Louis Guédet

Jeudi 26 juin 1919

1749ème et 1747ème jours

1h soir  Assez beau temps, froid dans la matinée. Visite du commissaire de Police, M. Louboutin, qui venait fixer notre première audience de simple police, ce sera pour le jeudi 17 juillet prochain à 2h. Type du parfait policier pince-sans-rire. Où est mon pauvre cher Commissaire du 3ème canton, le brave Speneux, avec qui j’ai fait mes débuts durant la Guerre !! avec lui au moins on pouvait causer sans arrière-pensée. Le pauvre cher homme est mort, par suite d’une intoxication par les gaz, et il m’a laissé un réel souvenir d’un homme droit et juste, et surtout très franc.

Tout à l’heure audience civile à 2h. J’avertirai mes greffiers et huissiers pour cette audience correctionnelle.

7h soir  Audience banale. Jugement rendu sur un appel en revendication d’inscription sur les listes électorales, pour renvoyer l’intéressé devant la Commission Municipale. Cette affaire me reviendra sans doute pour statuer en appel, probablement, sauf cassation. Je suis usé et demain et après ce sera 2 journées exténuantes.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Jeudi 26 – Réunion de la Commission Permanent de l’Institut Catholique. Visite de M. le Comte de Franqueville, pour le Prix d’Audiffret à M. Welschingen, qui regrette tant que je ne me sois par présenté à l’Académie, non rencontré.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
Share Button