Louis Guédet

Mardi 23 juillet 1918

1411ème et 1409ème jours de bataille et de bombardement

Soir  Pluie toute la nuit. Atteinte légère de goutte, je reste au lit toute la journée. André qui devait aller à Châlons ce matin ne l’a pas pu à cause d’un déraillement près de Vouciennes, simple accident. Rien de saillant, la situation tend à se tasser, hélas.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 23 – Visite de M. François Veuillot ; de M. le Curé de S. Sulpice. Visite à La Croix, à M. Feron-Grau, qui revient de captivité en Allemagne, qui nous raconte qu’au début de la guerre, il se mit à reprendre le travail. C’est bien, dirent les Allemands, continuez, nous vous protégerons. Quand la matière brute fut manufacturé, les Allemands la confisquèrent, s’emparèrent des matières, les envoyèrent en Allemagne, et brulèrent tout ce qu’ils ne pouvaient utiliser à leur profit ! Visite de M. le Commandant Dagonet et de sa femme. Reçu la Lettre Pastorale n° 108

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 23 juillet

Au cours de la nuit, l’ennemi s’est borné à réagir par son artillerie, au nord de l’Ourcq et entre la Marne et Reims, notamment dans les bois de Courton et du Roy.
Entre l’Ourcq et la Marne, nous avons brisé le fortes contre-attaques ennemies dans les régions de Grisolles et de Bézu-saint-Germain. Nous avons maintenu partout nos positions.
Les troupes britanniques ont gagné quelque terrain, au sud-est d’Hébuterne. Une attaque ennemie exécutée à la grenade dans cette région a été repoussée. Nos alliés ont capturé quelques prisonniers.
En coopération avec nous, ils ont exécuté avec succès un raid au sud de Villers-Bretonneux, capturant quelques prisonniers et des mitrailleuses.
Les patrouilles anglaises ont pénétré dans les tranchées ennemies à Neuville-Vitasse, à Calonne-sur-la-Lys, et au nord de Bailleul, ramenant des prisonniers. Un raid ennemi dans ce dernier secteur a été repoussé. L’artillerie ennemie a été active dans le secteur de Locre.
Les aviateurs anglais ont jeté 18 tonnes de bombes sur les voies ferrées de Courtrai et de Lille, les docks de Bruges, trois importants dépôts de munitions et des cantonnements ennemis sur divers points du front. Ils ont abattu quatorze apparei1s ennemis.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button