Louis Guédet

Dimanche 23 février 1919

1626ème et 1624ème jours

7h soir  Beau temps quoique couvert. Messe rue du Couchant à 7h. J’étais émotionné en revenant prier dans cette petite chapelle de St Antoine de Padoue qui est intacte ! Une 30aine (trentaine) de fidèles, peu de monde de connaissance ! Du reste tous ceux qui rentrent sont plutôt de la classe ouvrière, alors je n’y connais que peu de personnes. Rentré après avoir causé avec Sainsaulieu et lui avoir demandé l’autorisation d’entrer à la Cathédrale à volonté pour Jonas, le dessinateur bien connu (Lucien Jonas, peintre officiel de l’Armée française (1880-1947)), 9bis cour de Rohan à Paris 6ème. Porté mon courrier, été déjeuner 14 rue Petit-Roland chez Gustave Houlon (rue Paul-Adam depuis 1924), je l’ai quitté à 2h et après être passé chez moi pour voir mon courrier, été me promener dans Reims. Fait tout le faubourg Cérès, visité le cimetière de l’Est, un désastre, bouleversé par les obus et sillonné de tranchées. La tombe du Père Jenner est indemne. Prié et pleuré sur cette tombe pour et sur ma vie misérable !! Poussé au-delà de la ligne de chemin de fer de Reims à Châlons à voie unique, été jusqu’au Linguet, c’est un désert haché de tranchées ! Revenu par le boulevard Pommery et la rue des Augustins. Quel désastre.

Entré rue des Augustins dans l’ancien petit séminaire ou avec Guernier, conseiller municipal, j’ai visité les salles de l’ancien tribunal civil, salle de correctionnelle, du tribunal de commerce, des Prudhommes et des assises (ancienne chapelle) ! seule la salle de commerce serait peut-être arrangeable pour mes audiences (le bâtiment a été démoli, à la place a été construit l’annexe et l’internat du Lycée Libergier qui a ouvert en 1963) ! aussi d’accord avec Guernier, je dois renoncer à m’y installer et je prendrai une salle à l’École Professionnelle !

Guernier m’a demandé quand je pensais reprendre mes fonctions. Je lui ai répondu : « Dès que mon Décret de réintégration serait paru !! » Il a insisté surtout sur les accidents du travail qui sont assez nombreux. Je l’ai quitté d’accord en tout. Il qualifié vertement les juges du Tribunal Civil qui ne veulent pas rentrer !…  à Reims !!

Rentré chez moi par les rues de Contrai et du Jard. J’avais le cœur broyé et saignant de tout ce que j’ai vu !!

Écrit quelques lettres, je vais dîner et me coucher, je suis fatigué !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 23 – Mgr Neveux prêche à Saint-Sulpice. Visite d’un officier Suédois en mission et d’un Français ; de M. Couty curé d’Olizy ; de M. Godin curé de Merfy qui retourne à Tagnon en attendant que sa maison soit prête à Merfy, ainsi que l’église

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 23 février

Le Comité des Dix, réuni sous la présidence de M. Pichon et M. Tardieu, remplaçant M. Clemenceau a examiné toute une série de questions:
La création d’une zone intermédiaire entre Hongrois et Roumains en Transylvanie a été renvoyée au conseil supérieur de guerre de Versailles.
La reconnaissance du gouvernement polonais par les alliés a été décidée à la suite de la séance de la Diète polonaise, où les ministres polonais ont vu consacrer leur pouvoir et où M. Paderewski a été acclamé.
M. Clémentel a présenté les conclusions de la commission chargée d’établir un plan de travail pour l’étude des questions économiques.
On a décidé de renvoyer les mesures d’ordre transitoire au conseil économique créé par la Conférence, sur la proposition du président Wilson.
Les dispositions devant avoir un caractère permanent seront examinées par une commission spéciale qui sera créée à une séance prochaine de la Conférence. Les cinq délégués des puissances qui ont préparé le plan de travail de la commision sont chargés de préparer une méthode de travail avec division en sous-commissions et proposeront une composition de la commission en tenant compte des observations faites par lord Milner, relativement à la représentation des Dominions anglais.
Le ministre du Danemark a ensuite exposé le point de vue du Danemark relativement au Slesvig. L’examen de cette question a été renvoyé à la commission des affaires belges.
Kurt Eisner, le président de la République bavaroise, a été tué dans la rue, à Munich, au moment où il sortait du ministère des Affaires étrangères. L’assassin, le comte Arco Valle, lieutenant de la garde, a été mortellement frappé par un matelot.
Une bataille à coup de revolver a eu lieu au Landtag. Le ministre Auer a été grièvement blessé et le député Oertel, tué. L’agitation est très grande à Munich.
Une séance tumultueuse a eu lieu à l’Assemblée de Weimar. La force armée a expulsé un député.
Guilbeaux et Hartmann ont été condamnés à mort par contumace.
La reine d’Italie a quitté Paris.
L’arrivée de M. Wilson à Boston est retardée par la tempête.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button