Louis Guédet

Mardi 17 décembre 1918

1558ème et 1556ème jours

6h soir  Temps humide et froid. Pas sorti, travaillé toute la journée à rattraper mon retard. Je m’effraie de celui que mon retour à Reims me causera. Y suffirai-je ? Le décret me réintégrant et m’adjoignant Bourgogne sera rendu courant janvier. Il me faudra donc être rentré fin janvier. Pourvu que je trouve un clerc ou 2 d’ici là… !… Jésus le greffier des 2ème et 4ème cantons va rentrer à Reims. Je serai donc paré pour mes justices de Paix. Restera la question habitation et nourriture. Je me camperai rue des Capucins 52, en attendant… Tout cela m’effraie beaucoup !!… Je me sens si peu fort !

Nous attendons Jean demain ou après.

Une bien bonne : à l’entrée de sa porte le Procureur de la République a fait accrocher une pancarte avec ces mots : « Soyez brefs, notre temps est aussi précieux que le vôtre ! » A quand les versets de la Bible affichés tout autour de son cabinet ?!! çà viendra un jour !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Mardi 17 – Dîné à S. Louis, auprès de Mgr X. per Bacco ! Visite à Dom Perego, au Comte de Salis, aux R. P. Trappistes, à Mgr Luzzani ; aux Soeurs de S. Joseph Via Cairoli ; aux Chartreux ; Visite de Mgr Pisani.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 17 décembre

M. Wilson s’est rendu à l’Hôtel de Ville, où il a été reçu en grande pompe.
Le gouvernement vient de prendre toute une série de dispositions au sujet de la démobilisation des R.A.T. et des hommes assimilés.
M. Sidonio Paes, président de la république portugaise a été assassiné. Le meurtrier a été tué sur place. Les Chambres ont été convoquées et le ministre de la Marine, chargé de la présidence provisoire.
Il résulte d’un rapport officiel de l’ambassadeur d’Espagne à Langensalza, que 9 Français ont été tués et 8 blessés dans ce camp.
Une note officielle de Bruxelles dit que la Belgique est unanime à réclamer la révision intégrale des traités de 1815 et de 1839.
Les usines Krupp annoncent qu’elles vont être obligées de licencier 200.000 ouvriers. 350.000 personnes sont en grève à Berlin. Le président du Reichstag Fehrenbach, prend décidément position contre le gouvernement d’Ebert. Ce dernier, dans une interview, a déclaré que le groupe Spartacus ne lui inspirait aucune appréhension.
De sanglantes bagarres ont eu lieu à Barcelone. M. de Romanones a décidé de suspendre les Cortès.
L’Esthonie proteste contre la politique de l’Allemagne à son égard.
On annonce que M. Bourgeois représentera la France à la conférence de la paix.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

President Wilson with King George V – 1918

 

Share Button