• Tag Archives: Fourneau économique

Mercredi 17 mai 1916

Louise Dény Pierson

17 mai 1916

L’image contient peut-être : ciel et plein air

Des émotions j’en eus encore, mais jamais aussi fortes, les courses vers l’abri furent nombreuses. J’ai eu la peau des mollets griffée par des barbelés sans me rappeler où j’avais pu en trouver.
Plus tard, j’ai souffert de brûlures à la cuisse, je dus aller consulter un major qui opérait dans une ambulance installée dans un bâtiment du cours Saint-Michel, en haut de la rue Martin Peller. C’était une brûlure par les gaz, j’avais dû me réfugier dans un trou d’obus contaminé suite à un bombardement par les gaz ypérite.

Ce texte a été publié par L'Union L'Ardennais, en accord avec la petite fille de Louise Dény Pierson ainsi que sur une page Facebook dédiée :https://www.facebook.com/louisedenypierson/

 Louis Guédet

Mercredi 17 mai 1916

613ème et 611ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Très beau temps, réveillé à 3h du matin par une violente canonnade, impossible de me rendormir. Été le matin à 9h1/2 au Crédit Lyonnais pour vider le coffre de Mme Thaon, de Rouen 38, rue de Crosne, remis tout ce qu’il contenait (argenterie) à l’employé de Walbaum pour emballer et envoyer. Rentré travailler. Cet après-midi vu le Procureur de la République pour m’entendre la réponse à faire dans l’affaire de l’engagement de mon greffier de Paix de mes 2ème et 4ème cantons de Reims, contrairement aux circulaires gouvernementales. Causé longuement avec lui de diverses choses, conversations fort agréable. Pendant que j’étais là arrivait la note des bombardements d’hier et d’aujourd’hui. 4 victimes hier et 9 ce matin, dont 2 ou 3 chez mon pauvre ami Charles Heidsieck qui est bien flagellé en canonnades…  serait-il donc en plein dans la zone actuellement dangereuse (rue de la Justice, 46, il n’y a que des hommes mûrs, vieillards, enfants…  jeunes filles). Quelle gloire pour les allemands !!

Lettre de Madeleine. Jean va assez bien, et Robert va pour la Révision à Écury-sur-Coole le 23. Pauvre enfant, il n’est guère robuste ! Les épreuves s’acharnent sur nous ! En verrai-je jamais la fin ? Je ne le crois pas.

Voilà toute ma pensée, je ne parle pas des avions, des bombes, etc…  c’est tous les jours la même chose, plus ou moins. Quelle vie !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

17 mai 1916 – Bombardement assez violent, encore du côté de la rue du Champ-de-mars, comme hier et les jours précédents.

A la maison Heidsieck Monopole, MM. Casseleux, 57 ans et Foncier, 55 ans, faisant fonctions de chefs de caves, sont tués, ce dernier en même temps que sa fillette Denise, âgée de 6 ans.

M. Casseleux avait eu la douleur de voir sa femme, née Eloi, 55 ans, tuée hier dans des conditions identiques, au même endroit.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Mercredi 17 – Nuit tranquille pour la ville. Terrible canonnade lourde de 2 h. à 4h. + 11°. Beau soleil. A 10 h. violent bombardement sur batteries et même, je pense, sur la ville. Nous apprenons qu’il y a des victimes. Ca­ves Heidsieck. Bombes sifflent. Visite au Fourneau Économique rue des Moulins Brûlés à l’heure du repas. Bombes sifflent sur batteries à 1 h. et à 4 h. ; aéroplanes et tirs contre eux de 4 à 7 h. Vers 4 h. bombes dévastent Maison des Petites Sœurs des Pauvres.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 17 mai

En Champagne, un détachement ennemi qui tentait de surprendre un de nos petits postes dans la région de la butte du Mesnil a été repoussé à coups de grenades.
En Argonne, lutte d’artillerie assez active dans les secteurs du Four-de-Paris, des Courtes-Chausses et de Vauquois.
Sur la rive gauche de la Meuse, bombardement assez vif de la région du bois d’Avocourt, cote 304, le Mort-Homme. Une tentative d’attaque sur nos positions à l’ouest de la cote 304 a été arrêtée par nos tirs de barrage.
A l’est de la Meuse et en Woëvre, quelques rafales d’artillerie.
Lutte d’artillerie très vive sur le front belge, où des tirs de concentration ont été exécutés par nos batteries de gros calibre contre les organisations défensives allemandes de la rive droite de l’Yser, dans la région de Dixmude.
Combats d’artillerie en Artois sur le front anglais.
Des avions britanniques ont bombardé Porto-Lagos, en Bulgarie.
Des avions autrichiens ont survolé Venise et Mestre en lançant quelques bombes.
Les Anglais ont conquis 250 mètres de tranchées près de Vimy en Artois.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


665_001

Share Button

Mercredi 1er décembre 1915

Saint-Thierry en 1907

Louis Guédet

Mercredi 1er décembre 1915

4454ème et 443ème jours de bataille et de bombardement

8h soir  Pluie, tempête, froid et…  bombardement surtout vers le Champ de Grève et la gare de marchandises. Ce matin allocations militaires, cet après-midi révision des valeurs des enfants de Boullenois que je dois leur transporter le 8 décembre à Paris. Et voila ma journée avec les mêmes petits incidents parfois drôles mais trop longs à conter. Vu M. Bouvier vice-président de tribunal et Texier juge à l‘Hôtel de Ville, toujours fort cordiaux.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Paul Hess

Ier, 2 et 3 décembre 1915 – Bombardements sur les batteries, aux mêmes endroits que le 30 novembre.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Mercredi 1er – Nuit tranquille : beau soleil ; Mgr Neveux part pour Meaux. Visiter le Petit Séminaire, et pour Paris. Visite au Bain-de-pieds de Saint-Thierry ; à l’ouvroir, 14 rue Cazin, chez Mademoiselle Mahieu ; au Fourneau économique, Moulins-brûlés, où l’on sert 180 à 200 rations par jour. De 9 à 11 h., bombes sur la ville. A 11 h. 1/2, bombes sifflantes sur les batteries, je pense ; gros coups de canons français. Visite à M. Andrieu. Il a entendu dire qu’un sous-marin allemand a coulé un vaisseau français qui transportait des troupes 43 : 700 soldats auraient été noyés. Écrit à Mgr de Rennes.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Saint-Thierry en 1917

Saint-Thierry en 1917


Mercredi 1er décembre

Journée de brouillard et pluie:dégel en Champagne. Canonnade sur l’ensemble du front; combats à la grenade en Artois (région de Loos). En Alsace, notre artillerie bouleverse les tranchées ennemies de la vallée de la Fecht, au nord de Muhlbach.
Canonnade sur le front belge.
La flotte britannique bombarde les positions allemandes du littoral de Belgique, du côté d’Ostende.
Les Italiens ont repoussé plusieurs contre-attaques et fait plusieurs centaines de prisonniers sur l’Isonzo.
Les Russes ont remporté un sérieux succès à Illuxt, à l’ouest de Dwinsk. Le général von Below a fait évacuer Tukkum que l’armée allemande occupait depuis plusieurs mois. Il a ordre de tenir jusqu’au bout avec ses troupes de ce côté.
Un avion anglais a coupé un sous-marin allemand près de Middelkerke.
L’Allemagne a interdit la sortie de ses journaux par les frontières suisse et néerlandaise. Cette prohibition coïncide avec la rentrée du Reichstag où le chancelier doit être fortement attaqué.
Le sultan d’Egypte annonce qu’il lèvera s’il le faut 500.000 hommes, pour résister à l’attaque turque.
De nouvelles manifestations de femmes ont eu lieu à Berlin, contre la cherté de la vie.
La Chambre a voté l’incorporation de la classe 1917.
Guillaume II
a passé une journée à Vienne.

Source la Grande Guerre au jour le jour

Share Button