• Catégorie: Amicarte

Reims 14-18 – Ces petits souvenirs…

Le Dimanche 13 février 1916 Ma bien chère Jeannette, bien chère Maman. Aujourd’hui, pas de lettre de ma petite femme chérie; mais en revanche une mignonne carte accompagnée d’une charmante lettre de Germaine. Je t’envoie ci-joint les deux; mais il ne faudrait pas que Germaine se formalise, la pauvre enfant, si je te renvoie la …Voir +

Reims 14-18… nous buvons une coupe de champagne à ta santé

18 décembre 1915 Mon cher camarade, tu excuseras mon retard pour te faire réponse. Depuis ton départ, nous n’avons pas eu une minute à nous. Le bataillon, à sa sortie des tranchées était éparpillé un peu partout. Un compagnie à Montchenot, deux à Verzenay, une à Rilly. Moi et François avons passé 3 jours de …Voir +

Correspondance 14-18 – A Verzy, il y a eu du gaz asphyxiant qui a remonté des tranchées

Le 21 octobre 1915 Ma chère Henriette, je t’envoie une collection de la Bonne Presse, je pense que cela te fera plaisir. Je te dirais que la mère de Paul va bien doucement. Je suis encore à Bouzy jusqu’à jeudi prochain. A Verzy, il y a eu du gaz asphyxiant qui a remonté des tranchées, …Voir +

Correspondance 14-18 – La Cathédrale à 17h25…

Maintenant, je vais mieux mais je souffre toujours beaucoup de l’estomac. Vois-tu, ce qui nous faudrait, c’est la fin de la guerre, enfin, il faut espérer que nous en approchons, car je t’assure qu’il me tarde de te revoir ainsi que toute la famille. Prenons patience, ce grand jour, espérons-le, sera vite-là. Embrasse, chère Maman, …Voir +

Correspondance 14-18 – De Vareilles à Loyasse, en passant par Somepy et Lyon St-Irénée…

Vendredi 1er octobre 1915 Chers parents Je suis arrivé à bon port à 11h à Lyon, je suis allé me présenter à St Irénée et j’y suis resté. Ils m’ont versé à la 2e Compagnie au Fort de Loyasse. Demain, je vais passer la visite et je compte bien être inapte 4 mois ou deux. …Voir +

Reims 14-18… Si cela dure encore il y aura beaucoup de déserteurs !

Reims, le 16 juillet 1915 Bien chers amis, … Je suis heureux de vous savoir tous en bonne santé. Je vais bien pour l’instant et espère qu’elle continuera à être bonne. Comme autres nouvelles, c’est toujours la même chose et certes la guerre n’est pas finie et l’avenir reste toujours sombre, mais vers novembre si …Voir +

D’Euville à Arras… en passant par Epernay… Georges, à sa Maman

n39 – Mardi 27 avril 1915 Bien chère Maman, comment allez-vous ? Maintenant, nos pièces sont en batterie et moi ainsi que les chevaux, nous sommes en arrière, comme à Euville. Je suis à l’abri des balles et des intempéries. Je suis en bonne santé et pense qu’il en est de même pour vous. Nous …Voir +