• Daily Archives: 16 janvier 2015

Samedi 16 janvier 1915

Abbé Rémi Thinot

16 JANVIER – samedi –

Visite au chanoine Morette, le récent décoré et à l’Abbé Renault, tous deux de Toulouse et aumôniers de corps. Je ne les ai pas rencontrés. Entretemps, j’en apprends de jolies… le dit chanoine est un nul, un inactif, mais il a de ses élèves à 1’Etat-Major… alors.. !

Extrait des notes de guerre de l'abbé Rémi Thinot. [1874-1915] tapuscrit de 194 pages prêté à Reims

Louis Guédet

Samedi 16 janvier 1915

126ème et 124ème jours de bataille et de bombardement

8h matin  Nuit de tempête, pluie et vent terrible. Ce matin soleil, avec un baromètre très bas (74/5). Je suis prêt à partir, et je vais laisser ma maison et tout à l’abandon ! à la Grâce de Dieu ! que Dieu protège cette maison durant mon absence et que je la retrouve intacte, et qu’en rentrant j’apprenne en même temps que Reims va être délivré. Dieu protégez-moi. Protégez tous les miens mes aimés. Protégez ma maison, tout mon bien.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Samedi 16 – Nuit tranquille. Écrit aux Cardinaux.

Après-midi 3 h 1/2, visite à la Cathédrale. Un obus tombe sur le mur entre l’archevêché ou Palais archiépiscopal et la Cathédrale sur la place du Parvis. Nous apprenons que 49 paroissiens de Mouzon ont été emmenés prisonniers en Allemagne

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Eugène Chausson

16 – Samedi. Mauvais temps. Violente canonnade dans la même direction (Soissons) et les grosses pièces de Reims qui tirent principalement dans la direction de Brimont. Vers 2 h du soir un violent incendie dans la direction de la Neuvillette (Distillerie de Merfy) à 6 h 1/2 du soir c’est encore d’une grande intensité. La nuit, assez calme à part quelques coups de canon.

Carnet d'Eugène Chausson durant la guerre de 1914-1918

La distillerie de Merfy et l'hôtel de ville de La Neuvilette

La distillerie de Merfy et l’hôtel de ville de La Neuvilette


Samedi 16 janvier

Vifs combats d’artillerie en Flandre. Nous progressons près de Lombaertzyde. Près d’Arras, les zouaves enlèvent des positions importantes sur la route de Lille. Notre artillerie, dans la Somme (nord de Roye), détruit plusieurs pièces de canons et démolit des ouvrages ennemis en construction.
Au nord-est de Soissons, les Allemands voulant tirer parti de leur avance de la veille marchent sur l’enclos de Saint-Paul (2 kilomètres de la ville). Ils le prennent, mais nous le reprenons aussitôt.
Nous réduisons les batteries ennemies au silence dans les régions de Craonne et de Reims.
Les Allemands avaient établi des passerelles sur la Meuse, à Saint-Mihiel : nous les détruisons. Plus au sud, à Senones, dans les Vosges, nous bouleversons leurs positions.
L’armée russe refoule les Allemands, par la rive droite de la Vistule, sur la frontière de la province de Prusse occidentale, en leur infligeant d’énormes pertes. Les tentatives que renouvelle von Hindenburg sur la rive gauche sont encore une fois brisées.
L’armée russe du Caucase, poursuivant les débris de l’armée ottomane défaite à Sarykamisch, anéantit le 11e corps, en sorte que dans la région de la frontière arménienne les troupes turques ont désormais à peu près disparu.
La presse de Rome interprète la nomination du baron Burian en remplacement du comte Berchtold comme un acte d’hostilité à l’égard de l’Italie.
Le ministre de la Guerre bulgare déclare que si la Bulgarie prend les armes le roi Ferdinand Ier ne commandera pas les troupes.

Share Button

Reims 14-18 – Des occupations de guerriers !

Reims 14-18 - Des occupations de guerriers ! 16 janvier 1915
Cher Copain,
je profite d’un moment de liberté pour t’écrire, car tu dois bien penser que nous n’avons pas beaucoup d’arrêt dans nos occupations de guerriers.
Enfin, tu dois souvent avoir de mes nouvelles par Labourot, je me porte bien et j’espère que ta santé est toujours bonne ainsi que celles de M. et Mme Richter.
En attendant le plaisir d’avoir de vos nouvelles, je vous serres à tous très cordialement la main.
Ton copain tout à toi.
Londuc (?)
74ème d’Infanterie
9ème Compagnie
3ème Section
Secteur Postal n°155

Ces « occupations de guerriers » nous rappellent, comme s’il en était besoin, la rude vie quotidienne de ces poilus.
Une carte, écrite au cœur de l’hiver… les conditions climatiques n’arrangeant certainement pas les choses !
Heureusement, les nombreuses cartes postales permettent de garder le lien avec la famille et les amis, et d’entretenir le feu de l’espoir.
Au fil des courriers, c’est le mot « santé » qui revient le plus souvent, c’est bien l’intégrité physique de chacun qui importe le plus, aussi bien du côté du militaire que du civil, et qui permet de garder le moral !

ob_70ac43_jaouen-044-1200

CPA Michel THIBAULT

Cette carte prise au coin de la Rue Eugène Desteuque et de la Rue des Trois-Raisinets nous montre les proches alentours de la cathédrale, après 6 mois de conflit, et déjà, les traces indélébiles des meurtrissures de la guerre.
La topologie des lieux est aujourd’hui bien différente. Les rues se sont élargies comme nous le montre la photo ci-dessous.

ob_d5e58f_desteuque-trois-raisinets

Share Button