Louis Guédet

Jeudi 7 novembre 1918   

1518ème et 1516ème jours

8h matin  Du brouillard, journée triste. Je me attelle à ma correspondance ! J’aurais bien besoin d’un clerc, mais personne !! J’y succomberai ! ma foi tant mieux, je suis si las, si découragé !

6h soir  De la brume, mais je ne suis pas sorti. J’ai répondu au flot de lettres qui m’accablent. Je ne fais que cela.

Lettre de Jean qui a été vers Vouziers, et qui dit que sa division a été écharpée. Il est à l’ambulance pour la grippe avec les 3 autres officiers de sa batterie qui sont également pris. Il va mieux. Pas de nouvelles de Robert… Je suis de plus en plus délabré…

Madeleine va demain jusqu’à Épernay au-devant de Marie-Louise.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Jeudi 7 – Expédié lettre circulaire pour l’Appel collectif des Cardinaux (2e). Réunion du 5 décembre. Visite de M. Camu partant pour Reims, afin qu’il y ait un prêtre pour mettre les services religieux à la portée des habi­tants qui rentrent. Nouvelles de la prise de Rethel

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 7 novembre

Le contact a été maintenu avec les arrière-gardes de l’ennemi, qui, sur l’ensemble du front, continue à battre en retraite.
A l’est de la Sambre, nous avons occupé Barzy. Au nord de Marles, nous avons dépassé Marfontaine et Voharies.
Les troupes italiennes ont enlevé le Thuel, atteint le ruisseau le Hurtaut, au sud-est de Montcornet.
A l’ouest de Rethel, nous avons occupé Barby, sur la rive nord de l’Aisne. Entre Rethel et Attigny, nos détachements ont franchi l’Aisne en plusieurs points.
Plus à droite, nous avons atteint les lisières de Lametz et poussé jusqu’aux abords de la Cassive, au nord-est du Chesne.
Les Anglais ont poussé en avant, au delà de la forêt de Mormal. Ils ont progressé à l’ouest de Bavai et en d’autres secteurs du front de bataille en capturant un certain nombre de prisonniers.
Les Américains sont dans le bois du Fond-de-Limon, d’où la ligne s’étend par Flaba, Maisoncelle et Chemery. De durs combats se livrent sur le front de Sivry-bois de la Grande-Montagne.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button