• Daily Archives: 6 janvier 2016

Les masques contre les gaz asphyxiants…

Reims le 16 janvier 1916
Mon cher André
Je suis heureux de savoir que tu as pu aller passer quelques jours de permission près de Maman et des Sœurs,
et de vous savoir tous en bonne santé.
Ici, la situation est toujours sans changement, l’on vient de nous distribuer les masques contre les gaz asphyxiants
mais il faut bien espérer qu’on aura pas à s’en servir.
Marie ainsi que les enfants se portent toujours bien et se joignent à moi pour t’embrasser de tout cœur.
Ton
frère Georges.

ob_64e665_crime-de-reims-105-1200

Cette carte postale de Reims nous est proposée par notre ami et membre d’AMICARTE51, Jacki Pinon… elle nous montre une fois encore les destructions de la ville.
Cette carte est laconiquement légendée « Maison écroulée par un obus »… mais est-ce qu’un lecteur du blog saura localiser ce lieu dans Reims ? merci d’avance.

Quant à la correspondance au verso, encore une fois, on donne des nouvelles. Tout semble aller pour le mieux, que ce soit pour la famille qui se trouve « encore » à Reims, et le frère André, qui lui est soldat.
On apprend quand même que les masques à gaz ont été distribué !
Y a-t-il un rapport entre cette distribution est le fait que 10 jours plus tôt, le 6 janvier 1916, une unité de production de gaz asphyxiants ait été détruite près de Tahure, suite à l’explosion de plusieurs dépôts de munitions ?

Les gaz utilisés lors de la première guerre mondiale ont été très nombreux, cela allait du gaz lacrymogène bénin à des composés particulièrement toxiques, comme le phosgène ou le gaz moutarde, qui attaquaient la peau, les yeux et les poumons, et produisaient des lésions très graves, et la mort.
Pour s’en prémunir, de nombreux modèles de masques à gaz ont été utilisés, avec des résultats plus ou moins convaincants.
On imagine bien que celui photographié sur la carte ci-dessous, ne devait pas offrir une très grande protection !

ob_61d19e_gaz-01

Les hommes n’étaient pas les seuls à pouvoir disposer de masques à gaz, les chevaux et les mules, irremplaçables pour le transport, et même les chiens, qui assuraient des missions de messagerie.
Durant le premier conflit mondial, les pertes dues aux gaz asphyxiants ont été énormes, elles ont représenté 14% de la totalité de ces pertes, avec 88 498 morts et 1 240 583 blessés !

ob_417ff6_gaz-02

Mais l’humour et la dérision restent des éléments très importants pour garder le moral, et permettent également de « faire passer le message » !

ob_f4570a_gaz-03

Share Button

Jeudi 6 janvier 1916

Paul Hess

6 janvier 1916 – Dans l’après-midi, à l’hôtel de ville, il est procédé à la distri­bution au personnel, de masques devant préserver des effets des gaz asphyxiants.

Les habitants devront s’en munir dans les commissariats de police, les jours suivants.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Jeudi 6 – Nuit tranquille à Reims. Matinée tout à fait silencieuse. Visite de M. le Curé de Trigny ; du Père Lacroix. Visite à la Visitation et à l’Es­pérance.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Trigny

Trigny


Jeudi 6 janvier

Entre Soissons et Reims, nous avons canonné les batteries adverses et causé des dégâts importants aux ouvrages ennemis de la région au nord-est de Vailly.
En Champagne, après un violent bombardement, les Allemands ont prononcé une attaque entre la cote 193 et la butte de Tahure. Ils ont été repoussés. Nos tirs de destruction ont bouleversé les tranchées allemandes et provoqué l’explosion de dépôts de munitions.
Sur le front Belge, bombardement dans les secteurs de Mancappelle et de Steenstraete.
L’avance russe est confirmée autour de Czernovitz, en Bukovine, où la lutte a pris un caractère de particulier acharnement.
Bombardement sur le front italien. Nos avions ont jeté des obus sur les hangars de Guevgeli, à la frontière serbe.
La presse allemande et la presse bulgare prennent un ton comminatoire vis-à-vis de la Grèce.
M. Asquith, premier ministre d’Angleterre, a déposé aux communes le projet de service obligatoire qu’il a chaleureusement défendu.

 

Share Button