Cardinal Luçon

Samedi 30 – Mgr Neveux va au Secours National de ma part. Visite du Colonel Coignard, de M. Deuze Cochin pour les Évêchés de Metz et Stras­bourg, pour les Droits de la France en terre Sainte. II vient avec la permis­sion de M. Clemenceau pour me prier de traiter avec le St-Père Benoit XV, en vue du remplacement des Évêques allemands de Metz et de Strasbourg par des Évêques français ; et d’obtenir le maintien des droits et honneurs reconnus à la France en Terre Sainte. Cela et mon voyage à Rome ; mes conversations avec le Pape et le Cardinal Secrétaire d’État seraient trop longs à dire ici; écrire une Note spéciale. Visite au Cardinal Amette à ce sujet. M. Letourneau dine avec nous. Visite du P. Dadon le 30 novembre à 6 heures

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 30 novembre

Des toasts chaleureux et à l’avenir de l’Entente, ont été échangés entre le roi d’Angleterre et le Président de la République.  » Nous sommes unis à jamais « , a dit M. Poincaré.  » J’offre l’hommage de mon respect à la nation française  » , a dit George V.
Le comité exécutif du conseil socialiste de Munich a adressé au conseil socialiste de Berlin un télégramme pour l’engager à renverser le gouvernement Ebert-Haase, qui a maintenu comme ministres Erzberger, Solf, David et Scheidemann. De son côté, Kurt Eisner, président du conseil bavarois, a signifié au gouvernement de Berlin qu’il rompait tous rapports avec les représentants actuels de l’office des Affaires étrangères.
M. Barth, l’un des six commissaires du peuple, a dénoncé un complot contre-révolutionnaire dans le haut commandement allemand. La 6e armée allemande a brûlé le drapeau rouge.
Le nouveau gouvernement de vienne a décidé de faire comparaître en Haute-Cour l’ex-empereur Charles Ier, ses ministres des Affaires étrangères et un certain nombre de ses généraux. On dit que Charles 1er est très déprimé. Les élections à la Constituante autrichienne auront lieu au début de l’an prochain.
Guillaume II va recevoir l’autorisation de voir sa femme, qui viendra au château d’Amerongen.
L’escadre anglaise a pénétré en Baltique.
Les troupes britanniques d’occupation ont atteint la frontière allemande entre Belio et Stavelot. Elles ont capturé 1400 canons depuis le 11 novembre.
On annonce la venue prochaine des souverains belges et des souverains roumains à Paris.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

La Libre Belgique du 30 novembre 1918

Share Button