Louis Guédet

Dimanche 22 décembre 1918

1563ème et 1561ème jours

10h matin  Temps gris froid. Nos tirailleurs partent et d’autres arrivent, cela devient réellement ne charge. Quand donc en verra-t-on tous (rayé) se promener dans le centre de la France et dans le Midi pour montrer à tous ces gens de l’arrière ce qu’est un peu la Guerre ! Je suis toujours bien découragé ! délabré ! Je n’ai plus aucun espoir de meilleurs jours. Non, ma fin de vie sera un martyre continuel.

4h soir  Je m’effraie de plus en plus de l’avenir, mes forces m’abandonnent. Je suis exténué, débordé. Courrier énorme que je viens à peine de terminer ! Si seulement j’avais quelqu’un pour me soulager ! mais personne ! C’est pour moi la débâche ! la submersion !…

Jean est parti avec Marie-Louise se promener, le pauvre enfant n’a pas de distractions ici !! J’ai peur !! l’avenir est si sombre pour moi ! Et il me faut retourner à Reims dans cet état, sans aide, seul à suffire à une besogne écrasante, exténuante. Je ne puis plus !!…

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Dimanche 22 – Visite de Mgr Graffin. Visite à M. Deux-Cochin pour lui raconter mes conversations avec le Saint-père et Cardinal Gasparri. Je ne l’ai pas trouvé chez lui. Visite ä l’archevêché.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 22 décembre

Le président Wilson a été reçu docteur en Sorbonne.
M. de Romanones a eu des conversations avec M. Clemenceau et M. Pichon. Les questions traitées auraient été celles du Maroc et de la participation espagnole à la conférence.
Les Alliés ont déclaré qu’ils ne reconnaissaient pas les Conseils ouvriers et soldats allemands.
On annonce une fois de plus la démission du cabinet Karolyi.
M. Wilson sera l’hôte de George V à Buckingham.
Dans ses déclarations, le nouveau président du conseil roumain, M. Bratiano, fait savoir qu’il travaillera à la pleine réalisation des vœux de la Roumanie et qu’il établira le suffrage universel.
La Chambre belge a fixé le contingent militaire à 100.000 hommes sur le pied de paix.
Le conseil national de Fiume s’est constitué en gouvernement indépendant.
Le nouveau président de la république portugaise, l’amiral Canto y Castro, a chargé le docteur Nunes de Ponte, ancien président de la Chambre des députés, de former le cabinet.
Les bolchevistes ont essayé en vain de renverser le gouvernement d’Estonie.
Deux députés belges flamingants sont poursuivis pour trahison.
M. Ludovic Naudeau, le journaliste français emprisonné à Petrograd, par les maximalistes, a été remis en liberté.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Estonie

Share Button