• Daily Archives: 21 décembre 2015

En 1914, j’avais 16 ans… (Livre)

Voici un nouveau livre à découvrir pour les rémois passionnés par l’histoire de leur ville et la guerre de 1914-1918 :

Résumé – Quatrième de couverture :

« Les cahiers de guerre 14-15, sous la plume de René PETIT, représentant le témoignage unique d’un adolescent rémois de 16 ans sous les bombes allemandes.

Lorsque la «Grande Guerre» de 1914-1918 a éclaté, René Petit, venait tout juste d’avoir 16 ans. Il décida de consigner chaque jour sur des cahiers d’écolier les évènements qui se déroulaient au cœur de Reims, ville située en première ligne du front durant ce conflit. Ses écrits s’arrêtent brutalement le 8 avril 1915 lorsque l’immeuble qui abrite sa famille est détruit par des obus.

Ces cahiers retracent l’histoire de Reims, la «martyre» à travers les yeux du jeune homme. Des ruelles détruites aux bombardements de la cathédrale, cette «chronique» quotidienne est un véritable hommage à la ville de Reims, qui laisse imaginer aisément la constante inquiétude des habitants et le caractère incessant des bombardements. Indépendamment de ce cortège de victimes et de destructions, René PETIT évoque également le courage et l’entraide qui existaient dans la vie quotidienne des rémois ».

Nous devons ce livre à Claude PETIT, fils de René PETIT.

Soucieuse du respect de l’authenticité de ces écrits, la maison d’édition DEFG a fait le choix de publier les textes en manuscrit avec pour illustrations des cartes postales d’époque et de vielles photos appartement à la famille Petit.

ob_750dd0_16-ans-2.png

En 14 j’avais 15 ans

ob_b20634_16-ans-1

En 14 j’avais 16 ans

ob_5b8a57_16-ans-3Article du journal l’Union

.

Share Button

Mardi 21 décembre 1915

Angle rue de Cernay et rue Croix St-Marc

Louis Guédet

Mardi 21 décembre 1915

465ème et 463ème jours de bataille et de bombardement

9h1/2 soir  Journée exténuante. Y suffirai-je. Pluie glaciale. Signifié au sous-inspecteur Magny de l’enregistrement qu’il aurait dû me prévenir pour vérifier mes minutes. Charles Heidsieck est venu me conter son aventure Schülz qui se greffe sur l’affaire Goulden Lelarge et Cie par le Parquet général !!! Quelle histoire pour rien. Louis Leclerc, mon liquidateur est venu me voir en permission. Au 120ème de ligne, il est toujours aux Éparges. Dieu quelle vie pareille, et il raconte cela avec un calme inouï. Quand nous chargeons à la baïonnette, çà entre comme dans un sac de son, c’est mou !! Voilà son impression ! Pauvre garçon ! Il a déjà été cité 2 fois à l’ordre du jour et attend la Croix de Guerre.

Je prépare mon voyage à St Martin, mais y arriverai-je !! Je n’ai plus la force de causer avec mes notes. J’aurais cependant tant de choses à leur confier !! à ce cahier de Guerre !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 21 – Nuit tranquille, sauf canonnade assez active jusque vers 10 h du soir. Le reste paisible. Matinée tranquille sauf vers 11 h quelques gros coups de canons. Messe des morts pour les fondations. rénovation des promesses cléricales ; allocution à Chapelle du Couchant ; à l’Est dans la soirée, violente canonnade ; les batteries de la ville tirent activement jusqu’à 11 h soir.

Annoncé à la grand’messe, la nomination de Mgr Landrieux à l’épiscopat.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Juliette Breyer

Mardi 21 Décembre 1915.  Encore une déception. J’étais partie de bon matin pour arriver à l’ouverture des bureaux. En effet il n’y avait encore personne. Tout le long du chemin j’avais fait des rêves, encore une fois écroulés. Bref, quand on me remet ma correspondance il y avait tout d’un coup une carte de Marcel Thomassin. Je ne sais pourquoi il a eu l’idée de m’écrire. Datée du mois d’août. Et comme lettre du Ministère, c’était un avis de dépôt m’avisant de donner mon adresse par retour du courrier (il y avait un mois de cela) pour qu’ils puissent me renvoyer tes habits civils avec lesquels tu étais parti lors de la mobilisation. Cela m’a fait plaisir quand même ; je ne comptais jamais les ravoir. C’est le costume dans lequel je t’ai vu la dernière fois. Je ne le reverrai pas sans serrement de cœur. Je te vois encore descendre la rue Croix Saint Marc ; dans mes oreilles j’ai encore le bruit de tes pas. Comme c’est loin …

Je quittai la Poste et en repartant j’entrai dire bonjour à Mme Dreyer. Toujours sans nouvelles, elle aussi. Sa petite fille qui a un mois de plus que notre Blanchette court toute seule, tandis que la nôtre marche à la main. Elle s’appelle Geneviève ; elle n’est pas vilaine mais notre fille, mon Charles, est plus fine, plus belle. On cause un peu ; elle s’ennuie.

Je pars remercier Mme Forgeât et lui dire ce qu’il résulte des lettres. M. Biset vient de revenir en permission. Pour lui faire une surprise ils avaient mis leur petit garçon en culotte. Tout cela me navre mais j’ai pu établir la comparaison avec notre coco. Le petit Biset est aussi grand mais il est loin de parler franchement comme André. J’ai causé un peu et je suis repartie. Voilà encore une journée pas plus gaie que les autres.

Mais je veux toujours espérer. Je t’aime.

Ta petite femme qui t’aime toujours.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL
De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne


Mardi 21 décembre

Actions d’artillerie violentes en Artois (Loos, Bully, Givenchy).
Entre Soissons et Reims, nos obus ont démoli une passerelle à Vailly. Notre artillerie a déterminé trois explosions dans les ouvrages allemands de la Ville-au-Bois.
Nous avons canonné et dispersé une troupe ennemie en marche près d’Auberive, en Champagne. Nous avons endommagé une voie ferrée près de Gratreuil, en y paralysant toute activité.
En Argonne, nous avons bombardé des tranchées allemandes de la Fille-Morte. Aux Courtes-Chausses, nous avons fait sauter un dépôt de munitions.
Près de Saint-Mihiel, nous avons exécuté un tir efficace sur le bois de Lamorville, en atteignant un blockhaus de mitrailleuses.
Quatre de nos avions de bombardement et sept appareils mitrailleurs ont opéré sur la gare de marchandises de Mulhouse.
A Salonique, nos troupes complètent leur organisation défensive. Les Grecs ont fait des démarches à Vienne, Berlin et Sofia pour obtenir que ni les Bulgares ni les Turcs ne passent leur frontière.
Les troupes anglaises qui avaient débarqué au cap Suvla (Dardanelles) se sont rembarquées sans difficulté. Elles seront affectées à un autre service.
Les Italiens ont progressé dans plusieurs val
lées alpestres.

Source la Grande Guerre au jour le jour


Share Button