Louis Guédet

Mercredi 5 février 1919                                                             

1608ème et 1606ème jours

10h matin  Toujours un temps gris glacial, quel triste ciel gris. Robert est parti ce matin à 7h1/2 pour Paris et de là à Bellheim près de Landau où est sa batterie. Il allait un peu mieux, pourvu qu’il ne lui arrive rien durant ce voyage. Nous voilà donc réduits à 2 enfants ici. Moi je vais bientôt partir dans quelques jours laissant ma femme seule avec Marie-Louise et Maurice. Nouvelle séparation, nouvelles misères en perspective. Je suis bien découragé et délabré ! (Rayé). Car comme avenir je n’ai rien, rien à espérer ! Si ce n’est des ruines, des souffrances, des malheurs et des catastrophes. Je n’ai l’espoir d’aucune joie, d’aucune chance, d’aucun bonheur. Tout n’est que misère pour moi ! (Rayé). A Reims, que vais-je y faire ? me sacrifier pour rien, sans profit…  sans aucune reconnaissance ! vivre misérable, seul ! sans aide, sans consolation, abandonné de tout et de tous.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

  Cardinal Luçon

Mercredi 5 – Visite de M. Eduardo Villela, du Brésil. Réception 2 camions Red Cross Am

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Mercredi 5 février

Les représentants des grandes puissances ont entendu M. Venizelos exposer les revendications de la Grèce.

M. Velten, ancien consul de France à Varsovie, a été nommé délégué français à Teschen.
La commission des responsabilités de la guerre a ouvert ses séances au ministère de L’Intérieur. M. Tardieu, délégué français, a prononcé un discours et M. Robert Lansing a été élu président.
La commission de réparation des dommages, qui a siégé au ministère des Finances, a confié la présidence à M. Klotz.
M. Wilson a réuni officieusement les membres de la commission de la Société des nations. M. Léon Bourgeois a exposé le projet français.
La commission pour l’étude du régime international des ports, canaux et voies ferrées, s’est réunie au ministère des Travaux publics, sous la présidence de M. Claveille.
La commission chargée d’examiner les revendications territoriales roumaines a été désignée. MM.. Tardieu et Laroche y représentent la France.
M. Wilson a été reçu solennellement par la Chambre des députés. Il a prononcé un grand discours en réponse au discours de M. Deschanel.
La Conférence socialiste internationale de Berne a ouvert ses séances et entendu MM. Branting (Suédois) Albert Thomas et Mistral (Français) et Wels (Allemand).
Un accord a été passé entre les spartaciens de Brême et le gouvernement de Berlin.

Fayçal ben Hussein al-Hachimi Eljai

Le Parlement anglais a ouvert sa session. M. Lowter a été réélu speaker. Celui-ci a pris toutes sortes de dispositions pour parer à une marche possible des spartaciens de Weimar. Les mandataires du peuple sont arrivés dans cette ville.
Les nouvelles du Portugal continuent à demeurer confuses; Les communiqués monarchistes restant en contradiction absolue avec les communiqués républicains. Il semble toutefois évident que les républicains ont la victoire.
De nouveaux et violents débats au sujet de la Catalogne ont eu lieu aux Cortès espagnols.
Les bolchevistes ont repris Vilkomir.
Le ministre des Finances d’Espagne, M. Calbeton est mort.
La Croix de guerre a été décernée au fils du roi de Hedjaz, l’émir Faycal.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button