• Category Archives: Cardinal Luçon

Lundi 9 juin 1919

Cardinal Luçon

Lundi 9 – Visite de M. Delpech de Frayssiner, Vice-Consul pour les Œuvres des Régions libérées, Équipe de Fismes. Visite (non reçue) de la Princesse Anne Galitzine, de Mme Hamilton Wilhem Cary Comtesse de Chabrillon née Levis-Mirepoix ; de trois Américains à 8 h du soir.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 9 juin

Les Quatre ont décidé qu’une commission enquêterait en Estonie, sur les menées allemandes.
M. Orlando a eu une entrevue à Oulx, à la frontière, avec M. Colosimo, vice-président du conseil italien,au sujet du règlement de l’affaire de Fiume.
Le bombardement de Cronstadt par les Finlandais continue.
La situation du cabinet espagnol apparaît toujours instable.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Dimanche 8 juin 1919 – Pentecôte

Louis Guédet

Dimanche 8 juin 1919 – Pentecôte

1731ème et 1729ème jours

8h matin  Encore une terrible journée de chaleur qui se prépare. Pentecôte. Triste Pentecôte, nuit blanche passée avec mes tristes et désolantes pensées… !! C’est mon lot ! Autour de moi je ne vois que des gens heureux, joyeux, tout leur sourit. Et moi je suis livré à mes souffrances, à mon agonie, de voir ma femme malade, malheureuse, et nos enfants dans la détresse !! Qu’ai-je donc fait pour être tellement maudit, et n’avoir toujours que souffrance, martyre, soucis, peines, découragements, et de voir toutes mes entreprises vouées d’avance à la stérilité et à la catastrophe. Non, c’est trop, trop, toujours les mêmes !! Je vais partir à 10h. Comment vais-je trouver tout mon monde à St Martin ? Ma femme est-elle à Paris ? J’en serais heureux, car du moins elle serait peut-être tranquillisée. Sinon a-t-elle reçu ma dépêche d’hier lui annonçant que je n’arriverai qu’aujourd’hui ? Et puis après tout ?!! Qu’importe ! que je m’y prenne de quelque façon que ce soit. Ce sera toujours mal, cela tournera toujours contre moi, pour mon malheur !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 8 – Visite de la société des Arts et Sciences, manquée.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 8 juin

Brockdorff-Rantzau

M. de Brockdorf-Rantzau est parti pour Cologne.
Les Quatre ont discuté la question de la frontière de Pologne.
La question du plébiscite demeure posée pour la Haute-Silésie. L’argumentation que M. Paderewski a développée contre cette procédure, n’a pas été sans faire impression. Il a allégué d’abord les difficultés matérielles, puis demandé comment on déterminerai l’autorité militaire qualifiée pour présider à l’opération, et, enfin, signalé l’emprise économique que l’Allemagne exerce sur la province et qui fausserait les résultats, si l’on recherchait, par ce moyen, un règlement à brève échéance.
Le chancelier autrichien Renner est de retour à Saint-Germain.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Samedi 7 juin 1919

Louis Guédet

Samedi 7 juin 1919

1730ème et 1728ème jours

4h soir  Temps et chaleur torride. Ce matin j’ai manqué mon train à cause d’imbéciles qui m’ont arrêté en route pour me causer de leurs affaires qui ne valaient même pas qu’on s’en occupe. Pourvu que ma pauvre femme ait reçu ma dépêche, sinon dans quelle inquiétude va-t-elle être !! Je partirai demain…  mais voilà mon repos qui m’échappe ! Toujours me sacrifier et en être la victime, voilà mon lot !!!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Photo Otto (Paris) – Colonel Galembert

Cardinal Luçon

Samedi 7 – Visite du Colonel de Galembert, de M. Paquis, Curé de Wer-Thuizy, de P. Neydillot.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 7 juin

Les quatre ont délibéré sur la réponse à faire à l’Allemagne.
Ils ont envisagé diverses rectifications qui ne toucheraient pas aux bases mêmes du traité.
La première aurait trait à la fixation des indemnités que l’Allemagne devrait verser à l’Entente.
La seconde vise la question des frontières polonaises.
Cette question est longuement traitée dans le contre-projet allemand. Les races sont enchevêtrées dans la Haute-Silésie, si bien qu’il n’est pas toujours facile de discerner laquelle est numériquement dominante.
Une commission, où figurent, pour la France, le général Lerond, pour l’Angleterre, M. Hedlam Morley, pour l’Amérique, M. Lord, et, où l’Italie, désignera aussi un mandataire, sera chargée de tracer définitivement la lisière entre Pologne et Prusse.
La délégation sud-slave a remis un memorandum à M. Wilson sur l’affaire de Fiume.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Vendredi 6 juin 1919

Louis Guédet

Vendredi 6 juin 1919

1729ème et 1727ème jours

6h soir  Beau temps lourd. Journée exténuante du monde reçu. Vu M. Lorin qui m’a dit que l’affaire des Galeries de Meaux et de Chartres allait peut-être entrer dans une nouvelle phase. Il offre de reprendre lui et Tricot le tout, ou Marcel seul. (Rayé). (Marcel Bataille ayant exprimé dans un premier temps vouloir racheter les parts des deux autres associés, ceux-ci les estimèrent largement. A la lecture de cette proposition Marcel Bataille déclara qu’à ce prix il n’était plus acheteur, mais vendeur. Et c’est ainsi que les Galeries Rémoises devinrent les Établissements Lorin & Tricot).

Après-midi Commission rogatoire en remplacement du juge d’instruction, qui est…  à Épernay ! alors j’écope de la corvée. Accident du travail, assez compliqué. Cet interrogatoire m’a pris 2 heures. Je suis fatigué…  et découragé. Je marche comme un automate !! avec le souci de la santé de ma pauvre femme en plus !! J’agis sans goût, sans espoir, vaille que vaille, à quoi bon ! Je ne sortirai jamais de ma vie misérable, alors je n’ai qu’à me laisser aller…  en attendant avec impatience la mort qui me serait une délivrance. Pauvre Être sans espoir. Pauvre Paria ! qui se sera sacrifié, tué pour le Devoir et tâcher de gagner un peu quelque chose pour les siens, et qui ne voit que des ruines et que tout ce qu’il peut entreprendre est frappé de stérilité d’avance. Ανἀγκη Fata !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Les Galeries Rémoises avant la Grande Guerre


Cardinal Luçon

Vendredi 6 – Visite du Lieutenant Navoli pour tombes recherchées. Bois des Bouleaux(1)

(1) Pendant encore de nombreuses années on va tenter de regrouper dans des cimetières importants toutes les tombes dispersées, tout en proposant aux familles de leur rendre les corps qui auront pu être identifiées. On estime actuellement à 100 000 le nombre de morts au champ d’honneur dont les corps n’ont pas été retrouvés.
Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Vendredi 6 juin

Les quatre ont continué l’examen du contre-projet allemand. Ils ont discuté spécialement les questions qui se rattachent à la frontière polonaise et au statut de la Haute-Savoie.
Les Cinq ont adopté une procédure pour le débat, qui s’est élevé entre la Belgique et la Hollande en ce qui concerne la révision du traité de 1839. Cette procédure va être notifiée aux deux gouvernements intéressés.
A la suite de la proclamation de la république rhénane, le gouvernement de Berlin a décidé de faire des concessions au particularisme.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Jeudi 5 juin 1919

Louis Guédet

Jeudi 5 juin 1919

1728ème et 1726ème jours

8h soir  De la pluie d’orage, la température est plus agréable. Journée chargée. Audience de l’après-midi fort chargée. Quantité de réquisitions et de conciliations, dont une roulant sur 191 000 francs (Triaud). Jugement rendu dans l’affaire Dejardin contre la virago (Weimann contre Triche) qui m’avait signifié que son mari n’avait rien à dire et que c’était elle que je devais écouter, attendu qu’elle portait les…  culottes !! Bref je lui ai rendu son jardin mais à charge de payer les semences ! elle n’y a rien compris !

Dispute entre Gérin, Directeur de l’Hôtel Lafayette, rue de Thillois (au numéro 35), et une de ses femmes de chambre…  plutôt d’une vertu facile !…

Celle-ci lui réclamait des gages qu’il ne lui a jamais promis, en échange sans doute de ses…  formes !!! L’entretien (?!) devant moi était plutôt…  transparent !! Joli monde !! Comme elle me demandait si je connaissais un huissier auquel elle pourrait s’adresser pour citer…  son Céladon ! récalcitrant, je l’ai envoyée à Babé mon audiencier, qui en est resté estomaqué !!! et…  offusqué !!…

Pauvre Babé, il n’en n’est pas encore revenu !! Rentré chez moi à 5h, fatigué, et trouvé du courrier dont une lettre de Lévêque avec une de ma pauvre femme qui se désole de son état. Il me conseille de la pousser à aller à Paris consulter au plus tôt afin qu’elle soit tranquillisée. Tout cela me tue, et me décourage énormément.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Jeudi 5 – Visite de M. de Curé de Merfy.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 5 juin

Les Quatre ont continué l’examen des contre-propositions allemandes.
Les Cinq ont entendu M. Van Kaarnebeck, ministre des Affaires étrangères de Hollande, sur la révision des traités de 1839. Les délégués belges ont ensuite pris la parole, mais le débat n’est pas encore sorti de la phase préliminaire et aucune méthode n’a été adoptée pour la discussion au fond.
La solution du problème de Fiume demeure en suspens; les Yougoslaves font des réserves importantes sur la proposition que le colonel House avait suggérée, et que MM. Orlando et Sonnino avaient accueillie en principe.
MM Pachitch, Vesnitch et Trumbitch, n’acceptent pas la délimitation de l’État autonome de Fiume, telle qu’elle a été conçue, et ils demandent que le plébiscite, dans cet État, ait lieu au bout de trois ans et non de quinze. De plus, ils se refusent à abandonner Zara et Sebenico à l’Italie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Mercredi 4 juin 1919

Louis Guédet

Mercredi 4 juin 1919

1727ème et 1725ème jours

9h soir  Beau temps, du monde, du courrier, de la fatigue, du surmenage, de la tristesse. Nouvelles tristes de ma femme, tout cela me décourage et me tuera. Rien d’autre de saillant, et puis à quoi bon s’intéresser à quoi que ce soit, puisque c’est en vain, et inutile ! Quoiqu’il arrive je ne puis qu’être malheureux et misérable.

Demain audience, en toge, ayant eu jugement à rendre, quand donc disparaitrais-je de cela, pour rester toujours dans l’ombre auquel j’aspire de plus en plus.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 4 – Visite de deux Sulpiciens dont M. Bonnard ; visite du Comte et de la Comtesse de Bourbon-Lignières ; de M. Hemphill, Président du « Secours National » à New-York, très dévoué, me pressant d’aller en Amérique.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 4 juin

Blason de la Yougoslavie

Le chancelier Renner, après avoir étudié le texte des préliminaires de paix qui lui avait été remis à Saint-Germain, est parti pour Innsbrück où il doit conférer avec Otto Bauer.
L’Angleterre reconnaît l’État des Serbo-Croato-Slovènes.
L’année russe du Nord continue sa marche sur Petrograd.
0n annonce la démission du président de la République portugaise.
L’émir d’Afghanistan qui s’était révolté, demande la paix à l’Angleterre.
Le gouvernement allemand a décidé de déférer à la justice, pour haute trahison, les dirigeants de la république rhénane. Ceux-ci ont adressé un appel à l’Entente et décidé d’envoyer une délégation à Paris.
M. Maura annonce que les conservateurs auront, aux Cortès espagnoles, 230 mandats sur 410.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Mardi 3 juin 1919

Louis Guédet

Mardi 3 juin 1919

1726ème et 1724ème jours

9h soir  Temps couvert avec vent d’Est froid. Les Rogations sont en retard de 8 jours. Du monde, du courrier, je ne sais comment j’ai passé ma journée. Je me fatigue de plus en plus. Rencontré Jolivet qui allait dîner au Buffet. Je l’ai accompagné pour causer tandis qu’il mangeait. Vu Turon de l’Indépendant qui veut voir s’il pourrait reconstituer l’Indépendant !! A quoi bon !! Jolivet m’a dit que Couronne (Léon Jean Couronne (1858-1926) avocat à Paris l’avait vu pour reprendre l’affaire de Thiénot père (rayé), avec la Chambre en Cassation pour faire réviser la décision de la Chambre qui l’avait forcé à céder. C’est une honte !… Enfin on verra !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 3 – Réunion de la Commission pour l’office départemental des Pupilles de la Nation. Visite de Mad. Périnet ; de la Baronne de Montenoch, le Comte Woinonitch, délégué Yougoslave à la Conférence de la Paix. Visite de Soeur Geneviève, entente entre elle et M. Renaud

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 3 juin

La république rhénane a été proclamée à Mayence, Wiesbaden, Aix-la-Chapelle, etc. Le nouveau gouvernement siégera à Wiesbaden, sous la présidence du Dr Dorden.
Les conditions de l’Entente ont été communiquées à l’Autriche, à Saint-Germain-en-Laye.
Les journaux socialistes indépendants allemands disent qu’il faut livrer Guillaume II.
Les troupes grecques ont pris possession d’Aivali en Asie-Mineure.
Les élections espagnoles ont eu lieu. Elles ont donné la victoire aux gauches à Madrid, aux régionalistes à Barcelone; ailleurs, les candidats gouvernementaux ont la majorité.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button

Lundi 2 juin 1919

Louis Guédet

Lundi 2 juin 1919

1725ème et 1723ème jours

Beau temps. Je rentre ici où c’est une procession. Visite de Givelet, de Mme Le Blanc parente de Mme Mareschal (Berthe Marie Adèle Cousin (1855-1937), veuve d’Albert Le Blanc (1839-1889)), accompagnée de M. et Mme Brulé des Mesneux (Emile Brulé, Maire des Mesneux (1853-1930) et son épouse, née Adèle Claire Luzzani (1857-1931)). Je suis exténué.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Lundi 2  – Réunion de la Commission pour le tarif. Visite au Retour à Reims. Visite de M. Cuef, Curé de Pouru S. Remi.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 2 juin

Le gouvernement a publié la lettre d’envoi qui accompagnait les contre-propositions de Brockdorff-Rantzau.
Il a publié également la réplique adressée au chef de la délégation allemande, au sujet de la législation du travail.
La question de Fiume a été débattue entre M. Wilson et les délégués sud-slaves.
Les volontaires russes ont continué leur marche dans la direction de Petrograd.
On annonce officiellement que Lord Derby reste ambassadeur à Paris.
De grands mouvements de troupes alliées ont lieu dans la région rhénane.
Le cabinet de coalition s’est constitué, en Bavière, avec Hoffmann à sa tête.
Le capitaine Beerfeld a fait une conférence à Berlin, pour insister sur les responsabilités de l’Allemagne.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Dimanche 1er juin 1919

Louis Guédet

Dimanche 1er juin 1919

1724ème et 1722ème jours

Je fais mes colis pour mon retour ici. On décide d’envoyer des meubles 42 rue Clovis le 11. Je vais à Vitry-la-Ville rendre visite aux de Riocour, qui sont à Paris. Je pousse à Togny où je vois la famille Lévêque et le Docteur Langlet. Le Docteur Lévêque me conseille de faire voir ma pauvre femme par un docteur de Paris.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 1er –  Messe à Saint-Remi ; allocution ; Vêpres rue du Couchant.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Dimanche 1er juin

Les Quatre ont conféré matin et soir. Ils se sont entretenus d’abord de l’affaire de Fiume qui est en excellente voie. Le président Wilson a exposé aux délégués sud-slaves le sens de la proposition transactionnelle à laquelle il s’est rallié.
Les chefs des gouvernements ont aussi échangé leurs vues sur le contre-projet allemand.
Les représentants des États à intérêt limité, qui avaient reçu communication du texte du traité avec l’Autriche, ont tenu une séance confidentielle au quai d’Orsay.
La Suisse, alléguant sa neutralité, refuse de prendre part éventuellement à de nouvelles mesures de blocus contre l’Allemagne.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Samedi 31 mai 1919

L'intérieur de la cathédrale

Louis Guédet

Samedi 31 mai 1919

1723ème et 1721ème jours

Rien de saillant.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Samedi 31 – Visite des Amateurs de l’Art. Visite de Madame Austin Lee, femme de l’Ambassadeur d’Angleterre, qui m’a fait divers dons pour mon diocèse, à qui j’ai fait visiter la Cathédrale

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

L'intérieur de la cathédrale

L’intérieur de la cathédrale


Samedi 31 mai

On prévoit un règlement amiable et rapide de l’affaire de Fiume.
La remise du texte des préliminaires de paix à l’Autriche a été ajournée à lundi, sur la demande de la Roumanie.
Une dépêche de Washington fait prévoir des modifications dans les clauses de paix soumises à l’Allemagne.
L’armée finlandaise serait à vingt milles de Petrograd.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Vendredi 30 mai 1919

Louis Guédet

Vendredi 30 mai 1919

1722ème et 1720ème jours

Journée monotone. Je m’occupe d’un tas de choses. Jean nous arrive en permission de 20 jours au bout desquels il va à Lyon pour une autre destination.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 30 – Visite de M. A.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Vendredi 30 mai

L’Allemagne a publié ses contre-propositions qui ont été remises à M. Clemenceau.

Elle accepte la réduction des effectifs à 100.000 hommes. Elle prétend que les limites territoriales ne devraient pas être changées sans plébiscite préalable. Elle accepte que Dantzig soit déclaré port libre. Elle demande que l’Entente retire ses troupes des territoires occupés dans les quatre mois qui suivront la signature des préliminaires de paix. Elle demande également son admission immédiate dans la Ligue des nations.
Elle est disposée à rembourser, surtout à la France et à la Belgique, le montant des dommages; elle déclare qu’elle aura payé vingt milliards de marks en 1926, et qu’elle paiera ensuite une somme annuelle, mais le total ne devra pas excéder cent milliards de marks.
L’Allemagne refuse de livrer le kaiser, ainsi que les autres personnages indiqués comme responsables de la guerre. L’Allemagne demande enfin le droit de reprendre son commerce d’outre-mer et d’avoir une marine marchande.
L’armée Koltchak a pris Orenbourg.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Jeudi 29 mai 1919 – Ascension

Louis Guédet

Jeudi 29 mai 1919 – Ascension

1721ème et 1719ème jours

Première communion privée de Maurice avant la Grand messe. Journée calme et entre nous. M. le Curé de St Martin, l’abbé Adam, dîne avec nous.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Jeudi 29 – Visite des Amis de Paris, dans la Cour. Photographie.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Jeudi 29 mai

Amiral Koltchak

Les Quatre ont repris l’examen du problème russe et statué sur la reconnaissance de l’amiral Koltchak. Ils ont décidé d’adresser un message à l’amiral, et ce document est parti.

Les chancelleries signataires déclarent que leur seul objectif est de donner au peuple russe le moyen de statuer sur son sort. Elles reconnaîtront le gouvernement d’Omsk, si celui-ci fait savoir sa volonté de respecter la liberté de ce peuple et de réunir, dès qu’il sera possible, une Constituante.
Si la réponse est telle qu’on l’attend, l’amiral Koltchak sera invité à désigner un représentant à la Conférence.
On annonce la remise imminente à la délégation autrichienne d’une partie des préliminaires qui la concernent.
M. Klotz a déposé à la Chambre le nouveau projet d’impôts.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Mercredi 28 mai 1919

Louis Guédet

Mercredi 28 mai 1919

1720ème et 1718ème jours

Je pars à St Martin où j’arrive vers 5h, exténué de chaleur. Je trouve ma femme à peu près bien.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 28 – Visite de M. le Curé de Saint-Remi : invitation pour dimanche. Visite de Mademoiselle Soubeyran de la Ligue Franco-Australienne, dont j’ai reçu plusieurs fois des dons, et qui s’est montrée très sympathique pour Reims.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Mercredi 28 mai
Les Quatre n’ont pas délibéré à nouveau sur le problème de la reconnaissance de l’amiral Koltchak. Le débat en est exactement au point où il était resté la semaine précédente. Les gouvernements alliés inclinent à cette reconnaissance, mais ils en étudient encore les modalités, et ils la subordonneront à certaines conditions.
MM. Clemenceau, Wilson, Lloyd George et Orlando se sont entretenus surtout de la remise des préliminaires à l’Autriche. La délégation autrichienne demande à être avisée à bref délai des conditions de l’Entente, afin que les négociations puissent s’ouvrir. Elle fait valoir que son séjour à Saint-Germain-en-Laye est très onéreux pour un pays qui va être réduit à d’assez minces ressources.
L’armée russe du Nord a pris Peterhof, à vingt-quatre kilomètres de Petrograd. On annonce que Pskoff serait tombé aux mains des Estoniens.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Mardi 27 mai 1919

Louis Guédet

Mardi 27 mai 1919

1719ème et 1717ème jours

9h soir  Beau temps. Aujourd’hui à 8h du soir je suis entré dans ma 55e année !! 55 ans de peine, labeur, travail, souffrances, dangers, 55 ans de vie lamentable, et avec la perspective d’une fin de misères et de tortures, voilà mon bilan ! Aussi suis-je loin d’avoir des idées gaies !

Beaucoup de monde, du travail stérile comme toujours… Vu Jolivet, et mis au point bien des choses pour notre réunion générale. Je pars demain matin pour St Martin pour la première communion privée de mon cher petit Maurice ! Pauvre Petit ! quelle triste jeunesse aura-t-il eue !! Je ne pense rentrer que lundi. Je suis trop fatigué et je tâcherai de me reposer.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 27 – Anniversaire de la reprise du Chemin des Dames par les Allemands !  Visite de la Cathédrale par une délégation de la Presse Parisienne : Excelsior, Matin, Echo de Paris, etc. Visite du Général Debeney, nommé gouverneur de l’École de Guerre

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 27 mai

Georges Clémenceau, par Nadar

M. de Brockdorff-Rantzau a fait remettre une treizième note à M. Clemenceau.
Ce document est très développé et il constitue une contre-réponse au sujet des responsabilités et des réparations. Brockdorff-Rantzau essaie, une fois de plus, de nier ou d’atténuer les responsabilités de l’Allemagne dans la guerre.
Le gouvernement italien ayant interdit à d’Annunzio de participer à une manifestation où il devait être question de Fiume et de l’Adriatique, le poète, qui est lieutenant-colonel dans l’aviation, a demandé sa mise en congé.
M. Taft, ancien président des États-Unis, a prononcé un discours en faveur de la Société des Nations.
Les Afghans ont demandé au gouvernement de l’Inde la cessation des hostilités.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button

Lundi 26 mai 1919

Louis Guédet

Lundi 26 mai 1919

1718ème et 1716ème jours

7h soir  Beau temps. Journée fort fatigante et j’ai eu de la fièvre toute la journée, fatigue, surmenage. Du monde en quantité, appris peut-être des choses intéressantes mais impossible de me souvenir de quoi. Dans la quantité de choses qui me bourrent la tête !! Je suis surmené, usé. Houlon est venu me voir tout à l’heure et nous causions de l’avenir. Il me raconte ce qu’il tenait de son fils qui est à Mayence, que celui-ci avait accompagné Foch dans sa descente du Rhin pour inspecter nos troupes afin de faire pression sur les allemands. Il parait que cela a été très significatif et Von Brockdorff-Rantzau est rentré à Versailles plus tôt qu’il ne l’avait dit, mais ajoute ce jeune homme : « Oui, les allemands sont atterrés et signeront tout ce que l’on voudra, mais n’empêche que nous aurons la Guerre dans 15 ans, avec notre mollesse, notre…  bêtise nous avons non pas clos l’ère de la Guerre, mais ouvert celle de l’ère des Guerres ».

C’est hélas mon avis. Je vais me coucher, je ne tiens plus debout.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 26 – Confirmation à Ay. Visite de M. Méa, qui nous avait logés du 20 août au 31 décembre dans sa propre maison.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Amiral Koltchak

 Lundi 26 mai

Les Quatre ont tenu deux séances.
Ils ont examiné le problème de la répartition de la dette autrichienne, en considérant séparément celle qui a été contractée avant la guerre et celle qui a été contractée pendant la guerre.
Ils ont discuté l’éventualité de la reconnaissance de l’amiral Koltchak et décidé qu’elle ne pourrait avoir lieu qu’en vertu d’une décision simultanée des grandes puissances.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button

Dimanche 25 mai 1919

Louis Guédet

Dimanche 25 mai 1919

1717ème et 1715ème jours

8h1/2 soir  Beau temps mais tendant à se brouiller. Messe de paroisse rue du Couchant à 9h. J’avais peu dormi la nuit, avec mes insomnies et mes cauchemars. Je me suis levé tard, et il a fallu encore qu’un gêneur vint me relancer à 8h1/4 pour ne me causer…  de rien. . A la messe de la chapelle j’ai pleuré, peu de monde de connaissances, de là été à la Banque de France voir M. Gilbrin le Directeur, pour lui causer d’un jeune stagiaire qu’il veut bien prendre, le fils Fayet qui a été un peu mon clerc durant les bombardements (Pierre Fayet deviendra Directeur de la Banque de France (1899-1973)).

Toujours le même et excellent directeur, qui a eu l’inconscience de me dire : « Eh bien ! nous allons faire l’ouverture ensemble cette année !! » Comme si j’y avais le cœur !! L’ouverture de la chasse, au milieu de nos ruines, à travers les tombes ?!! sans doute !!

Quel état d’âme ont tous ces gens-là qui durant la Guerre n’ont songé qu’à…  se défiler et…  à sauver leur peau !! Rentré à 11h travailler. Je ne suis sorti que pour porter mes lettres place du Parvis à 6h du soir ! Ensuite j’ai écrit quelques mots à mon cher Procureur Général Bossu pour me reposer un peu de toutes mes lettres d’affaires, et voilà mon dimanche !… !… Triste, monotone et sévère !!

Dans les rues la cohue des visiteurs, touristes, etc…  masse écœurante ! qui ne songe qu’à se repaître de nos souffrances et de nos ruines en…  chantant.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 25 – Voyage à Ay. Mgr Neveux parti à Sainte-Clotilde de Paris pour la Marne Dévastée.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Dimanche 25 mai

M. de Brockdorff-Rantzau est revenu à Versailles après avoir conféré avec Scheidemann.
Les Quatre ont continué l’examen des clauses à soumettre à l’Autriche. Ils ont statué sur les obligations militaires que cette puissance devrait assumer et sur les réparations qu’elle devrait acquitter.
Les Cinq se sont occupés du ravitaillement des provinces baltiques.
Le journaliste autrichien Frischauer a été expulsé à la suite d’incartades qu’il a commises.
Les socialistes indépendants allemands continuent à prendre une position agressive vis-à-vis des majoritaires, et ils semblent gagner du terrain dans l’opinion.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button