• Tag Archives: M. Carret

Mardi 24 Avril 1917

Louis Guédet

Mardi 24 avril 1917

955ème et 953ème jours de bataille et de bombardement

8h1/2 matin  La nuit toujours mêmes combats et bombardement, pas très proche cependant. Beau temps, du soleil.

A 7h/ 7h1/2, au moment de me lever, bombardement tout proche par 2 à la fois. Je reste donc à la cave. J’y déjeune et je fais 2 lettres pour le remplacement d’une garde de scellés confiée à Colnart au n°39 de la rue Montoison, voisin de sa maison n°41, adressé à l’une Landréat et l’autre au commissaire central pour lui demander de me désigner un de ses agents en remplacement. Je suis à moitié engourdi, ne sachant que faire, ne pouvant sortir.

9h1/2  Le bombardement ne cesse pas. J’en suis tout frissonnant. Par quelles angoisses ne passe-t-on pas ? On s’attend à chaque sifflement, ou à chaque départ à être démoli ou touché. Nos tortures ne finiront donc jamais. Je crois cependant que nous avons suffisamment payé notre part, et ce serait bien le tour des autres à expier pour les autres. Et puis on ne voit pas la fin de cette situation, toutes les autres villes martyres sont dégagées et nous pas !! Ah ! nos État-majors auront été bien coupables…  criminels ! C’est à croire qu’ils ont désiré, voulu, la destruction de Reims. Car depuis 32 mois ils n’ont rien fait…  rien pour nous délivrer, tandis qu’ils sacrifiaient pour des gains inutiles nos hommes à profusion.

Ceux qui n’auront pas vécu durant quelques heures le bombardement ne sauront jamais les angoisses, les tortures où l’on passe. Avec le bombardement méthodique, mathématique qu’emploie le sadisme allemand pour mieux nous faire souffrir. On est là à attendre la prochaine bombe, et quand elle est passée, on attend l’autre en se demandant passera-t-elle plus loin, ou plus près ? Où tombera-t-elle ? Çà rapproche ! çà s’éloigne ! oui ! non ! Non !…  Oui !…  et cela pendant les 5 minutes d’intervalles que mettent les sauvages à nous envoyer leurs obus, et quand la dernière seconde approche, quel serrement de cœur ! quel brisement ! on suit la course impitoyable de l’aiguille de la montre ou du réveil qui, imperturbable, vous dit encore 30 – 20 – 15 – 10 – 5 – 2 – 1 seconde !!…  Et…  le coup part, l’obus siffle et tombe…  et cela à recommencer des heures et des heures !!…  Et l’on croit que nous n’avons pas assez souffert ?!!!…

Non ! vous tous qui n’y avez pas passé ! vous tous qui êtes indifférents à nos tortures, vous êtes biens, biens coupables !! Que Dieu vous préserve de vivre de pareils moments !

9h3/4  Cela continue toujours, de 5 en 5 minutes. Déjà presque 3 heures d’arrosage ! Et il fait si un beau soleil. Ce serait si bon de s’y chauffer, de vivre, de respirer un peu ! à ses rayons réconfortants, tandis qu’au contraire il nous faut rester dans la cave où il fait froid…  froid ! avec la Mort suspendue sur nos têtes !

11h  A 10h1/4 je me suis recouché sur mon lit. A 10h3/4 cela parait s’arrêter. Je vais remonter au jour, ce que je n’ai pas encore pu faire aujourd’hui !

4h1/4 soir  A 1h1/4 je sors pour aller au Palais prendre mon courrier et voir ce qu’il en est du bombardement de ce matin. Je ne tiens plus en place du reste. Cette vie de cave est trop énervante. Rue des Capucins, au commissariat, une bombe qui a démoli tous les derrières des maisons. M. Carret a été légèrement blessé à la tête et parait assez déprimé. Des bombes au Théâtre, Café du Palis, Lévy, Olza. Devant le parvis et le terrain de la prison 8 trous nouveaux énormes. Les 1er et 3ème clochetons de gauche aussitôt la tour nord, aux anges éployés sont démolis. Ils ont tiré carrément sur la Cathédrale, ce n’est pas niable. Pris mon courrier. 5ème ou 6ème déménagement de la Poste, qui demain s’installe à l’École Professionnelle rue Libergier. Quels froussards ! En tout cas ce sera plus près de chez moi, je ne m’en plains pas. En attendant un autre déménagement, ou la fuite éperdue ! Fait mon courrier dans la crypte. Touyard parle de se sauver aussi, çà va bien !! Je porte ma lettre place d’Erlon, 76, et rentre chez moi. Il fait un temps splendide et un soleil radieux plutôt chaud. Quel temps magnifique dont je ne puis jouir avec tranquillité !! Mon Dieu quand donc notre martyre finira-t-il ? Il est grand temps. Reçu lettre de Marie-Louise, finie par sa mère. Toujours aussi inquiète, il y a de quoi. Je ne sais plus que leur dire. Je suis remonté dans mon bureau pour écrire ces quelques lignes. Que c’est bon de travailler fenêtres ouvertes au grand jour. Mon Dieu ! faites donc que nous soyons délivrés bientôt !

8h1/2 soir  Le calme depuis 4h du soir. Je crois de plus en plus que notre fameuse offensive soit ratée et remise aux Calendes grecques !! C’est le sentiment unanime ici. Alors c’est à désespérer de tout et nos Généraux et État-majors sont tout justes bons pour nous piller, se saouler et faire ripaille. Dire que cela me surprend !!? Non, aucunement.

En remontant dans ma chambre tout à l’heure, je revoyais des objets que j’avais laissés là, et me souvenais de les avoir tenus, retenus, caressés presque, hésitant si je devais les prendre ou les laisser, lors de la panique et des heures terribles de la semaine de Pâques. On leur donne une âme à ces objets coutumiers, en prenant les uns et laissant les autres d’un regard caressant, on leur demande presque pardon de les laisser là, à la merci de la tourmente, de l’obus pulvérisateur ! de la tempête. Cela vous brise le cœur !! On sent que même les choses familières ont du…  cœur…  des âmes…  des choses qui vous sont attachées, et chéries. En ce moment, canonnade ordinaire, monotone, la canonnade du « statu quo ! » hélas.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

24 avril 1917 – Violent bombardement, à partir de 7 h. Il est toujours excessi­vement dangereux de se risquer dehors.

Encore des 305 sur la cathédrale ; ils y causent des dégâts de plus en plus considérables. Nouveaux entonnoirs sur le Parvis, dont les maisons sont disloquées.

Le théâtre, atteint près de la coupole, a été aussi fortement abîmé aujourd’hui.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos


Cardinal Luçon

Mardi 24 – + 6°. De 2 h. à 3 h., violentes canonnades françaises. De 7 h. matin à 11 h. 1/2, violent bombardement sur la ville, autour de nous ; Obus énormes tirés sur la Cathédrale, de 9 h. à 10 h. 15. La terre tremble : les maisons sont secouées à en crouler. Visite à la Cathédrale à 1 h. Elle est en ruines. Les voûtes sont écroulées en sept endroits. Le sanctuaire est rempli de décombres sous lesquels disparaît écrasé l’autel majeur.

Je me tenais sur le perron de la maison du côté de la Cathédrale. On disait que les Allemands voulaient abattre la tour nord…. je voulais voir. Quand j’entendais le coup de départ de l’obus à 15 ou 18 kilomètres au nord-est (vers Lavannes) j’avais quelques secondes, 7 ou 8, avant l’arrivée de l’obus : j’allais vite me mettre à l’abri dans le corridor où était mon lit ; là j’étais sûr que les obus destinés à la Cathédrale et dont le tir était parfai­tement réglé ne tomberaient pas sur notre maison qui est à environ 60 mè­tres de la Cathédrale. Je ne craignais donc que les éclats qui devaient entrer dans le corridor, par la porte vitrée, privée de verres et non close. Là j’at­tendais que la pluie d’éclats et de pierres fût… Le monstre accourait en rugissant, s’abattait sur la Cathédrale, la terre tremblait. Alors je retournais sur le perron. Je trouvais la Cathédrale enveloppée d’un nuage de fumée jaunâtre-verdâtre, couleur soufre. Le ciel était sans nuage ; le vent soufflait de l’ouest, emportait la fumée et je reconnaissais alors l’endroit où l’obus avait porté. Quand le coup de départ retentissait, je retournais dans mon abri, et là le dos courbé j’attendais la chute de l’engin. Le feu a… pendant une heure et un quart. C’est ainsi que j’ai pu par là être témoin oculaire du bombardement le plus violent de la Cathédrale, ce qui, après l’incendie, lui a fait le plus de mal.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 24 avril

En Belgique, l’ennemi a déclenché plusieurs attaques en divers points de notre front. Ces attaques ont été complètement repoussées par nos feux. Quelques fractions ennemies qui avaient réussi à pénétrer dans nos éléments avancés, en ont été rejetés immédiatement après un combat corps à corps. Les Allemands ont laissé des prisonniers entre nos mains.

Entre la Somme et l’Oise, nos batteries ont exécuté des tirs de destruction efficaces sur les organisations allemandes.

Entre l’Aisne et le chemin des Dames, nous avons réalisé quelques progrès au nord de Sancy.

La lutte d’artillerie a été particulièrement vive dans le secteur de la ferme Hurtebise.

Nos pilotes ont livré de nombreux combats aériens, abattant six avions ennemis. Un groupe de quatorze de nos avions a lancé 1740 kilos de projectiles sur des gares et des bivouacs de la vallée de l’Aisne.

Canonnade sur le front belge.

Les Anglais ont attaqué sur un large front, des deux côtés de la rivière Souchez. Les troupes ont progressé de façon satisfaisante. Nos alliés, au sud de la route Bapaume-Cambrai, ont pris une grande partie du bois d’Havrincourt.

En Macédoine, canonnade dans la région du lac Doiran et dans la boucle de la Cerna. Nous avons repoussé plusieurs attaques.

Source : La Guerre 14-18 au jour le jour

Share Button

Jeudi 12 avril 1917

Louis Guédet

Jeudi 12 avril 1917

943ème et 941ème jours de bataille et de bombardement

10h matin  Temps magnifique ce matin, il a plu et même neigé cette nuit. Bise vive et fraîche comme le 13 septembre 1914. Toujours cette obsession ! Donné mes lettres ce matin au Commissaire du 1er canton pour une automobile militaire. L’agent qui les a postées me dit que c’est remis. Ma chère femme aura ma lettre demain. M. Carret me disait qu’on lui avait dit que notre Trommelfeuer (feu d’artillerie roulant, pilonnage continu) commencerait probablement aujourd’hui vers 11h, qu’un prisonnier aurait déclaré à la Place que si nous voulions avoir des canons, nous n’avions qu’à nous dépêcher. D’autre part l’abbé Camu, que je viens de voir pour demander la messe de 7h de dimanche pour ce pauvre Jacques, me disait que le Père Cleisen (jésuite originaire d’Alsace) tenait d’un de leurs Frères attaché à l’état-major de la Division que les ordres qu’il copiait spécifiaient que l’on devait se tenir prêt à donner l’assaut samedi ou dimanche. Je pousse jusqu’à la Ville. Vu au Commissariat central pour organiser la fouille des victimes et qu’on me remit les valeurs et espèces que je ferai remettre à la Caisse des Dépôts et Consignations comme je l’ai dit plus haut. Mais ces gens-là sont annihilés, affolés. Je vois Raïssac qui m’approuve, mais me déclare que tout est désorganisé et ne peut rien faire. Je serre la main au Maire et à Houlon qui arrive. Il n’y a rien à faire avec ces gens-là ! La Mairie va s’installer dans les caves de Werlé, rue de Mars.

Bompas l’appariteur de la Chambre n’est pas encore parti. Lui aussi a été pris de panique, mais quel homme d’argent !!!! Je le croyais plus large que cela. Enfin on ne peut demander tout à un domestique, fut-il appariteur de la Chambre des notaires de Reims. Il a d’autres qualité, mais pas celle de la libéralité…  Quel pingre. Et s’il reste c’est avec l’espoir que la Chambre lui donnera de l’argent, il ne reste que pour cela.

Je passe aux Galeries Rémoises, rue de Pouilly, j’y vois Melle Claire Donneux, Bourelle, nous causons. Sont restés : ceux-ci avec Curt, Melle Lemoine et Melle Chauffert et 5/6 hommes de peine de la maison. Melle Claire m’invite à déjeuner aux Galeries Rémoises dimanche. J’accepte sous condition qu’on ne m’attendra pas.

A la Poste pas de courrier d’arrivé, j’irai ce soir si je puis. Rencontré là Villain qui est resté et installé dans la crypte, le Dr Gaube et l’ancien commis greffier Laurent. Nous causons surtout des pillages éhontés faits toujours par le 1er génie et le 410ème et 293ème de ligne. C’est une bande d’apaches approuvée par leurs (rayé) d’officiers. Ces gens-là déshonorent l’Armée et souillent leurs galons de vin et de boue. Bourelle me racontait que près des Galeries des soldats ivres avaient voulu chercher noise à 2 civils, et que ceux-ci, des « costauds », les avaient arrangés de la belle façon, à l’un ils lui ont broyé la figure à coups de talon ! Il avait voulu les larder avec son couteau de tranchée ! Des apaches !? enfin ! Je rentre à la maison vers 10h.

4h soir  Sorti à 2h par un temps frais, beau soleil. Été rue de Chativesle voir à la maison de Mme Gambart. Les voisins, M. et Mme Becquet (à vérifier) couchent à la cave et surveillent, me voilà tranquille de ce côté. Rien à la maison de Jacques, rue Jeanne d’Arc. Je vais à la Poste, Palais de Justice, prends mon courrier. J’y trouve 2 lettres du 10 de ma chère femme qui a de mes nouvelles des 8 et 9 avril. Elle se tourmente affreusement, pourvu qu’elle ne tombe pas malade. Je monte dans mon cabinet de la justice de Paix pour lui répondre, c’est ce que je ferai tous les jours maintenant, au lieu de revenir à la Maison et de reporter mes lettres soit à la Poste du Palais, ou plutôt chez M. Mazoyer, place d’Erlon, 76, qui se charge de faire mettre, par un de ses camarades mobilisé comme lui, mes lettres à la Poste, soit à Aÿ, soit à Épernay. Comme cela mes lettres arriveront dans les 2 jours, tandis que par la Poste elles mettent 4/5 jours pour arriver à destination, étant arrêtées par la censure. En descendant de la justice de Paix, je rencontre Risbourg (Amédée César Risbourg, comptable de notaire (1860-1932)), clerc de chez Mandron qui me dit que le 3ème d’artillerie lourde lui a tout pillé de ce qui lui restait d’épargné par l’incendie dans sa maison 77, boulevard Jamin (la famille reviendra habiter à cette adresse après la fin de la guerre), M. Delcroix, 69, même boulevard, me déclare que ces mêmes artilleurs du 3ème lourd lui ont pillé 400 bouteilles de Champagne, pour 400 F de conserves et tout son linge, et cela sous les yeux des officiers !

M. Rousseau, fabricant de cordes, rue Ruinart de Brimont 8 ou 10, voulant voir à sa maison, se heurte en entrant chez lui à un capitaine et à un lieutenant qui s’y étaient installés. Il veut entrer, ceux-ci le mettent à la porte en lui disant : « Vous n’êtes pas chez vous, nous sommes les maîtres ici !! » C’est parfait. Soudard !! De la boue, de la fange, que ces officiers. Ceci se passait hier 11 avril. J’écris mon rapport au Procureur de la République !

Porté ces lettres chez M. Mazoyer 76, place d’Erlon. Elles seront pour demain midi à Épernay.

Pas de journaux chez Michaud où je trouve porte close. En rentrant je rencontre Pierre Lelarge, place d’Erlon, nous causons, il me dit avoir vu du haut du campanile de l’Hôtel de Ville la bataille qui fait rage autour de Brimont. Cela lui a paru formidable, et les allemands répondent encore vigoureusement. Nous nous quittons en nous souhaitant pour bientôt la délivrance, « La Tamponne » (une cuite), dit-il en riant. Rencontré des soldats russes et français ivres. Lelarge est outré aussi des pillages ! La population est très surexcitée de cela. Je rentre et me mets à ces mots. Nos avions n’ont cessé de survoler Reims, ils sont très nombreux et très actifs. Ici hors le bruit de la Bataille nous sommes au calme, si seulement je pouvais coucher dans ma chambre. Ces nuits passées à la cave sont si pénibles. Voilà 7 nuits que je passe ainsi sans me déshabiller ! C’est fort pénible.

5h3/4  Je ressors vers 5h las de rester désœuvré, je vais jusqu’au Palais porter une lettre. Je m’informe des journaux : point. On me promet de m’en mettre un dans ma boite. Je demande à la porterie de l’Éclaireur de me procurer les numéros du petit format de ce journal qui est vendu depuis 3/4 jours. Je rencontre le Dr Gaube, nous bavardons…  pillage, il me disait qu’après m’avoir quitté ce matin il avait vu en rentrant chez lui rue Pluche, sortir de la maison incendiée de Baudot, huissier, des militaires avec des bouteilles de Champagne. Il me rapportait qu’un officier supérieur de la Place aurait répondu à un Rémois qui se plaignait à lui d’un pillage fait dans son immeuble par la troupe : « Tant qu’on ne m’aura pas assuré que le dernier Rémois a quitté la Ville, je ne croirais, alors seulement que ce sont des militaires qui vous ont pillé ! » Après cette réponse on peut tirer l’échelle.

Quand je me promène en ville je parcoure des rues entières sans rencontrer un être vivant. C’est lugubre !

9h soir  Nous nous couchons. Combat vers La Neuvillette, Champ de Courses, Bétheny, c’est un roulement continu. Je suis las ce soir. Vu au mur à réparer au 2ème jardin d’ici. On viendra demain faire une clôture en bois. Il fait froid, il pleut. On a froid partout et de partout. Autant descendre dans sa tombe chaque soir. Une fois suffirait. Quand donc pourrai-je reprendre mon lit, ma vie coutumière, vivre à la lumière.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

12 avril 1917 – Violente canonnade au cours de la nuit ; elle continue.

Bombardement sur le quartier Cemay, pendant la nuit et le faubourg de Laon, ce matin.

Des incendies qui paraissaient localisés, esplanade Cérès se sont rallumés et ont achevé de détruire la partie située entre la rue Cérès et le boulevard Lundy. Précédemment, le feu avait déjà con­sumé les maisons comprises entre la rue Rogier et l’esplanade.

Canonnade effrayante, vers 20-21 h.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Jeudi 12 – + 2°. Nuit bruyante, mais au loin. Visite aux Halles, où je suis acclamé ; à église Saint-André, rue Cérès ; maison du Grand Colbert. Après- midi, activité très grande dans la direction de Brimont, comme dans la ma­tinée. Beaucoup de bombes lancées à Reims (sur batteries ? ou en ville ?). A partir de 9 h., jusqu’à 10 h., bombardement très violent autour et près de nous. Obligé de me lever pour aller coucher à la cave. Pluie de débris de pierres projetés sur la maison, dans la cour et le jardin, par un obus qui renverse le pignon nord de la belle cheminée de la Salle des Rois ? (Le pignon… auquel était adossé ou appliqué cette cheminée). Toute la nuit du 12 au 13, activité des artilleries adverses, mais les obus tombent loin de nous. Dix obus sont tombés autour de la basilique de Saint-Remi aujourd’hui et cette nuit (12-13).

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Jeudi 12 avril

Lutte d’artillerie assez active dans la région de Saint-Quentin.

Au sud de l’Oise, l’ennemi, après un vif bombardement, a refoulé un de nos détachements au nord-est de Verneuil-sous-coucy. Nous l’avons rejeté immédiatement de nos positions par une contre-attaqne.

Activité marquée des deux artilleries dans la région de Berry-au-Bac et de la Pompelle, ainsi que divers points du front de champagne.

Au bois le Prêtre, nous avons exécuté des tirs de destruction efficaces sur les organisations ennemies.

La neige, qui tombe en abondance, a gêné les opérations sur le front britannique. Deux contre-attaques allemandes sur les nouvelles positions de Monchy-Le-Preux ont été rejetées.

Plus au sud, quelques éléments anglais ont pénétré dans les positions allemandes vers Bulcourt et ont fait des prisonniers. Contre-attaqués par des forces importantes, ils ont du se replier. L’assaillant a subi de grosses pertes.

Canonnade dans la vallée de l’Adige, sur le front italien.

La République Argentine a approuvé l’attitude des Etats-Unis et déclaré qu’au premier bateau torpillé, elle romprait avec l’Allemagne.

Source : La Guerre 14-18 au jour le jour

Share Button

Lundi 9 avril 1917

Louis Guédet

Lundi 9 avril 1917  Lundi de Pâques

940ème et 938ème jours de bataille et de bombardement

2h  Temps gris, maussade, du grésil, neige fondue. Toute la nuit bataille, bombardement, incendies. On affiche que tout le monde, tous ceux qui ne sont pas retenus par leurs fonctions doivent partir avant demain 10 courant midi, des trains C.B.R. et des voitures sont organisés pour cela. Devant le 1er Canton (Commissariat) de longs troupeaux d’hommes, femmes, enfants stationnent, attendant les autocars militaires et autres qui doivent les évacuer. C’est triste, lugubre, sinistre.

Un document est joint, c’est une feuille imprimée, avec en tête la mention manuscrite à droite :

Affiché le 9 avril 1917 au matin

AVIS

La Ville se trouvant, par suite des circonstances, dans l’impossibilité d’assurer le ravitaillement de la population, l’évacuation décidée par le Gouvernement et dont les habitants ont été prévenus DOIT S’EFFECTUER IMMEDIATEMENT.

NE POURRONT RESTER A REIMS, à partir du 10 avril, que les personnes qui y sont contraintes par leurs fonctions.

Des trains seront assurés à PARGNY, à partir de 6 heures du matin.

Les voitures pour EPERNAY continueront à fonctionner les 9 et 10 avril.

REIMS, le 8 avril 1917

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Je vais à l’Hôtel de Ville où je trouve Raïssac  et Houlon, Charlier, Honoré. C’est encore le désarroi. J’apprends que des incendies ont été allumés rue du Marc, faubourg Cérès, Mumm, Werlé, etc…  et pas d’eau !!!  Raïssac dit aux employés groupés autour de nous qu’ils les laissent libres de rester ou de partir. Alors un petit maigriot s’avance, disant qu’il préfèrent rester et qu’ils comptent sur la Municipalité pour les garder et les empêcher d’être compris dans l’évacuation, étant considérés comme étant obligés de rester de par leurs fonctions, selon les indications de la circulaire préfectorale et municipale dont j’ai parlé plus haut. A ce propos Houlon me confie que le sous-préfet Jacques Régnier est envoyé en disgrâce comme secrétaire Général de Marseille. Hier encore il était ivre à se tenir aux murs.

Restent à la Municipalité : le Maire Dr Langlet, les 2 adjoints Charbonneaux et de Bruignac, les conseillers municipaux Houlon, Albert Benoist, Pierre Lelarge, Guichard des Hospices, Raïssac secrétaire général de la Mairie, laquelle va s’installer, a été installée dans les celliers de Werlé, rue du Marc. Et moi, pour la Justice !!!! Tous les commissaires (central et cantonaux) restent aussi. La Caisse d’Épargne est partie ce matin. La Poste n’a pas fait de distribution, du reste le service de ses bureaux est déplorable au possible, c’est la peur dans toute sa laideur, ces ronds-de-cuirs si arrogants d’ordinaire ne songent qu’à fiche le camp. Il n’y a eu de réellement courageux que les facteurs, et on a cité à l’ordre ces lâches, mais pas les petits piétons qui seuls méritent cette citation.

En rentrant chez moi, tout le monde nous raccroche, Houlon, qui va aux Hospices et moi, pour nous demander s’il faut partir ou si l’on y est obligé. Ceux qui ne sont pas intéressants on leur dit de partir, aux autres on laisse entendre qu’ils peuvent rester, à leurs risques et périls. Rencontré Guichard rue Chanzy, devant le Musée. On cause. Nous poussons à la roue son auto qui ne veut plus repartir…  Elle démarre et il file.

Houlon me dit que l’entraide militaire nous assurera le pain – et les biscuits – Je réclame pour mon voisinage bien réduit : Melle Payart et Melle Colin, 40, rue des Capucins. Morlet et sa femme gardiens de la maison Houbart, rue Boulard, et mes 3 compagnes d’infortune Lise, Adèle et Melle Marie, qui est une commensale (personne qui mange habituellement à la même table qu’une ou plusieurs autres) de la maison Mareschal, c’est elle qui nous a donné les lits sur lesquels nous couchons à la cave. Je les rassure, elles ne veulent pas me quitter et se reposent sur moi. Rentré à midi, on mange vite, car la bataille qui grondait vers Berry-au-Bac s’étend vers nous. Bombardement. On s’organise et notre refuge peut aller, avec la Grâce de Dieu et sa protection.

Ce matin j’ai demandé à l’Hôtel de Ville et au Commissariat central la copie d’une affiche. Tous ces braves agents de police sont heureux de me voir et de savoir que je reste avec eux. De tous ceux-là c’est encore mon commissaire du 1er canton M. Carret et son secrétaire, qui me parait le plus calme.

1h après-midi  Neige, grésil, sale temps. J’esquisse une sortie, mais comme je causais avec le papa Carret au milieu de la foule qui attend les autos, des obus sifflent. Flottement, courses vers les couloirs pour s’abriter. Je reviens sur mes pas et rentre, c’est plus prudent. Çà siffle, çà se rapproche, shrapnells, bombes, etc…  Nous sommes tous en cave, groupés l’un près de l’autre. J’écris ces notes pour tuer le temps et me changer les idées qui sont loin d’être couleur rose !!

Ci-après une Note manuscrite rédigée dans les caves de l’Hôtel de Ville sur une feuille de 8,5 cm x 11 cm au crayon de papier.

9 avril 1917  11h

Sous-préfet nommé en disgrâce comme secrétaire général de Marseille. Incendies partout, impossible de distinguer ou dénombrer. Marc – Cérès – Werlé – Moissons –

C’est la panique du haut en bas. Restent le Maire, 2 adjoints, Houlon, Guichard et moi, la police, Raïssac, beaucoup s’en vont.

La Caisse d’Épargne part, et la Poste ne promet plus rien.

12h Bataille et bombardement

12h20 La Bataille cesse. Nous déjeunons en vitesse, car gare le choc en retour.

Affiche conseillant l’évacuation avant le 10. Tout le monde s’affole. Les autos militaires se succèdent. Devant le Commissariat du 1er canton ou le peuple se groupe pour partir, le service se fait bien grâce à M. Carret qui lui ne perd pas le nord ni son secrétaire.

1h la bataille recommence. Du grésil, de la neige, tout s’acharne contre nous, j’ai froid, il fait froid.

Les laitières font leur service.

Reprise du journal

Pas de courrier à midi. Nous voilà coupés du reste du monde et demain à midi le tombeau sera refermé sur nous !

9h  La bataille continue toujours et sans cesse. Avec Houlon nous nous sommes bien amusés avec le Père Blaise, rue des Telliers, qui nous arrête pour nous demander s’il est obligé de partir. Il gémit, et dans ses lamentations il nous dit qu’il a des provisions pour un mois et qu’il veut rester, nous lui répondons que cela le regarde, mais qu’il vaudrait peut-être mieux qu’il parte. Il ne veut rien entendre, puis il ajoute : « Pouvez-vous me dire si çà durera longtemps ??!!!… !! » Nous lui éclatons de rire au nez, comme si nous le savions !!!!

Le curé de St Jacques et ses vicaires partent, parait-il, cela m’étonne !! L’abbé Camu et les vicaires généraux, Mgr Neveux, restent avec son Éminence le cardinal Luçon. Je m’en assurerai dès que je pourrais.

Écris à ma femme, ce qu’elle doit être inquiète… !! J’écris aussi à mon Robert qui est vers Berry-au-Bac. Pauvre petit, chaque coup de canon que j’entends de ce côté et combien me résonne au cœur. Je crois que nous allons ravoir de l’eau, un souci de moins, cela m’inquiétait. Elle recommence à couler un peu.

8h1/2 soir  A 5h je n’y tiens plus, du reste la bataille cesse à 5h1/2. Je vais au Palais et je visite l’organisation des Postes, dans la salle du Tribunal (audiences civiles). Dans la crypte dortoir des facteurs et des employés, rien ne leur est refusé. Je trouve Touyard, le concierge, qui fait sa cuisine auprès du bureau du Directeur des Postes !! Ce qu’il y a dans cette crypte c’est effrayant !! Dossiers, mobiliers, cuisines, bureaux, dortoirs, etc…  etc…  l’Arche de Noé. Je me renseigne sur Villain dont j’ai trouvé le greffe fermé, il paraitrait qu’il partirait demain, cela m’étonne ! Je veux mon courrier non distribué aujourd’hui. Impossible de la trouver. Je laisse 2 lettres à la Poste. Je quitte le Palais, vais aux journaux, on n’en distribue plus chez Michaud. C’est le désert dans tout Reims ! Je me suis renseigné sur le service des Postes. Il faut que les lettres soient remises au Palais avant 9h, et il faut aller y chercher soi-même son courrier à partir de 10h. Les facteurs ne distribuent plus les lettres à domicile. Mais aurons-nous encore une Poste ces jours-ci.

Je vais pour voir l’abbé Camu, curé de la Cathédrale, et je rencontre M. Camuset, nous causons un moment et il me confirme ce que je savais par la Municipalité, le Général Lanquetot qui est son ami lui a déclaré ce matin qu’il ne pouvait obliger qui que ce soit à partir de Reims. La question est donc réglée. Je vois un instant l’abbé Camu qui me dit que le Cardinal a donné l’ordre à son clergé de rester, sans exception. Donc ce qu’on m’avait dit du curé de St Jacques et ce qui m’avait étonné était faux. J’en suis heureux. Je rencontre Melle Payard et son Antigone Melle Colin, navrée la première, furieuse la 2ème de ce que leur curé veut qu’elles partent. Elles me proposent leurs provisions, j’accepte. Elles doivent me les apporter ce soir si elles partent définitivement. Je rentre à la maison par le calme, les avions et les quelques rares coups de canon n’ayant pas d’intérêt. C’est la même monnaie courante.

Restent encore comme conseillers municipaux Albert Benoist, Pierre Lelarge.

Après le grésil, une vraie tempête, de 3h1/2. Le temps est splendide, mais froid. A ce moment-là tout s’emmêlait, la tempête des éléments et celle des hommes.

Rentré chez moi, je trouve Adèle dans le marasme, le cafard, la peur je crois. Nous causons avec ses 2 compagnes. On met la table et nous dînons rapidement, on ne sait jamais !! Mon monde devient moins triste et moins lugubre. Après dîner je fais un tour dans le jardin, je vois la brèche du mur et je décide d’aller m’entendre avec Champenois, le menuisier, rue Brûlée. C’est entendu, il clôturera cette brèche d’ici 2 ou 3 jours. Je repasse par la rue du Jard remplie de décombres ou sont les Déchets (usine de traitement des déchets de laine). C’est lamentable. Je cause avec Mme Moreau la fleuriste et lui demande si son mari pourra venir replanter 2 ou 3 thuyas et arbustes déplantés par l’obus qui est tombé dans la fosse à fumier près de la serre, et qui a fait une brèche dans le mur mitoyen qui nous sépare de la société de Vichy. Mais ils partent demain. Je ferai ces plantations avec un aide quelconque, le Père Morlet, brave concierge des Houbart, et Champenois au besoin.

Rentré à 8h. A 8h1/4 nous descendons nous coucher. Ordinairement on monte se coucher, mais hélas c’est le contraire aujourd’hui et pour combien de temps ??

Voilà ma journée. Je vais aussi me coucher, nos voisins dorment déjà, il est 9h. Le calme, puisse-t-il durer, durer toujours !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

9 avril 1917 – A la mairie, dans la matinée, suite du déménagement des ar­chives du bureau de la comptabilité, dans les pénibles conditions de la veille.

Des collègues, Cachot et Deseau de l’Etat-civil, Montbmn, du Bureau militaire, s’inquiètent également et trouvent prudent, à leur tour, de ne pas laisser en place, au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, les plus importants documents de leurs services. Ils les des­cendent aussi pour les déposer dans un endroit du sous-sol.

— Nouveau bombardement très serré, au cours de l’après- midi, dans le quartier de la place Amélie-Doublié. Pendant les préparatifs de départ de ma sœur, vers 17 h 1/2, les obus se rap­prochent et, un aéro venant à se faire entendre alors que nous sommes fort occupés dans la maison n° 8, nous descendons rapi­dement, par instinct de méfiance, avec l’intention de gagner direc­tement la cave, sans courir ainsi que les jours précédents jusqu’à celle du n° 2. Bien nous a pris de ne pas sortir au dehors, car nous sommes arrivés à peine au bas de l’escalier que cette maison n° 2 reçoit un nouvel obus, qui éclate dans le grenier, déjà mis à jour par celui d’hier, et projette au loin les pierres de taille de son cou­ronnement.

Aussi, après être retournés bâcler prestement quelques pa­quets, nous quittons définitivement, ma sœur et moi, la place Amélie-Doublié vers 18 heures. Pour mieux dire, nous nous sau­vons de l’appartement qu’elle y occupait au n° 8, en abandonnant son mobilier. Elle a pu retenir une voiture qui viendra la chercher demain matin, aux caves Abelé, où nous nous rendons, mais elle désirerait emporter de Reims tout le possible en fait de linge ; cela ne facilite pas les choses, en ce sens que notre course qui devrait être très rapide en est considérablement ralentie. Le trajet que nous voudrions beaucoup plus court et que nous devons effectuer en vitesse, sous le bombardement, par l’impasse Paulin-Paris, le talus du chemin de fer à descendre et les voies à franchir est bien retar­dé par l’encombrement et le poids des colis à porter. Celui que j’ai sur les épaules me gêne terriblement, car les obus tombent tout près et il m’empêche d’accélérer l’allure ; j’ai des velléités de l’en­voyer promener sur les rails, dont la traversée ne finit pas. Enfin, nous parvenons au but vers lequel nous nous dirigions, le 48 de la rue de la Justice, où grâce à l’obligeance d’un excellent voisin qui nous attendait là, en cas de danger imminent, nous pouvons nous reposer dans une installation confortable offrant, en outre, des garanties de sécurité que nous sommes à même d’apprécier.

Nous dînons aux caves Abelé, puis nous y passons la nuit.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos


Cardinal Luçon

Lundi de Pâques, 9 – Faubourg Cérès incendié totalement, Maison des Sœurs du S. Sauveur y compris. Tout le monde fuit. M. Dardenne dit qu’il est bien tombé 10 000 obus ; 30 au Petit Séminaire. A 2 h. reprise du bom­bardement ; canonnade française. Continuation du bombardement un peu loin de nous. Je n’entends pas siffler les obus. A 2 h. nuée de grêle ; à 3 h. 1/2, nuée de neige. Nos gros canons commencent à se faire entendre. Ils ton­nent depuis trois heures jusqu’à 7 h. et reprennent encore après. Presque toute la nuit ils parlent de temps en temps. Les Allemands envoient quel­ques bombes, mais beaucoup moins que les jours précédents. Un ou deux incendies. Évacuation prescrite.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 9 avril….début de la bataille d’Arras

En Belgique, nos troupes ont pénétré sur deux points dans les positions ennemies de la région de Lombaertzyde. De nombreux cadavres allemands ont été trouvés dans les tranchées bouleversées par notre tir. Une tentative ennemie sur un de nos petits postes, au sud du canal de Paschendaele, a été repoussée à coups de grenades.

De la Somme à l’Aisne, actions d’artillerie intermittentes et rencontres de patrouilles en divers points du front.

Les Allemands ont lancé 1200 obus sur Reims : un habitant civil a été tué, trois blessés.

Dans les Vosges, coup de main sur une de nos tranchées de la région de Celles a été aisément repoussé. Une autre tentative ennemie sur Largitzen a coûté des pertes aux assaillants sans aucun résultat.

Des avions allemands ont lancé des bombes sur Belfort : ni dégâts ni pertes.

Les Anglais ont progressé vers Saint-Quentin, entre Selency et Jeancourt, et atteint les abords de Fresnoy-le-Petit. Canonnade très vive vers Arras et Ypres.

Guillaume II, par un rescrit, annonce qu’il opérera des réformes après la guerre dans la constitution prussienne, en révisant la loi électorale et en réorganisant la Chambre des Seigneurs sur une base nouvelle.

Source : La Guerre 14-18 au jour le jour

Share Button