• Tag Archives: M. Herbaux

Jeudi 15 mars 1917

Montfaucon

Louis Guédet

Jeudi 15 mars 1917

915ème et 913ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Beau temps, froid, les jours allongent. J’écris sans lumière, mis mon retard à jour. Demain je verrai aux quelques actes à faire faire. Pas de nouvelles, si ce n’est la démission du général Lyautey, ministre de la Guerre. Où allons-nous ?? Quelle bande de Brutes que cette Chambre. Je reprends mon voyage à Épernay et St Martin. A Épernay le 7 mars j’ai donc déjeuné chez le Président du Tribunal avec M. Bouvier le Vice-Président, M. Fournier de la Maison Werlé et le nouveau Procureur M. Osmont de Courtisigny, ancien avocat Général à Caen. Il a été charmant avec moi. C’est un homme distingué, un peu froid, tenant ses distances, mais il m’a semblé foncièrement bon. L’apparence est celle d’un vrai Procureur, très froid, mais aussitôt qu’on cause avec lui, c’est la courtoisie même. Il a perdu sa femme récemment et en parait fort triste (leur fils Pierre avait été tué aux Éparges le 22 juin 1915, à l’âge de 20 ans). Il m’a complimenté de mon attitude durant cette Guerre. Le Président et le Vice-Président m’ont couvert de fleurs. Bref j’ai bonne presse. M. Bossu m’a présenté à lui comme un héros…  mettons plutôt, (comme le disait avec humour le bon M. Bouvier, vice-président) un vaillant. A la fin du déjeuner est arrivé le Commandant Lallier, qui était gêné avec moi. Je l’ai tenu à distance ce pierrot-là, en attendant que je lui dise son fait. Il venait chercher une recette de sauce poivrade pour un morceau de cerf que lui avait donné le Président. Il ne pense qu’à son ventre cet imbécile-là. Il nous a appris que son co-aliboron Girardot allait quitter Reims. Il croyait que j’allais marcher, il en a été pour ses frais. Donc j’ai mes sanctions pour mon Affaire de simple police, Colas et Girardot sont débarqués. Quand à Lallier, je m’en charge. Les Gendarmes d’ici exultent et me porteraient en triomphe. Il est vrai que je leur ai tiré une « rude épine du pied. »

Après déjeuner je suis allé voir mon cher Procureur Bossu que j’ai trouvé dans son lit mais très bien, nous avions tous deux les larmes aux yeux en nous revoyant. Causé nécessairement de son successeur, et avec son fin sourire ! il me dit : « Ce n’est pas un Procureur que M. de Courtisigny, c’est un clergyman, il est vrai qu’il est protestant !! »

J’avouais que j’avais eu la même pensée que lui sur son successeur. Nous en avons bien ri. Il m’a causé de lui comme étant un parfait magistrat. Il lui a fait mon éloge et il m’a parlé de ma proposition pour le ruban qui a reçu un avis très favorable d’Herbaux, et transmis au Garde des Sceaux. Il m’a conseillé d’en prévenir le Préfet de la Marne par Dagonet qui m’avait dit que j’étais déjà sur une liste. C’est fait. Je n’ai donc plus qu’à attendre.

En tout cas je serais enchanté d’être promu avant le jugement de Reims, sous les canons de l’Ennemi. Autrement cette décoration n’aurait plus la même valeur pour moi.

Après avoir longuement causé nous nous sommes quittés, et mon cher Procureur a voulu m’embrasser. Nous nous sommes donc donnés une accolade toute fraternelle. Je lui ai demandé d’être mon parrain s’il était encore à Épernay lors de ma nomination, si celle-ci allait vite. Il a accepté…  Nous reverrons-nous ?

Le soir je me suis rencontré à l’Hôtel de l’Europe, où j’étais descendu, avec M. de Courtisigny, qui m’a offert de dîner en face de lui. Nous avons encore causé très longuement de Caen, de Reims, des Rémois, et il m’a appris qu’il était allié aux Krug, bref il a été très aimable et m’a dit qu’il n’hésiterait pas à me mettre à contribution pour tous renseignements, etc…  etc…  J’ai accepté, d’autant qu’ainsi je pourrais rendre bien des services à mes compatriotes et à mes confrères.

Le lendemain matin je quittais Épernay par une neige épouvantable à 5h du matin, et arrivais à St Martin vers 8h. Trouvé ma chère femme bien accablée, amaigrie. Dieu sait ce qu’elle aura souffert cet hiver. Marie-Louise était au lit à la suite d’une chute sur la glace qui lui a provoqué un petit épanchement de synovie. Il n’y avait que Maurice d’à peu près valide. Le pauvre petit a souffert cruellement du froid, il parait qu’il pleurait parfois tellement il souffrait. Mon Père assez souffrant d’une bronchite, d’emphysème…  et de vieillesse, 82 ans demain !! Durant mon séjour Robert, voyant son tour pour aller au front approcher, nous a demandé de l’autoriser à devancer son tour et de partir comme volontaire. C’est fait le pauvre enfant !!! il voulait être affecté à la 42ème Division, ou est le fils de mon confrère Labitte, de Verzy (Lucien Labitte, notaire (1862-1951)), qui est attaché à l’État-major du colonel. Labitte doit le recommander à son fils (Pierre Labitte, polytechnicien (1896-1962)). Robert va sans doute venir pour 7 jours de congé à St Martin avant de partir. Pourrais-je aller l’embrasser une dernière fois ? Je ne sais !! Jean est très fatigué, il se classe 2ème et 3ème de sa brigade, mais il n’a plus que 15 jours à passer à Fontainebleau. Et puis lui aussi partira pour le front !! Deux enfants…  c’est beaucoup. Encore bien des souffrances et des angoisses pour ma pauvre femme !! Quand en verrons-nous la fin ?!!

André qui travaille près d’eux et a de bonnes places est venu passer près de nous la journée de dimanche dernier. Il se plait toujours bien à St Étienne de Châlons (c’était encore son avis plus de 50 ans après). Je suis rentré hier, assez désemparé. Que de tristesses je laisse derrière moi, ma femme, mes enfants…  c’est trop.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Jeudi 15 – Nuit tranquille ; + 4°. Visite à l’ambulance de Sainte-Gene­viève. Aéros allemands : tir contre eux.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 15 mars

Au cours de la journée, nous avons continué à progresser à la grenade dans la région de Maisons-de-Champagne, malgré un violent bombardement de l’ennemi qui a fait usage d’obus lacrymogènes.

Sur la rive gauche de la Meuse, l’artillerie française a exécuté des tirs de destruction sur les organisations ennemies. Un observatoire a été détruit près de Montfaucon.

Sur le front belge, violente lutte de bombes dans la région de Steenstraete~Hetsas.

Les Anglais ont avancé leur ligne, au nord de l’Ancre, sur un front de 2500 mètres au sud-ouest et à l’ouest de Bapaume. Une nouvelle progression a été également réalisée sur un front d’environ 2 kilomètres au sud-ouest d’Achiet-Le-Petit. Les troupes britanniques ont pris possession d’environ 1000 mètres de tranchées au sud-ouest des Essarts {nord-ouest de Gommécourt).

Un raid ennemi au nord-est d’Arras n’a pu parvenir jusqu’à leurs lignes.

Nos alliés ont exécuté un coup de main sur les tranchées allemandes à l’est d’Armentières.

Le vapeur américain Algonquin a été torpillé par un sous-marin allemand. L’équipage a été sauvé.

La Chine a proclamé la rupture avec l’Allemagne.

Le général Lyautey, ministre de la Guerre, donne sa démission.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Montfaucon

Montfaucon

Share Button

Dimanche 4 mars 1917

Saint-Thierry en 1907

Louis Guédet

Dimanche 4 mars 1917

904ème et 902ème jours de bataille et de bombardement

8h1/2 soir  Gelée forte. Il fait froid avec une vraie bise. Est-ce que nous allons recommencer une série de froids sibériens !! Messe de 8h1/2 de paroisse. Rentré travailler « d’arrache-pied » pour déblayer pour le mercredi 7. Écrit au Président Hù que j’acceptais de déjeuner avec lui, au Procureur de la République que j’avais l’intention de m’absenter 8 jours et que je passerai à Épernay le 7 pour me tenir à sa disposition, à mon cher ancien Procureur Bossu pour lui dire que je le saluais avec toute ma joie. Retenu chambre à L’Europe (cet hôtel était situé au 21, rue Porte-Lucas à Épernay, il est fermé et ce sont aujourd’hui des commerces, mais le fronton de l’entrée porte toujours le nom « L’Europe »). Prévenu Manon (Étude Jolivet) et M. Archambault (Étude Lefebvre d’Aÿ) que je venais à Épernay s’ils avaient à me dire quelque chose.

Sur ces entrefaites mon courrier arrive. Lettres nombreuses, de ma chère femme qui me rassure un peu sur le départ de Robert, et une lettre de Jean (réduite), carte de visite de M. Bossu m’annonçant qu’Herbaux a transmis sa proposition pour mon ruban, et il me conseille de me faire « pousser » !! Je lui réponds à mon cher Procureur que n’ayant jamais fait de politique je ne connais personne qui puisse me recommander, et que du reste cela me répugne ! Recommander les autres et les faire pistonner, çà va, mais pour moi ? Je ne pourrais pas, je ne saurais, je n’oserais pas. En tout cas nous causerons de tout cela ensemble mercredi après-midi. Il m’ajoute qu’il a vu son successeur M. de Courtisigny, à qui il a dit que j’étais un « Héros »…  Pauvre héros ! bien désemparé et puis qu’a-t-il fait…  son devoir ! alors je ne vois pas où est l’Héroïsme ! du citoyen Infernal Tabellion en Infernal Juge de Paix de Guerre de Reims !!

Lettre du Vice-Président Bouvier me  chargeant comme juge de Paix de « laver la tête » à ce pauvre Minet, huissier, qui a fait une gaffe, en menaçant une femme émigrée de Reims pour son loyer !! Le pauvre garçon est bien courageux, mais il est maladroit. Enfin j’arrangerai cela.

Après-midi porté mes lettres à la Poste et poussé jusqu’à St Remy voir le brave doyen Goblet qui avait à me parler, assisté aux Vêpres. En entrant à St Remy, attrapé un photographe militaire amateur qui cependant avait une autorisation de prendre des photographies, et dans la conversation il me dit : « J’ai même le droit de verbaliser contre ceux qui photographient sans permis !! » J’attrape la balle au bond et lui réplique : « Eh ! bien, vous ne risquez rien de verbaliser contre tous vos « Pierrot » d’officiers qui photographient à Kodak que veux-tu à notre nez !! mais vous vous en gardez bien !! Nous en avons assez de vous et de vos abus !! » Il est resté figé !!

En revenant à la maison, rencontré rue Chanzy le R.P. (rayé) ancien professeur (rayé), il me parla du faire-part de la mort de M. Benoiston, ou les princes de sang étaient énumérés : M. Marcel Bataille, officier gestionnaire, au front, M. André Benoiston, automobiliste militaire, au front, etc…  etc…  et avec son fin sourire il m’ajouta : « C’est grotesque ! Vous, vous n’auriez pas fait cette énormité… !…  Mais hélas lui et son Père sont grisés de leur fortune et croient qu’ils sont des êtres supérieurs (rayé) il avait senti le (rayé) envers (rayé) si je ne me trompais pas en flagellant et en méprisant cette prétention d’être exposé au feu…  à 40 kilomètres du vrai front !!

Il me disait qu’au moment du (rayé) il lui avait dit franchement ce qu’il pensait de lui, qu’il avait disséqué et qu’il lui avait montré le danger qu’il courait (rayé) qu’ils n’ont pas (rayé) mais (rayé) largement (rayé).

En le quittant je songeais à ce que (rayé) et me demandais avec (rayé) de tous ces (rayé) peureux et lâches si nous ne reverrions pas une réédition de la « Terreur Blanche » (troubles et massacres par les royalistes après la seconde abdication de Napoléon 1er, le Maréchal Brune en fut l’une des victimes) si magistralement dépeinte par Henry Houssaye (écrivain, journaliste, historien, auteur de « 1815, La seconde abdication. La terreur blanche », éditée en 1905 (1848-1911)). Dans ces embusqués là, et ces trembleurs du « Front » de « l’arrière-derrière » ne chercheraient pas à faire cette « Terreur Blanche » contre ceux qui ont été se faire tuer pour eux et ont fait leur devoir, comme l’ont fait tous les « musqués » royalistes qui vivaient aux crocs de Louis XVIII et sa « traîne », c’est possible ! Ce serait malheureux, et surtout injuste et nécessairement nous reverrions la réaction d’une nouvelle dictature qui balaierait tous ces pantins comme poussières et feuilles mortes en novembre !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 4 – 0°. Nuit assez tranquille entre batteries jusque vers 11 h. Mitrailleuses du 3e zouaves (1); Général Duplessy, Colonel Philippe. Reçu visite du Colonel du 60e (qui va avec le 44e7). Canon 287 Faubourg de Laon ; Colonel de Piré, parent de Mgr Bonfïls, avec son aumônier que j’ai vu à Courcelles. Aéroplanes allemands : tir contre eux ; 5 h. bombes sif­flantes. Mgr Neveux est allé à Thil, a visité le gourbi du Colonel, les tran­chées, vers le bois du Chauffour, a aperçu Loivre, et est venu à Saint-Thierry, invité par le Colonel. Retraite du mois. Les Allemands ont voulu prendre un petit poste ; l’ont pris ; mais n’ont pu le garder. Canons de Beth­léem ont tiré. Le soldat qui tirait était de Maulevrier.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
(1) Le 3e Régiment des zouaves est le régiment de Constantine. Son drapeau sera décoré de la Légion d’Honneur et de la Médaille militaire et, entre les deux guerres, il sera commandé par le Colonel Juin, futur Maréchal de France

Saint-Thierry en 1907

Saint-Thierry en 1907


Dimanche 4 mars

Lutte d’artillerie assez active entre Oise et Aisne dans la région sud de Nouvron et en Alsace dans le secteur de Burnhaupt.

Faible canonnade sur le front belge. Les Anglais ont accompli une nouvelle progression au nord de Puisieux, au nord et à l’est de Gommécourt. En dépit de la résistance opiniâtre de l’ennemi, ils ont avancé leur ligne de 400 mètres en moyenne sur un front de 8 kilomètres environ.

Ils ont enrayé par leurs tirs de barrage et leurs feux d’infanterie une contre-attaque sur leurs positions avancées au nord-est de Gommécourt. Ils ont réoccupé intégralement une tranchée qui avait été d’abord évacuée par leurs troupes. Deux de leurs postes ont été attaqués au nord-ouest de Roye. Quelques hommes ont disparu. Une forte patrouille qui tentait d’aborder les lignes à l’est de Givenchy-les-la Bassée a été arrêtée par les feux d’infanterie de nos alliés.

L’Allemagne a avoué, dans une note officieuse, ses intrigues au Mexique.

Le président Wilson a reçu des assurances d’un certain nombre de républiques sud-américaines.

Le maréchal Conrad de Hoetzennorf, chef d’état-major général de l’armée austro-hongroise, a été remplacé en sa fonction par le général Von Arz.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Dimanche 28 janvier 1917

Louis Guédet

Dimanche 28 janvier 1917

869ème et 867ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Toujours grand froid, la bise glaciale qui avait soufflée une partie de la nuit en tempête s’était un peu apaisée le matin, mais elle a repris l’après-midi et était réellement « coupante ». Pas très entrain ce matin, avec la perspective d’une journée de désœuvrement, et puis j’ai été angoissé toute la journée. Je suis tellement triste et las ! Été à la messe de 11h1/4 à St Jacques où l’on gelait littéralement, il est vrai que l’église est à claire-voie. Vu là Dargent avoué qui est venu pour quelques jours ici. Son beau-père (Jules Rome, ancien avoué (1842-1919)) se traîne de vieillesse. Il a des nouvelles de son beau-frère l’abbé Rome (Étienne Rome (1884-1967)) toujours prisonnier, il a le bras gauche presque entièrement ankylosé. Rentré pour déjeuner. Je suis tout démonté. Le canon gronde sans cesse de notre côté, peu d’avions qu’on entend, mais qu’on ne peut distinguer tellement ils sont haut et le soleil si brillant. C’est une journée radieuse, mais quel froid. Vers 2h je me décide à faire un tour. On m’a dit qu’hier le quartier de St Remy avait été très bombardé vers la Brasserie Veith et l’asile de nuit. Si j’y allais, si j’y allais voir le fils Veith qui a failli être tué hier, m’a dit M. Dufay architecte (Émile Dufay-Lamy, cet architecte participera de façon très active à la reconstruction de Reims (1868-1953)) que j’ai rencontré en sortant de la messe. Plus de courrier à répondre, allons-y.

8h soir  Je reprends ma journée, m’étant attardé à lire avant dîner et durant mon repas un livre sur les « Premières conséquences de la Guerre, transformation mentale des Peuples », fort intéressant ! Ce n’est pas sans une certaine émotion que j’écris ces quelques mots à la mémoire de l’auteur le Dr Gustave Le Bon (médecin, psychologue, philosophe, historien(1841-1931)), qui m’a été révélé l’an dernier en revenant de Suisse, puisqu’à pareille époque où dans le train j’avais fait connaissance avec M. Gall, Président de l’association des Ingénieurs de France, ami de M. Albert Benoist, pendant que nous étions en panne en raison de la neige vers Tonnerre. Ce pauvre M. Gall qui actuellement est sous le coup de toutes les fonctions judiciaires avec cette histoire des Carbures (Entente commerciale entre les fabricants de carbure en avril 1916 et dénoncée comme étant un scandale). Quand on connait les dessous !! ce n’est que du chantage et le Procureur Général Herbaux l’indique bien. Bref Coutant le juge qui tranchera est une fripouille ou un âne, et l’acquittement est tout indiqué pour ce pauvre Gall (Malgré le zèle de Coutant et de Viviani, les carburiers furent tous acquittés).

Bref je reviens à l’emploi de ma journée, donc à 2h je m’emmitoufle, m’arme car maintenant cela peut être utile avec tous nos pillards et embusqués, et je pars. Par la rue des Capucins, rue du Jard, rue Petit-Roland, rue de Venise, rue Gambetta, des Orphelins, du Barbâtre, Montlaurent et boulevard Victor Hugo (comme quoi la ligne droite n’est pas toujours par le temps qui court la plus prudente, et j’ai pris les « lacets » en cas d’alerte, d’autant que nos canons grognent continuellement et hurlent à pleine gueule, et ma foi que la riposte du côté du quartier où je dirige mes pas, pas mal « amochés » hier, et j’approche des batteries Pommery – St Nicaise, etc…  etc…  je ne les compte plus). Là tout en chavirant, pataugeant dans la neige, le verglas, l’eau des maisons (on ne déglace plus, savez-vous ?) J’arrive donc boulevard Victor Hugo, et là, sur la place formée par la fourche des boulevards Vasnier et Victor Hugo, je vois au beau soleil, sous l’œil paterne de Drouet d’Erlon, émigré là comme vous le savez pour céder la place aux Nymphes (qui ne doivent pas avoir chaud par ce temps sibérien) de la Fontaine Subé, tenant toujours sur les hanches son bâton de Maréchal près d’un obusier. Là j’aperçois, dis-je, sous le radieux soleil des soldats jouant au football, pendant que tonne les canons et que les obus sifflent à proximité. La conversation continuant à gueules de canon que veux-tu depuis que je suis parti. Je file le boulevard Victor Hugo pour arriver à la Brasserie Veith par la rue Goïot. Des gosses font du bridge dans la descente sans s’inquiéter des obus. J’approche de la Brasserie et vers la rue des Créneaux je commence à « barboter », c’est le mot, dans des débris de toutes sortes. Toits crevés, murs effondrés, etc…  la lyre et le spectacle habituel. Plus j’approche plus je ressens cette impression que j’ai ressentie combien de fois et qui se fixe enfin dans mon esprit, cette impression que j’ai ressentie combien de fois et qui se fixe enfin dans mon esprit, cette impression que l’on entre dans la zone dangereuse et qu’un obus vous guette à chaque seconde. Tout en vous se développe, s’exacerbe, se tend, vibre, et perçoit le moindre bruit, je crois que dans ces moments on entendrait le silence même !! Impression singulière, on est multiplié pour ressentir toutes les sensations et pour percevoir tous les bruits, les murmures, les souffles !!

Je tourne la rue Goïot et je traverse un tas de décombres, je franchis la porte de la Brasserie 13, rue Goïot. Personne. Je traverse la cour. J’entre dans la machinerie. A tout hasard j’ouvre une porte qui donne sur un escalier éclairé par une lampe électrique qui descend aux germoirs. Je me reconnais au 2ème étage en dessous. Toujours personne. Enfin surgit une femme à qui j’expose le motif de mon irruption, voir le fils Veith et voir les dégâts d’hier. Elle me reconnait et m’apprend que M. Maurice Veith est allé déjeuner chez l’abbé Mailfait. J’exprime mes regrets et me dispose à repartir quand survient la bonne de la maison qui me dit : « Ah ! Monsieur Guédet, venez voir le désastre dans le germoir, ou M. et Mme Veith vous recevaient. Je remonte un étage et j’entre dans ce germoir où M. et Mme Veith avaient accumulé leur mobilier et où ils vivaient en commun depuis des mois. Impossible de décrire ce que j’ai vu. Figurez-vous une pièce immense (en représentant 3 – 4 remises) où meubles, linges, mobilier, etc…  étaient accumulés, et où l’on vivait depuis des mois (les ouvriers de la Brasserie vivent en commun dans un germoir à la suite) eh bien ! il n’y a plus rien !! Tout est rasé et ne forme plus qu’un amas de débris brisés, broyés, pulvérisés, réduits à quelques centimètres d’épaisseur et couverts de la couche grisâtre habituelle de cendres quelconques, on dirait qu’un volcan est passé par là…  et chose singulière, pas une muraille, pas une porte de défoncée…  l’obus à éclatement à retard a traversé 3 étages et a éclaté dans ce germoir à mon avis avant de toucher le sol, et a volatilisé tout ce qui se trouvait là !! C’est effrayant ! c’est le broiement, la pulvérisation, l’atomisation dans un compartiment étanche !! Les vêtements mêmes, les étoffes hachées, lacérées et ne formant que des débris de quelques centimètres, quand, à côté de cela, un verre ou une coupe en cristal mince comme une feuille de papier est intacte…  La brave bonne se lamente et me montre les peignoirs de Madame réduits à l’état de lanières et d’époussettes, ainsi que les pendules. Ces belles pendules (rayé) que Madame aimait tant… Je cause à tous ces braves gens si courageux et si stoïques sous la rafale et les encourage du mieux que je puis. Ils ont reçu hier 13 obus, et des gros ! L’asile de nuit à peu près autant, bref dans le quartier il y en a bien eu une centaine. Je remonte et refuse qu’on me reconduise car on ne sait jamais ! Malgré tout et malgré moi 2 ou trois m’accompagnent jusqu’à la cour.

Je file vers la rue des Créneaux et par la place St Thimothée et la rue St Julien, j’entre dans St Remy, où on dit les Vêpres. J’y assiste, avec une 40aine (quarantaine) de fidèles, 2 chantres dont Valicourt, toujours courageux, se répondent et l’abbé (en blanc, non cité) vicaire les accompagne avec l’harmonium, le grand orgue ne joue plus. C’est le brave curé Goblet qui officie, St Remy est à tous vents et l’on y gèle. Je relève le col de ma pelisse. Que cette cérémonie est triste et impressionnante !! Ponctuée par les détonations de nos canons et les éclatements des réponses des allemands, et cela à quelques 2 ou 300 mètres de la Basilique, et les fidèles, chantres, Prêtres, sont impassibles. Je vie une singulière minute de ma vie à ce spectacle ayant pour cadre cette admirable église de St Remy qui m’a toujours « empoignée » chaque fois que j’y suis entré… L’écho est tel avec le bruit de la mitraille que les chants de ces 2 uniques chantres et l’harmonium remplissent toute la nef comme si 50 voix chantaient, clamaient la Gloire de Dieu !! Je voudrais que tous les absents assistent une seule fois à une telle cérémonie dans ces conditions !! C’est tragique, c’est grandiose, c’est Magnifique, et nous n’étions qu’une 50aine (cinquantaine) avec les officiants et les fidèles. On ne voit ces choses-là qu’une fois dans sa vie, pour s’en rappeler toujours. Je ne puis le dépeindre complètement. L’autel à peine éclairé, la pénombre du temple, les mysticiens, les chants, le recueillement de ces quelques fidèles groupés autour du Pasteur. Le soleil couchant éclairant cette scène à travers les vitraux brisés, broyés, crevés, jetant sa clarté crue par les baies brisées par la mitraille, au milieu des jeux de lumières de toutes nuances, projette dans ses rayons par les lambeaux des vitraux ancestraux. Il faut voir, nul peintre, nul poète, nul chroniqueur ne peut rendre ce spectacle, cette scène, ponctuée par le grondement du canon et le tonnerre des bombes et obus éclatant tout proche.

Je vais à la sacristie serrer la main à mon brave et charmant chanoine Goblet, toujours vaillant. Nous causons quelques minutes des événements de nos temps fabuleux… et entre autres choses il m’apprend que pour la St Remi de janvier on avait demandé au Maire de faire une procession de supplications autour de la Basilique, mais que le Dr Langlet l’avait refusé. Cela ne m’étonne pas ! et comme je le disais au bon chanoine : Cet homme est héroïque, humanitaire, bon, etc…  mais dès qu’il voit une soutane il voit tout rouge…

Je lui contais de mon côté que lors de la visite du ministre Scharp américain (William Graves Sharp, alors Ambassadeur des États-Unis en France (1859-1922)) et d’une colonie de diplomates étrangers, ceux-ci ayant voulu rendre visite au Cardinal Luçon après avoir visité la Cathédrale, seul le Maire n’avait pas voulu entrer à l’archevêché et était resté seul dans son automobile devant la porte !!….. Ces choses ne s’inventent pas. Le Brave Docteur Langlet, Maire de Reims, est resté malgré tout « Vieille barbe de 1848 » (vieux de la révolution de 1848, désigne un vétéran de la démocratie, et de façon moqueuse un vieux con). Je le regrette pour lui, ce sera une ombre à sa Gloire et à l’auréole de son héroïsme durant cette Guerre et le martyre de Reims. Le bon abbé me rappelait aussi que c’était un miracle que St Remy ne fut pas brûlé lors de l’incendie de l’Hôtel-Dieu, et comme moi il considérait la pluie diluvienne qui tombât au moment où ces flammes léchaient la toiture de son église comme providentielle, ainsi que l’intervention de Speneux et Lesage pour arrêter le commencement d’incendie par l’oculus du transept nord. On ne saura jamais assez de reconnaissance à ces 2 citoyens qui ont vu juste.

Sortant de St Remy j’entre à l’Hôtel-Dieu, l’Hospice civil. Je visite les ruines. Heureusement on pare au soutènement des voutes du cloître, du grand escalier qui menaçaient de s’effondrer. Car dans ces constructions le parement (l’extérieur) est en pierre de taille, mais tout l’intérieur, le remplissage est en craie, par conséquent très sensible aux pluies et aux gelées que nous avons subies et subissons, et que sera le dégel. Je contemple tout cela au bruit du canon…  seul…  c’est impressionnant…  on a presque peur. Je visite la chapelle, où tragique, calciné, couvert de neige l’autel seul subsiste au milieu des décombres. Quelle impression !! Au milieu de ce silence. Là ! J’ai prié souvent ! J‘avais alors toutes les espérances de la jeunesse et de ce cadre si doux si charmant des religieuses Augustines chantant les offices dans cette ancienne bibliothèque des Bénédictines de St Remy, dont les psalmodies étaient atténuées, ouatées par les boiseries de Blondel que j’ai tant admiré et que nul ne reverra plus. Qui ne sont plus que des cendres que je foule en ce moment sous mes pieds. Quelle solitude, quel silence dans ces ruines éclairées par le soleil cru, et rendues encore plus tragiques par l’ombre gigantesque que St Remy projette sur le tout !…  Un coup d’œil au musée lapidaire après avoir recueilli comme relique quelques fragments de cet autel qui semble protester contre les Vandales ainsi que naguère les autels de Byzance, de Rome, des catacombes protestaient contre les Barbares. Ah ! cet autel seul sous la neige, entre les murs calcinés, à ciel ouvert, quelques poutres branlantes, le tout éclairé par un soleil d’hiver radieux. Quel spectacle ! Quel « tragisme » !! Je ne l’oublierai jamais. Il faut le voir pour le sentir, le comprendre. Je rentre tout endeuillé…  et je ne puis encore me remettre de tout ce que j’ai vu, ressenti, senti, souffert !! J’ai vu des ruines. J’ai vu des pierres pleurer !

10h1/4  Il est temps de se coucher, mais depuis 8 heures toujours le canon fait rage, et des éclatements sont venus tout proche, toujours de la même batterie, je connais sa tonalité. Quand ne l’entendrai-je plus jamais !!…  Hélas ! verrai-je la fin de ce martyre, de cette tragédie, de Drame ! Je n’ose y croire…  et me demande même si cela est possible. Je crois que je ne saurais comment vivre…  eux partis…  non je ne vois pas cela. Revivre une vie normale, avec les siens, ses aimés, avoir un chez soi, n’entendre plus le tonnerre des canons, non, je ne sais plus, je ne comprends pas, je ne perçois pas cela. Comment cela sera-t-il ?? Cela me donne le vertige…  comme au bord d’un précipice. Ne plus souffrir, ne plus être angoissé, être au milieu de ceux qu’on aime, avoir un toit, être chez soi, sans la crainte d’être démoli, incendié, non je ne me figure pas cela…  Non, non !…  Ce bonheur me fait peur et je ne le conçois pas, je ne le comprends plus.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

La brasserie Veith


Paul Hess

28 janvier 1917 – Très forte canonnade, le soir, à partir de 20 h. Les pièces du quartier, 75, 95 et 120, tirent les unes après les autres pendant un assez long espace de temps. Ensuite, quelques sifflements se perçoivent, des obus arrivant rue de Bétheny, rue Cérès, etc.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Rue de Betheny (actuelle rue Camille Lenoir)

Rue de Betheny (actuelle rue Camille Lenoir)


 Cardinal Luçon

Dimanche 28 – Nuit tranquille en ville. Duel d’artillerie jusque vers minuit. – 7°. Toute la matinée duel entre artilleries adverses. Retraite du mois.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 28 janvier

Sur la rive gauche de la Meuse, notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les organisations allemandes du secteur de la cote 304.
Aux Eparges, lutte d’artillerie assez active. Un coup de main ennemi dans cette région a échoué sous nos feux.
Une autre tentative sur un de nos petits postes à la Main-de-Massiges (Champagne) a également échoué.
En Lorraine, nos batteries ont effectué des tirs de destruction sur les organisations allemandes de la forêt de Parroy.
Sur le front belge, grande activité d’artillerie dans la région de Dixmude.
Canonnade sur divers points du front italien.
Sur la frontière occidentale de la Moldavie jusqu’à la vallée de l’Oïtuz, actions de patrouilles d’infanterie.
Dans la vallée de Gachin, les troupes roumaines ont attaqué l’ennemi et ont réussi, après onze heures de combats acharnés, malgré le temps très froid et la neige épaisse, à le rejeter vers le sud.
Le général Iliesco, chef d’état-major roumain, est arrivé à Paris.
Le vicomte Motono, ministre des Affaires étrangères du Japon, a prononcé un grand discours à la Chambre de Tokio.
Les Anglais ont remporté de nouveaux succès au sud-ouest de Kut-el-Amara, en Mésopotamie.
L’Australasie marque son désir de garder après la guerre les possessions allemandes du Pacifique.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button

Mardi 3 octobre 1916

Louis Guédet

3 octobre 1916 (retranscription de l’orignal, voire plus loin)

Vu le Président Hù pour les réquisitions militaires. Le Procureur Général demandant qu’on lui indiquât le nombre de dossiers déjà jugés. Il y en a juste 405 depuis que j’ai réorganisé le service, le nombre restant à la Mairie est de 34 dossiers, et celui qui est à la commission de révision de Châlons 12 000. J’ai dit que j’étais à jour. Cela a paru lui faire plaisir de pouvoir dire cela à Herbaux. Nous avons parlé du transfert du Tribunal à Épernay qui aura lieu à la fin du mois probablement.

Je reste seul juge ici ; ce n’est pas banal. J’ai causé avec Bouvier Vice-président et Texier et qui sont réellement charmants pour moi.

A 1h1/4 suis allé au Palais pour mon audience de simple police, où il y avait foule et cohue. J’ai rendu les jugements que j’ai voulus, et mes attendus ont soulevé un murmure d’approbation.

Reprise de la rédaction par Louis Guédet.

…C’est vraiment fort aimable. Tous, je le crois, m’aiment et m’estiment. Le Président me retient pour me causer de « je ne sais quoi »…  mais l’audience traîne et vers 4h je lui demande la permission de m’en aller. Je dois aller le voir demain pour ce qu’il a à me dire (8h soir)

Avant l’audience je me suis trouvé avec le Procureur de la République de Bar-sur-Aube, M. Chonez, qui fait partie d’un conseil de Guerre divisionnaire comme sergent rapporteur, actuellement à Ventelay. Nous avons lié très gentiment connaissance et avons causé de Bar-sur-Aube et du vieux curé de St Maclou qui est encore existant. Il y a 22 ou 23 ans j’étais chez lui avec le P. Jenner, je lui ai rappelé la lutte des Pierrotins contre les Macloutins (St Pierre et St Maclou, les 2 paroisses ennemies). C’est lui qui a remplacé Thiénot fils quand il est parti à Verdun. Il m’a appris que Mandron, comme automobiliste, était attaché à leur Division, et qu’il a demandé à permuter pour aller dans l’État-major d’un Corps d’Armée !

Rentré par une pluie battante. J’ai mis au net et au point mon dossier de simple police pour demain, et mes considérants. Je suis, je crois, prêt et paré. Fatigué triste, sans nouvelles de mes aimés. C’est dur. Pourrais-je résister à la douleur, à la tristesse d’un 3ème hiver passé seul, tout seul

 Mardi 3 octobre 1916

752ème et 750ème jours de bataille et de bombardement

6h3/4 soir  Pluie battante toute la nuit, temps gris lourd toute la journée. Fais courses le matin, vu le Président Hù à 10h1/2 pour les réquisitions militaires. Le Procureur Général demandait qu’on lui indiquât le nombre de dossiers déjà jugés. Il y en a juste 405 depuis que j’ai réorganisé le service, le nombre restant à la Mairie : 34 dossiers, et celui qui est à la commission de révision à Châlons : 12 000…  et plus même. J’ai dit que j’étais à jour, çà a paru lui faire plaisir de pouvoir dire cela à Herbaux. Nous avons parlé du transfert du Tribunal à Épernay qui aura lieu fin du mois probablement. Ils ont parlé de moi, mais je leur ai répondu que cela ne faisait pas de doutes que je devais rester à Reims, attendu que je ne puis forcer les justiciables à venir de Reims à Épernay. Pour les autres cantons cela se concevait mieux à cause des difficultés que l’on a pour entrer à Reims. C’est ce qu’il va répondre au Procureur Général. Je resterai donc seul juge ici. Ce n’est pas banal. J’ai causé également avec Bouvier, Vice-président et Texier qui sont réellement charmants pour moi. Le Président écoute beaucoup de Bouvier, tout en protestant.

Rentré chez moi à 11h1/2, déjeuné rapidement, vu à mon courrier et couru au Palais à 1h1/4 pour mon audience de simple police où il y avait foule et cohue. J’ai rendu les jugements que j’ai voulus et mes attendus ont subi un murmure d’approbation générale.

Mais franchement la mentalité du gendarme est extraordinaire. Ainsi Péroni (à vérifier), qui avait fait les procès Hentz et Simon. Celui du Docteur Simon pouvait encore se soutenir parce qu’il était près de Tinqueux sans laissez-passer, et que ce n’est qu’une tolérance si on permet d’aller jusqu’aux portes des villages ; mais quand à celui de Hentz, fait sur Reims même, il ne pouvait être fait puisque la contravention n’avait pas été encore commise. Il n’a jamais voulu en démordre, le fait qu’il était encore sur Reims Hentz. « Mais il m’a dit qu’il allait à Cormontreuil, bien qu’il soit encore à 1 kilomètre de la limite du territoire, je devais faire mon procès-verbal quand même, mon poste faisant la limite justicière ». C’est idiot, impossible de le convaincre, je n’ai pas insisté. Quelles brutes cela fait. Son collègue Noël avait compris.

Bref, rentré à 6h1/2 éreinté et nous verrons demain ce que dirons les journalistes dans les journaux, et ensuite la tête de Girardot et de Colas. Ils vont être furieux.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 3 – Nuit tranquille ; projections. Pluie presque toute la nuit. + 10°. A 9 h. canons français tirent 5 coups rapides. Visite du Colonel Cadet. A M. Georges Houlon, à la Supérieure de l’Assomption, à M. Prévoteau. Reçu visite du Comte de Bruc.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 3 octobre

Nous avons réalisé des progrès à la grenade à l’est de Bouchavesnes. Une quarantaine de prisonniers et 6 mitrailleuses sont restés entre nos mains. Un détachement allemand pris sous notre feu vers l’Epine de Malassise s’est dispersé en laissant une cinquantaine d’hommes sur le terrain.
Au sud de la Somme, une petite attaque allemande a été repoussée près de Vermando-Villers.
Les Anglais, après avoir pris Eaucourt-l’Abbaye, au sud de l’Ancre, ont consolidé leurs positions. Ils se sont étendus dans la direction de la tranchée de Hesse. Ils ont exécuté des coups de main heureux au nord de Neuville-Saint-Vaast et à l’est de Laventie.
Sur le front d’Orient, les Serbes ont gagné 2 kilomètres au nord du Kajmackalan.
Canonnade intermittente à notre aile gauche.
Le quarantième raid de zeppelins a eu lieu près de Londres. Un dirigeable a été abattu.
Les Roumains ont battu Mackensen en Dobroudja et franchi le Danube près de Routschouk.
Les Russes ont fait 1600 prisonniers sur la Zlota-Lipa.
Le gouvernement provisoire de la Canée s’est adjoint le général Danglis et a décidé de convoquer l’avant-dernière chambre grecque.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


bouchavest

Share Button

Dimanche 30 juillet 1916

Louis Guédet

Dimanche 30 juillet 1916

687ème et 685ème jours de bataille et de bombardement

9h matin  Temps magnifique, mais nuit très mauvaise, impossible de dormir à cause du canon vers Sillery. Quelle nuit. Je suis éreinté.

5h soir  Déjeuné au Cercle avec Charles Heidsieck, Mme André Lambert (Madeleine, 1886-1952), Mlle Margotin sa sœur (Simonne ou Henriette), Hurault de La Haubette (avocat, 1848-1917), Gérardin-Dutemple (1864-1937), Robinet, Lainé père (Albert Lainé, ancien conseiller municipal (1843-1927)), Lelarge, Lieutenant-colonel Colas. Causé d’un tas de choses, rien d’intéressant. Quitté aussitôt sorti de table pour me rendre au Palais pour voir le Procureur Général Herbaux. Il y avait avec moi Dondaine et Lépinois. C’est tout. Le Procureur Général a été très aimable et nous a couverts de fleurs. Cela a duré 10 minutes. Le Procureur de la République de Reims a beaucoup insisté sur moi. Je lui ai renvoyé la balle.

Rentré ici pour finir mon courrier, écrit à Mgr Landrieux, évêque de Dijon…  Me voilà libre et prêt à partir.

Je suis fort fatigué, et je me sens en quittant le Palais que j’étais réellement ébranlé. Je ne suis guère fort.

Je viens d’apprendre la mort de ce pauvre Jules Maugin, mon seul et unique camarade de conscription. Il est du 28 avril 1863, et moi du 27 mai. Camarade d’enfance et de village. Cela m’a péniblement impressionné, que de tristesse, de deuil. Tout cela me fait beaucoup de mal et avance mes jours. Je le sens. Je ne suis plus aussi alerte et mon esprit s’obscurcit parfois, au point de me faire croire que je vais tomber, ou de me faire craindre de ne plus pouvoir m’exprimer. 2 ans de solitude sous les bombes. C’est beaucoup, c’est trop.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 30 – Messe militaire à Saint Remi par Mgr Neveux. Visite de Mesdames Devpatys, Bourin et Barthélémy.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

st-remi


Dimanche 30 juillet

Sur le front de la Somme, à l’ouest de Vermandovillers, deux détachements ennemis qui tentaient d’aborder nos lignes, ont été repoussés à coups de fusil.
Sur la rive gauche de la Meuse, une tentative allemande sur nos positions de la cote 304 a échoué sous nos feux.
Sur la rive droite, deux attaques allemandes, lancées au cours de la nuit sur une redoute dans le ravin au sud de Fleury, ont été brisées par nos tirs de barrage, et nos feux d’infanterie qui ont infligé des pertes sérieuses à l’ennemi.
Nos troupes ont enlevé quelques éléments de tranchées au nord de la chapelle Sainte-Fine et dans la région de l’ouvrage de Thiaumont, où nous avons pris une mitrailleuse.
Les Allemands, sur le front britannique, ont fait des efforts désespérés pour reprendre le bois Delville : ils ont été repoussés avec de grandes pertes.
Lutte ininterrompue au nord et au nord-est de Pozières. Les Anglais ont progressé en plusieurs endroits sous le feu de l’ennemi. Deux ou trois régiments allemands semblent avoir été anéantis au cours des derniers combats.
Les Russes ont enfoncé les Austro-Allemands à l’ouest de Loutsk, vers la voie ferrée Kovel-Vladimir-Volynski. Ils ont pris Brody, en Galicie, capturant en tout 20000 hommes, 4OO officiers, 55 canons. D’autre part, le général Letchisky a été victorieux près de Stanislau, en Galicie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Vendredi 28 juillet 1916

Louis Guédet

Vendredi 28 juillet 1916

685ème et 683ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Temps splendide, quelques coups de canon. Rien de saillant. Courses, allées et venues, éreintement général ce soir. Y résisterai-je ? Notre présentation à M. Herbaux, procureur général, aura lieu dimanche vers 11h du matin. Vu l’abbé Camu, vicaire général, curé de la Cathédrale par intérim, qui les larmes dans les yeux m’appris qu’il venait de recevoir une lettre de son frère qui est resté dans les Ardennes au Chaudion (commune de Saint-Fergeux) avec sa jeune femme et ses 2 enfants qui lui annonçait qu’il était en prison dans une cellule, pas nourri, 2h de promenades, faisant des clous, sans nouvelles, condamné à un an de prison cellulaire parce que les allemands ont trouvé dans un coin du grenier de la maison de sa mère 2 vieux sabres de la Révolution !! Quel crime ! une occasion pour martyriser et laisser à l’abandon et au manque de tout une pauvre petite femme et deux jeunes enfants ! Il réclame surtout du pain !! C’est épouvantable. Rendrons-nous jamais la pareille à ces sauvages-là ! Je crains bien que non avec les gouvernants et les pleutres que nous avons ! Tout le monde en a assez et les haines, les rancœurs sourdent de partout. Gare ! quand la marmite fera monter le couvercle !

9h soir  Reçu visite de l’abbé Camu, échangé nos idées sur les événements. Ils ne sont pas encourageants ni consolants. Lui aussi craint bien que nous soyons impuissants. Quand on voit comme lui et moi ce que font les officiers !! et toute la clique des embusqués !! Alors nous risquons bien de passer encore un hiver comme celui passé à Reims !! Bref, la Guerre peut durer encore des années !

En causant cet après-midi avec le Procureur de la République du Docteur Langlet, maire de Reims, il le jugeait sévèrement : Égoïste, entêté, manquant d’intelligence, jaloux de tous, de ceux qui peuvent lui porter ombrage, voulant être le seul digne de figurer à cette époque dans les fastes de l’Histoire de notre Ville. J’ai pensé beaucoup comme lui, depuis déjà longtemps. Ceux qui nous gouvernent depuis l’échelon le plus bas jusqu’au plus haut de l’Échelle Politique et gouvernementale sont de biens petits sujets de bien petites intelligences…  et…  sans scrupules, sans conscience…  Où allons-nous ? Que deviendrons-nous ? Tel est le cri général. Dans toutes les castes, dans tous les milieux, sauf celui des jouisseurs et des embusqués ! Pauvre France !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

28 juillet 1916 – Bombardement à la même heure qu’hier et dans le même quartier. Aujourd’hui, des obus tombent rue Mennesson-Tonnelier, rue Pierret, rue Paulin-Paris et rue des Trois-Piliers.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

 Cardinal Luçon

Vendredi 28 – Répondu aux donateurs (américains ?)

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 28 juillet

Au sud de la Somme, nous avons fait quelques progrès à l’est d’Estrées. Vive fusillade aux abords de Soyécourt.
Au nord de l’Aisne, l’ennemi, après un violent bombardement, a attaqué dans la région de la Ville-au-Bois, le saillant que forme notre ligne au nord-ouest du bois des Buttes. L’attaque a échoué sous nos feux de mitrailleuses.
En Champagne, le bombardement dirigé par l’ennemi sur nos positions a l’ouest de Prosnes a été suivi d’une forte attaque, prononcée sur un front de 1200 mètres. Arrêté par nos tirs de barrage, qui lui ont causé des pertes, l’ennemi n’a pu pénétrer que dans quelques éléments avancés de notre ligne, d’où notre contre-attaque l’a rejeté.
Sur le front de Verdun, lutte d’artillerie dans le secteur de la cote 304 et dans la région Fleury-la Laufée. Nous avons progressé à la grenade à l’ouest de l’ouvrage de Thiaumont.
Activité de l’artillerie anglaise sur tout le front. Les Allemands, de leur côté, ont recouru aux obus à gaz et aux obus lacrymogènes.
Les Russes ont élevé à 6250 le chiffre de leurs prisonniers sur la Slonovka, au nord de Brody.
L’armée turque fuit en désordre à l’ouest d’Erzindjan.
Des contingents turcs viennent en Galicie au secours des Autrichiens.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Prosnes

Share Button

Jeudi 27 juillet 1916

Louis Guédet

Jeudi 27 juillet 1916

684ème et 682ème jours de bataille et de bombardement

4h soir  Temps très beau, lourd, chaud. Temps de saison. Hier soir jusqu’à 1h du matin canonnade incessante et très forte, impossible de dormir. Aucune réponse allemande sur la Ville, c’est étonnant. Je suis toujours décidé à partir lundi à St Martin. Demandé mon laissez-passer, vu à l’Hôtel de Ville Raïssac, Commandant Rousseau (à vérifier) mon client, causé longuement. Vu Charlier des allocations militaires très excité contre la citation à l’ordre du jour de Loriquet (Henri Loriquet, archiviste-paléographe, archéologue (1857-1939)) comme bibliothécaire de la Ville. C’est Émile Charbonneaux qui a mijoté cela avec le Dr Langlet qui laisse faire bien des choses ! De Bruignac et Beauvais qui étaient là trouvaient cela choquant, comme moi du reste ! Il y a d’autres fonctionnaires de la Ville à citer que Loriquet. Simple police à 1h1/2, peu d’affaires, 30 jugées sur 33. Toujours des abus de la part des Gendarmes. Il me va falloir encore réagir et sévir contre eux !

En entrant au Palais, rencontré le Procureur tout guilleret, il est heureux de recevoir M. Herbaux, le Procureur général, dimanche. Et surtout rencontrer le susdit de nouveau, causé ensemble jusqu’à la rue des Capucins en descendant la rue de Vesle. Pour dimanche, tenue de jour en veston. C’est une simple présentation intime. Rentré à 4h. Je suis fatigué, et la tristesse s’empare de moi malgré moi.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

27 juillet 1916 – Sifflements vers 16 h. Quelques obus tombent rue Landouzy, dont un au n° 11, chez M. Charbonneaux ; un autre projectile arrive sur le talus du chemin de fer, derrière la maison n° 16. rue Lesage.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Jeudi 27 – Visite chez le dentiste.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 27 juillet

Au cours du combat qui nous a permis d’enlever l’îlot de maisons situé au sud d’Estrées, nous avons fait 117 prisonniers. Nous avons pris 4 canons de 105 et un nombreux matériel. Un coup de main nous a rendus maîtres d’une maison fortifiée.
Sur la rive droite de la Meuse, grande activité de l’artillerie dans le secteur de Fleury. Nous avons pris sous notre feu et dispersé des détachements ennemis au nord de la chapelle Sainte-Fine.
Les Anglais ont occupé tout le village de Pozières. Les troupes territoriales ont poursuivi leur progression à l’ouest de la localité; elles ont enlevé deux tranchées fortement tenues et ont fait des prisonniers, parmi lesquels 5 officiers.
Les Russes ont pris Erzindjan, complétant ainsi leur conquête de l’Arménie. Les Turcs sont en pleine déroute.
Le général Zakharof, au sud de la Lipa, a remporté un succès signalé, faisant plus de 4000 prisonniers aux Austro-Allemands. Brody est menacé et, plus loin, Lemberg.
Les Italiens out repoussé plusieurs offensives dans la région de Posina-Astico.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

lesage

Share Button

Mercredi 26 juillet 1916

Louis Guédet

Mercredi 26 juillet 1916

683ème et 681ème jours de bataille et de bombardement

1h après-midi  5h soir  Fait quelques courses et je rentre en eau et éreinté, je ne suis plus guère fort. Reçu lettre de ma chère Madeleine, tous vont bien. Ce matin allocations militaires, peu de choses. Vu le Procureur de la République tout à l’heure, à qui je venais demander de m’absenter la semaine prochaine. Comme il me demandait si je serai là dimanche, je lui répondis que j’avais eu l’intention de partir samedi ou dimanche ou lundi. Il me dit : Faites-moi le plaisir de rester dimanche (sous le sceau du secret) M. Herbaux, procureur général, doit venir ce jour-là ici et je veux vous présenter officiellement à lui. « Je n’ai que vous à présenter et à proposer pour la Légion d’Honneur. Ce sera un peu pour le tribunal de Reims, mais ce sera reçu comme cela ». Je lui ai donc promis de rester. La présentation aura lieu à 2h ou 4h. Je ne partirai que lundi matin.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 26 – Visite du Père Bailly qui dîne avec nous ; de M. Garriguet, de M. de Lamarzelle. Écrit au Cardinal Gasparri au sujet des Déportations. Expédié.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 26 juillet

Au sud de la Somme, nous avons enlevé, au sud d’Estrées, un îlot de maisons puissamment fortifié par l’ennemi. Au cours d’une petite attaque, nos troupes ont chassé les Allemands de quelques tranchées qu’ils occupaient au nord de Vermandovillers.
Entre Oise et Aisne, nous avons dispersé à coups de fusil plusieurs reconnaissances qui tentaient d’aborder nos lignes dans le secteur de Tracy-le-Val.
Sur la rive gauche de la Meuse, une tentative d’attaque ennemie à la grenade, vers la cote 304, a échoué sous nos feux de mitrailleuses.
Sur la rive droite, bombardement violent de toute la région comprise entre Fleury et la Laufée.
En Alsace, après une préparation d’artillerie, les Allemands ont attaqué nos positions de Balschwiller (nord d’Altkirch). Ils ont été repoussés.
Les Anglais ont continué à lutter âprement sur divers points de la ligne de bataille. Ils ont occupé de nouvelles positions de Pozières. L’ennemi a essayé de lancer de gros effectifs sur cette localité. Son effort a été brisé avec pertes.
L’armée de Sakharof a obtenu un nouveau succès à la frontière de Wolhynie et de Galicie.
Les troupes russes du Caucase sont arrivées à 15 kilomètres d’Erzindjan, le centre de l’Arménie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Estrées


Share Button