Louis Guédet

Vendredi 6 décembre 1918

1547ème et 1545ème jours

2h soir  Beau temps. Peu de courrier. Lettre de Robert, une carte postale d’Haguenau. De nouvelles troupes, nous logeons un médecin-major à 4 galons, ce sont des sénégalais. Je vais aller à Vitry-la-Ville porter mes lettres. Je suis toujours bien triste. Je suis désorienté et ne sait que décider, faire ou diriger mes pas. Je ne vois nulle porte de sortie à l’impasse dans laquelle je me trouve ! Tout est comme un gouffre autour de moi.

6h soir  Été à pied à Vitry-la-Ville avec Marie-Louise. Entre Cheppes et Vitry nous avons rencontré 4 militaires, qui se mirent à critiquer mon ruban rouge ! que je l’avais gagné facilement et loin du danger ! J’ai eu l’intention de leur dire que je l’avais gagné sous le feu de l’Ennemi, et qu’eux ne pourraient en dire autant ! Mais à quoi bon ! Voilà l’esprit de nos troupes actuellement ! Irions-nous au bolchevisme ? D’après une note dans les journaux rendant compte d’une réunion du Garde des Sceaux Nail et Pams avec la commission parlementaire au sujet de la levée de l’État de siège et de la censure. On semble le craindre. (Rayé) peut-être par une (rayé). Cela ferait payer leur lâcheté et leur égoïsme à la (rayé) ! Cela me (rayé) un peu (rayé) en voyant ces (rayé) !

Robert à Haguenau est près de Marienthal, abbaye couvent. Il aura de jolies promenades à faire dans la forêt d’Haguenau, et il est bien près de Woerth et Reichshoffen.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Vendredi 6 – Voyage vers Rome, sans escale.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 6 décembre

Le roi et la reine des Belges, accompagnés de leur fils ainé, sont arrivés à Paris, où ils ont été chaudement acclamés.
La 3e armée américaine, continuant sa marche au sud de la Moselle, a atteint la ligne Berncastel-Malborn-Otzenhausen.
Les Allemands, commençant leurs restitutions, ont remis une somme de 300 millions en or, provenant du trésor russe. Ils ont restitué également des objets d’art. On estime, qu’ils en avaient pris pour 2 milliards.
M. de Romanones a renoncé à former à Madrid un cabinet de coalition. Devant le refus des autres chefs de partis de collaborer avec lui, il a pris la décision de constituer un cabinet purement libéral.
M. Wilson a manifesté l’intention de rester environ six semaines en Europe. Il ira en Angleterre, en Italie, et peut-être en Belgique. Au cours de son voyage à Rome, il irait rendre visite à Benoît XV.
Kurt Eisner semble redevenir en faveur à Munich, après avoir provoqué contre ses actes une vive opposition.
L’Entente a refusé d’adoucir les conditions de l’armistice naval conclu avec l’Allemagne.
La première journée des élections anglaises – celle de la proclamation des candidats qui n’ont pas de concurrents – a donné soixante-quatre élus à la coalition libérale-conservatrice, c’est-à-dire gouvernementale; quatre au parti Asquith, douze aux travaillistes et vingt-quatre aux Sinn Feiners d’Irlande.
Les troupes franco-anglaises ont été chaleureusement accueillies à Bucarest.
Charles 1er aurait manifesté le désir d’être candidat à la Constituante autrichienne.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button