte des photographies, et me dit qu’il est de la famille de mon illustre prédé­cesseur, qui …Voir +

Lundi 30 avril 1917

Paul Hess 30 avril 1917 – Obus asphyxiant au cours de la nuit, vers la place de la République et la rue de Mars. Alerte aux gaz, à l’hôtel de ville, dans la journée et fort bombardement sur le quartier des rues Brûlée et Boulart, où M. Guillasse est tué. A 11 h 3/4, un …Voir +

Jeudi 2 mars 1916

Rue Lesage

Louis Guédet Jeudi 2 mars 1916 537ème et 535ème jours de bataille et de bombardement 8h soir  Je remonte de la cave où je suis descendu à 7h50. Une bombe était venue tomber à 20 mètres d’ici rue Boulard chez Houbart Frères (à vérifier), n°18. Dégâts, commencement d’incendie, peu de chose heureusement. Comme je descendais …Voir +

Dimanche 22 novembre 1914

Abbé Rémi Thinot 22 NOVEMBRE – dimanche – Matinée terrible. Pendant ma messe, les sifflements étaient ininterrompus… Et quelle raison, pour justifier une semblable sauvagerie ? quelle raison militaire? La nervosité des personnes qui ont résisté jusqu’ici est à son comble… On compte plus de 20 blessés et 5 morts. Extrait des notes de guerre …Voir +

Lundi 1er novembre 1914

Abbé Rémi Thinot 1er NOVEMBRE 1914 – dimanche – Triste Toussaint. Pauvre messe rue du Couchant ou Dazy le lunatique refuse de jouer un offertoire ! Vêpres minables. Bonne assistance cependant malgré les bombes qui tombaient en ville. M. le Curé a fort bien parlé à la messe sur le réconfort que la vision de la Toussaint devait …Voir +

Jeudi 3 septembre 2014

Abbé Rémi Thinot 3 SEPTEMBRE : Cette nuit a été d’un calme saisissant. L’autre nuit avait été remplie par le fracas des automobiles et des voitures. Tous les services publics, toutes les administrations « sévacuaient », selon l’expression d’une bonne femme. Dans l’après-midi du mercredi, on avait fait sauter les aiguillages et peut-être des ponts. C’en était donc …Voir +