Louis Guédet

Mardi 30 juillet 1918

1418ème et 1416ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Temps magnifique, ce matin du brouillard en allant prendre le train à 6h50 à Songy. Arrivé à Vitry-le-François, fait mes courses, enregistré mes actes que je n’ai pu avoir qu’à 2h1/2, alors de guerre las, je suis revenu de Vitry à bicyclette. 1h1/2 de route sans me presser. Comme j’étais chez le Receveur, 27, rue Carnot à Vitry, Dondaine est arrivé pour faire enregistrer mon partage Simon et d’autres actes. Causé. Le Tribunal serait rentré à Épernay, et on parle de reprendre enfin la suite des affaires judiciaires, en attendant la Délivrance de Reims !!

Le bas de la page a été découpé.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 30 – Nous apprenons que le Prieuré de Binson est démoli. St-Maurice de Reims, incendie !

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Mardi 30 juillet

Au nord de la Marne, nos troupes ont continué leur marche en avant.
Dans la région de l’Ourcq, malgré la résistance de l’ennemi, qui s’efforçait d’empêcher le passage de la rivière, nous avons réussi à jeter des éléments avancés sur la rive nord. Nous avons pénétré dans Fère-en-Tardenois. Au nord-est de la forêt de Ris, nous avons atteint Champvoisy.
Sur notre droite, nos troupes ont enlevé Anthenay, Olizy-Violaine, et rapproché sensiblement leurs lignes de la route de Reims à Braisne.
En Champagne, deux tentatives ennemies précédées de bombardement, dans la région des Monts, ont été repoussées.
Les Anglais ont effectué des avances au sud est d’Arras et dans les environs de Loos. Ils ont fait des prisonniers et capturé des mitrailleuses. Dans le secteur de Givenchy leurs patrouiles ont ramené d’autres prisonniers et une mitrailleuse.
Les aviateurs britanniques ont attaqué les ouvrages militaires et les bâtiments ancrés dans le port de Cattaro. Des dommages importants ont pu être constatés, notamment à la station d’aviation et à celle des sous-marins.
Les aviateurs de la marine ont efficacement bombardé la station d’aviation de Zagosta où un incendie important a été observé.
Nos alliés, malgré le violent tir de l’ennemi, n’ont subi aucune perte au cours de ces opérations.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button