Louis Guédet

Lundi 10 mars 1919

1641ème et 1639ème jours

10h soir  Assez beau temps, matinée assez chargée. Toujours un tas de gens ! Courrier chargé que je viens de déblayer. Après-midi été 86, rue de Courlancy chez les Frères des Ecoles Chrétiennes pour le constat de pillage fait par le 223e d’Artillerie de campagne à 2h. A 4h1/2 le Sous-intendant militaire d’Angely, avec Bertaux n’était pas encore arrivés. Ils ont prétendu une panne ! mais j’avais téléphoné à Châlons où on m’a déclaré à 2h1/2 qu’ils n’étaient pas encore partis ! Je les ai en…  guirlandés de la belle façon ! Leur disant que j’avais bien trouvé, moi, vil civil, de téléphoner à Châlons, qu’eux, qui disposent du téléphone et du télégraphe et Dieu pourquoi et avec quelle désinvolture ils auraient pu me téléphoner ou me télégraphier pour me prévenir de ce retard ! Çà les a bouchés !! Bref à 6h nous avons fini et nous nous sommes quittés très aimablement  !! Quand on les prend de haut çà réussit toujours ! Rentré ici. Touzet m’annonce pour demain matin un tas de gens venus dans l’après-midi !! et demain à 1h j’ai réunion de Chambre !! Quelle vie ! En attendant je vais me coucher. Je suis éreinté.

Je reprends mes réquisitions le 3 avril 1919 à 2h un jeudi.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 10 – Visite ex officio du fils de M. Sharp ambassadeur des États-Unis à Paris avec ordre de venir me faire visite. Visite du doyen de S. Jacques et de M. le Curé de Flaignes  les Oliviers, et de Champfleury.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

M Sharp, ambassadeur des États-Unis – [photographie de presse] / Agence Meurisse


Lundi 10 mars

Le Conseil suprême des alliés s’est réuni au quai d’0rsay. Les généraux anglais (Gordon), français (Savy), américain (Treat), italien (Segre), formant la commission de Laybach ont été nommés.
M. Tardieu a donné connaissance du rapport de la commission chargée de l’étude des questions belges; les conclusions tendant à la révision du traité de 1839 ont été adoptées.
M. Cambon a rendu compte de la réunion des petites puissances relative à leur représentation dans les commissions financière et économique. Une décision sera prise lundi à cet égard.
La discussion a porté ensuite sur l’interruption des négociations à Spa. A cet égard, il a été décidé que les Alliés se tiendraient fermes sur les positions adoptées par leurs représentants à la commission de Spa. L’Allemagne devra livrer d’abord sa flotte marchande, qui doit servir à la fois à son ravitaillement et à celui du reste de l’Europe. On ne refusera pas ensuite de lui fournir les subsistances nécessaires.
M. Orlando, président du Conseil italien, est reparti pour Paris, après avoir obtenu l’ajournement de la Chambre.
On dément le bruit d’un attentat contre le roi des Belges.
L’Autriche allemande a adressé une note à l’Entente pour demander que la population de la Bohême allemande soit consultée sur son avenir par voie de referendum.
Presbourg a été occupée par les troupes franco-italiennes.
La grève de Berlin est terminée. On compte qu’au cours des récentes batailles de rues, dans la capitale allemande, il y a eu 1.000 morts et blessés. Les indépendants essaient de se rapprocher des spartaciens. Le travail a repris dans les mines de l’Allemagne centrale.
Les pourparlers germano-polonais ont recommencé. La commission interalliée de Pologne s’est installée à Posen.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button