• Category Archives: Artistes

Devoir de mémoire

Ce livret a été réalisé, au Groupe Saint-Michel, grâce à la participation et à l’engagement collectif de l’ensemble des élèves de CAP2 2017/2018 ainsi que les élèves de 3e PP pour leurs motivations, leurs engouements. Pour la création des photographies, l’écriture des textes, pour la réalisation des maquettes du livret, des carnets, des lettres et des affiches : la plasticienne Caroline Valette et Madame J. Coutelot

Share Button

Bourdelle et Reims

Article : Eric Brunessaux et Véronique Valette

Une belle exposition se termine le 4 février « Bourdelle et l’antique,  une passion moderne » au musée éponyme, 18 rue Antoine Bourdelle, 75015 Paris

Le Musée Bourdelle est vaste pour un seul artiste, comprenant de nombreuses salles et son atelier conservé dans l’état avec sa verrière donnant sur un grand jardin.

Bourdelle et le martyre de Reims

Bourdelle admirait la statuaire du moyen-âge.

Ci-dessous un moulage en plâtre du David s’apprêtant à couper la tête de Goliath, l’ estampage semble être un moulage effectué sur l’original.

la statue se trouve au dessus de la grande rose de la façade de la Cathédrale de Reims : deuxième personnage en partant de la gauche

Avant la Guerre 1914-1918

A gauche, l’état de David après la Grande Guerre, à droite : la restauration récente de David qui tient au dessus de sa tête l’épée qui décapitera Goliath

Ici, la statue de David présentant la tête de Goliath au roi Saül. (© l’Hebdo du Vendredi)

Sources et crédit photo :

Share Button

Le violoncelle des tranchées

l’un des plus célèbres violoncellistes des temps modernes, Maurice Maréchal

Sur le site de Le Monde :

Emmanuelle Bertrand joue sur le violoncelle de guerre

Le 21 septembre 1914, l’agent de liaison Maurice Maréchal, dont le régiment était cantonné à Hermonville dans la Marne, enfourchait son vélo pour porter un message à Reims. En route, le célèbre violoncelliste s’arrêta dans le village de Chenay. A l’invitation du général Mangin, il y revint en 1917, avec son violoncelle – le bien-nommé « Poilu » –, que deux camarades menuisiers dans le civil lui fabriquèrent en juin 1915 à partir de bois de caisse de munitions allemandes et de morceaux de porte de chêne  : voir la suite…

Share Button

Louis Delozanne

Le journaliste de France 3 nous avait contactés après avoir vu nos publications sur notre site.
vous pouvez revoir ici une partie de ses carnets de dessin et  voir l’émission…

© – Collection privée Annick Delozanne et Paul Lasserre – Pathé Gaumont – Editions des Amis du Vieux Crugny crayonnés de Louis Delozanne

Share Button

Dessin de François Schmidt

La nouvelle boite de biscuits roses de Reims évoquant la guerre 14-18 vient de sortir. On pourra la trouver dans des magasins d’usine Fossier et sur certains points de vente. Le dessin est réalisé sur palette graphique.

La ville a subi pendant la Grande Guerre 1151 jours de bombardements allemands. Pour se protéger, les habitants se réfugient dans un endroit tout trouvé, les caves des maisons de champagne creusées sur des dizaines de kilomètres sous la ville. Une vie parallèle va s’organiser pendant toute la durée de la guerre, comme dans les caves de la Maison Krug.

14570788_1600182973619336_7809238269671955360_o

 

Share Button

Sarah Bernhardt devant la cathédrale en 1916

En 1916, la grande tragédienne Sarah Bernhardt (1844-1923) est déjà âgée de 72 ans. L’année précédente, elle a été amputée d’une jambe à cause d’une arthrite tuberculeuse. Refusant de porter une prothèse elle joue assise. Sur les photos qui la montrent debout, ci-dessous, elle est sur une jambe et on peut voir qu’elle se tient après la grille entourant la statue de Jeanne d’Arc.

A propos de cette cérémonie, voici un extrait du livre « Les villes en guerre (1914-1945) – Philippe Chassaigne, Jean-Marc Largeaud – Google Livre (éd. Armand Colin) Page 74 :

ob_20e135_sarahbernhardt

Photos N&B: collection Vincent Piniarski :

ob_f5c86b_1

Collection Vincent Piniarski

A noter que le texte du livre indique la date du 9 septembre 1916, alors que les annotations au dos des photos parlent de juillet 1916…!

Share Button

C215 – La rétrospective

LE CELLIER 30 avril / 31 juillet 2016 – 4 bis rue de Mars, Reims

L’artiste :

Christian Guémy alias C215 est un artiste français majeur de la scène du street art. Né en 1973, il habite Vitry-sur-Seine où il a ses ateliers. Il travaille essentiellement au pochoir avec un style unique. Il intervient sans les rue du monde entier, sur tous types de support et format, et dans des lieux atypique (prisons, hôpitaux, centres de recherche, établissement éducatifs…). Ses œuvres peintes sur objets de recyclage sont présentes dans de nombreuses galeries et collections publiques en France et à l’étranger…

…Voir son site…

La liberté de photographier les œuvres de Christian Guémy étant totale, j’en profite pour vous présenter ce dessin qui trouve tout à fait sa place dans ce site.

 

Share Button

L’artisanat de tranchée

Au début du siècle, 45 % de la population française est rurale, avec une forte tradition artisanale. On retrouve sur le front une majorité de paysans, qui lors de longs séjours dans les tranchées tentent d’occuper le temps en détournant le matériel trouvé sur place pour se l’approprier.

Cette inventivité est aussi une tentative désespérée de préserver son individualité et laisser une trace. Dans les pires conditions matérielles, les soldats n’ont jamais cessé de créer, pour tromper l’ennui mais aussi supporter la vie au front. (source : Historial de la Grande Guerre)

Si vous avez chez vous, ce genre d’objet : envoyez-nous une photo et les renseignements qui vont avec (si vous en avez), nous serions heureux de compléter cet article.

  • Ces objets trouvés dans une grange sont restés dans une famille rémoise depuis trois générations. On voit bien inscrit : « chemin des Dames » sur une face.

Llien : http://www.historial.fr/

Un encrier

  • Et ci-dessous deux vases venant de la famille d’un soldat de Châlons-en-champagne : René Albert Léger, cordonnier dans la vie civile, né en 1894 à Laon et mort à Châlons en 1980 :
  • Et nous avons déjà publié ces objets appartenant à la famille Denoncin : 1918 Artisanat de tranchée – Cathédrale de Reims Martyre – Hauteur 183mm

 

 

Share Button

Les gueules cassées

Dans le cadre du projet culturel du lycée Stephane-Essel, les travaux des élèves de la section d’enseignement professionnel ont été exposés au foyer du Lycée Godart-Roger

La plasticienne Dominick Boisjeol (Les Zinzolines) après avoir visité l’exposition au musée des Beaux-Arts de Reims avec les élèves a décidé de travailler sur ce sujet, c’était autant un choix artistique qu’instructif, il était important de montrer que d’autres jeunes de leur âge avaient été acteurs de cette guerre. Visionner des photos de visages dévastés a été important.

Ce projet les a marqués : « ça a été une expérience vraiment intéressante qui nous a permis d’avoir un autre regard sur cette guerre lointaine »

Les professeurs d’arts appliqué : Marie-Pierre Blanc et Isabelle Laurent

Les classes :

1 GA – 1 CIP – 1 ECM – 1 GA groupe 1 et 2 – 1 ATMFC 15 M – 1 SM – 1 Plas – 1 Eleec – 1 vente – TCIP – TSM – 1 comm – T Plas – 1 comm groupe 1 et 2 – en tout près de 300 élèves

« Ils avaient, pour certains, notre âge ! »

Article L’Union Épernay – 24 mars 2015 – Des gueules cassées à Godart-Roger

Share Button

Jean-Claude Houdry

Jean-Claude est un peintre rémois qui peint et calligraphie ses toiles avec les paroles des chansons de Pierre Mac Orlan.

Pierre Mac Orlan et la chanson 14/18
Parmi les chansons de Pierre Mac Orlan qui ont été mises en musique, quatre sont directement inspirées par la guerre de 14/18 : Nelly, Rose des bois, Chanson sur la route de Bapaume et Sainte-Savine. Mais il en existe deux autres, restées sans mélodie jusqu’à ce jour : La Chanson de la relève montante et La Chanson du grenadier irlandais.
D’une chanson à l’autre, les héros ou héroïnes changent, mais on y retrouve le même climat cher à Pierre Mac Orlan, le même argot typique des casernes et des ports.Nelly évoque un fantassin de la classe 14, Rose des bois, une pauvre fille à soldats et Chanson sur la route de Bapaume, la dure condition d’un poilu exposé au feu de l’ennemi…

Share Button

Carnet de dessins de Louis Delozanne #3

Des reproductions des dessins des carnets de Louis Delozanne de Serzy sont encore visibles dans l’exposition réalisée par Madame Lallemand-Jacquesson à Crugny dans l’église ouverte mardi 11 novembre (de 10 à 12H puis de14 à 17H).

ob_c62074_dsc-2603-bob_3fe266_dsc-2594c-copie

ob_4db3c7_dsc-2599 ob_8b7298_dsc-2598c ob_a4ff60_dsc-2601

Share Button

Carnet de dessins de Louis Delozanne #2

Trois autres dessins variés du deuxième carnet. Les lieux mentionnés dans ces carnets mériteraient une cartographie pour montrer où Delozanne et le 106e RI originaire de Châlons-sur-Marne sont passés.

Pour l’historique de ce régiment, voir l’article bien complet de Wikipédia et deux sites : Ceux du 106e et, pour le journal de marche du régiment, Mémoires des hommes

On rappelle ici à nouveau l’exposition sur Crugny en 1914-1918 organisée par Madame Lallemand-Jacquesson à l’Église de Crugny les 8-9-10-11 novembre 2014. (En continu de 10H à 18H les 8-9-10 novembre. Le 11 novembre de 10 à12H puis de14 à 17H). Des images des carnets y sont montrées et un timbre à l’effigie du village est édité à cette occasion avec la participation des services postaux le samedi 8 de 14H à 17H. Il sera vendu pendant les 4 jours de l’exposition.

Le livre de Madame Jacquesson prévu à cette occasion ne sera édité que début 2015

Légendes des trois dessins choisis parmi ceux du carnet dont une étude complète serait la bienvenue : 1 – « 6 / Gabion sur la Suippes 3 mars 1916″ (un gabion est une petite digue de défense) ; 2 – « 17 / Tonte des moutons – Juvigny (Marne) 4 mai 1916″ ; 3 – « 23 / Ferme Dricourt (près Verdun) juin 16″

ob_da8347_carnet-2-4-copie

ob_24f958_carnet-2-11-copie ob_2321a4_carnet-2-17-copie

Lien :

Share Button

Carnet de dessins de Louis Delozanne

louis-delauzanne« Louis Delozanne, infirmier, 106e Régiment d’Infanterie, 12e compagnie« 

C’est le début du carnet de Louis qui était originaire de Serzy dans la Marne.

Nous publions ici quelques pages de son deuxième carnet… il y en aura d’autres…

Nous en profitons pour annoncer l’exposition Un village champenois à l’arrière du front : Crugny et sa région 1914-1918 qui se tiendra à l’Église de Crugny les 8-9-10-11 novembre 2014. (En continu de 10H à 18H les 8-9-10 novembre. Le 11 novembre de 10 à12H puis de14 à 17H). Seront présentées les transformations du village au service de l’armée française et sa destruction complète en 1918 ainsi que l’installation dans la région de nombreux champs d’aviation fréquentés par les As comme Guynemer, Dorme et d’autres. Une place particulière est faite à nos soldats et leurs tristes conditions de vie et de mort. Les très beaux dessins de Louis Delozanne, soldat de Serzy, prêtés par Paul Lasserre, seront présentés en continu sur un écran de télévision.

Un timbre à l’effigie du village est édité à cette occasion avec la participation des services postaux le samedi 8 de 14H à 17H. Il sera vendu pendant les 4 jours de l’exposition.

Merci à Paul Lasserre et Jean-Jacques Frémaux qui ont à cœur de faire connaitre Louis et se ses très beaux dessins.

Nous publions les 4 premiers dessins signés « D » du deuxième carnet, dans l’ordre des pages du carnet :

1 : 25/08/1916, Camp Berthelot2 : 29/08/1916, La Suippes3 : 29/8/1916, légende en haut à droite en partie illisible Alors B*y** G*****4 : 1/03/16, La Suippes près La Sapinette.

ob_b670a4_carnet-2-0-copie

ob_2512c2_carnet-2-1-copie
ob_d00c0d_carnet-2-2-copie
ob_1c3ec6_carnet-2-3-copie

Lien : Je me souviens de ceux de 14 : Fraternité et déchirement, Genevoix et le 106e R. I.. Par Gérard Canini, Agrégé de l’Université

Je me souviens de Ceux de 14 vous propose de redécouvrir l’Hommage à Maurice Genevoix édité en 1981 par le Comité National du Souvenir de Verdun…

Share Button

Laurent Tourrier

1914-1918 est un sujet qui tient à cœur à Laurent Tourrier ! Passionné par cette période de l’histoire, surtout par la campagne des Dardanelles et d’Orient. Il réalise des portraits, scènes où sont immortalisés nos valeureux poilus. En 2008, il a également réalisé un ouvrage relatant le parcours d’un aïeul pendant la Grande Guerre. Livre illustré de nombreuses photos, peintures et divers documents d’époque.

ob_f093d2_526p

Sur le site de Laurent Tourrier : Toiles14-18
Share Button

François Mayu

… Des éclats d’obus qu’il glane depuis dix ans au Chemin des Dames, François Mayu forge de longs cris de métal qui s’élancent vers le ciel en prières étouffées et râles d’agonie…

« Ces années d’imprégnation justifient mon engagement artistique : assembler ces éclats d’obus pour témoigner de l’indicible, créer des corps meurtris, universels.
Mes tableaux et sculptures ont pour titre “Chemin des D
ames” »

FM

ob_ca64c5_horizon-web-705x209

ob_329e01_chemin-des-dames-345-705x571

Le site : François Mayu | Le chemin des dames : Peintures & sculptures

Share Button

Le projet de l’exposition « Poppies blow stories… »

ob_5c4b15_toullecCette exposition s’inscrit dans un contexte européen et mondial, qui est à l’échelle de ce conflit 14-18, mais il a tout de même une spécificité en étant ancré sur le territoire du G10. Ce territoire a été façonné et modelé par cette histoire contemporaine tragique.

L’idée de base étant que les 10 villes du G10 s’associent sur leur territoire pour passer commande à 10 artistes contemporains d’une œuvre originale qui traitera du sujet « poppies Blow Stories…» et donc de la première guerre mondiale, et des traces laissées sur son propre territoire et dans les mémoires de ses habitants…

L’association CHAPITRE # s’engage à réaliser le catalogue de cette exposition commune, catalogue qui retracera l’histoire du projet et détaillera le propos de chaque artiste sélectionné.

L’association CHAPITRE # assumera l’appel à projet auprès d’artistes contemporains issus de ce territoire, mais aussi d’autres artistes.

Un comité de sélection sera mis en place pour effectuer le choix des 10 artistes qui associera chacune des villes.

Share Button