Louis Guédet

Lundi 2 septembre 1918

1452ème et 1450ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Parti à Vitry. Reçu par le Procureur de la République de Vitry (le Président M. Thomas était absent) et M. Goeury, juge de Paix d’une façon charmante. Je fixe mes audiences le mardi afin d’avoir la salle à ma disposition, les mercredis, jeudis, vendredis et samedis étant pris, je fais mon installation officielle à cette date. Je trouve un vieil expéditionnaire de Bigot, notaire à Reims, réfugié à Vitry, 36, rue du Lion d’Or, le Papa Grojean, blessé durant les bombardements, qui accepte de me servir de greffier. Ce qui évitera à Landréat et à Dondaine de se déranger d’Épernay ou de Troyes… Rentré à 5h, je trouve une lettre de Maurice Lepitre me disant que sa permission cesse le lendemain mardi 3 après-midi, et que si je veux le voir et faire signer leur partage de valeurs il faut que je vienne demain matin. Je partirai donc demain à 6h11 pour Troissy. Je saute à la gendarmerie faire mentionner mon passeport pour urgence avec bicyclette, afin d’éviter tout accroc dans cette région encore occupée militairement, et en plein champ de bataille.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Lundi 2 – Visite de M. le Doyen de Busancy, et du sous-Lieutenant Sauren, Vicaire de Magenta. Visite à Madame Bollinger, à M. Moret de Rochepinte, à M. le Général Berthelot, au Capitaine Bruchon. Visite de M. l’Intendant Devort, et de l’aumônier Robert

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Lundi 2 septembre

Lutte acharnée dans la région du canal du Nord et au nord de Soissons.
Nos troupes ont progressé pied à pied, et enlevé des centres de résistance que l’ennemi a défendus avec opiniâtreté. Nous avons pris Campagne, sur la rive est du canal.
L’effort de l’ennemi a été très violent sur le village de Chevilly, qui est resté finalement en notre possession, après avoir été repris deux fois par les Allemands. Nous avons fait 200 prisonniers.
Nous avons progressé au nord d’Haplincourt et de Morlincourt.
Au nord de Soissons, nous avons conquis Juvigny et Crouy de haute lutte et atteint Leury. 1250 prisonniers ont été capturés.
Sur le front britannique, les Australiens ont pris la colline et le village du mont Saint-Quentin, au nord de Péronne. Nos alliés ont enlevé Feuillancourt, en y capturant plus de 1500 prisonniers. Ils ont arrêté de grosses contre-attaques allemandes des deux côtés de la route de Bapaume-Cambrai. en infligeant de lourdes pertes à l’assaillant. Ils ont pris Bien-lesBapaume, et amélioré leurs positions entre Vaulx-Vrancourt et Bullecourt.
Les Canadiens ont réussi une opération locale au sud de la route Arras-Cambrai.
Une autre avance a été réalisée entre Sensée et Scarpe.
Le mont Kemmel a été reconquis et les forces britanniques s’approchent d’Estaires

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button