Louis Guédet

Vendredi 19 avril 1918                                                

1316ème et 1314ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Temps qui tourne au beau quoique gris. Il a gelé. Rien de saillant. Travaillé toute la journée à revoir toutes mes valeurs en dépôt, avec les coupons, etc… Je ne suis pas sorti, et je suis passablement assommé par ce travail fastidieux.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 19 – Incendie de Reims ! Visite de M. Abelé, de Mgr Baudrillart, qui vient me demander si j’ai l’intention de me présenter à l’Académie : il se retirerait devant ma candidature. Visite de M. le Capitaine de Talode du Grait, Capitaine de Cavalerie, 63 rue de Chaillot. Visite d’adieu à la Rev. Mère. Retour de M. Compant.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 19 avril

Pas d’action d’infanterie sur notre front.
L’ennemi a bombardé violemment nos premières lignes et quelques villages de la région au nord de Montdidier. Nos batteries ont efficacement contrebattu l’artillerie ennemie et exécuté des concentrations de feux sur les positions allemandes.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Quatre avions allemands ont été abattus par nos pilotes.
Sur le front belge, les Allemands se sont livrés à une attaque en force contre le système des avant-postes entre l’étang Blanckaert et le chemin de fer d’Ypres à Thourout.
Ils ont réussi à prendre pied dans plusieurs des postes belges, mais d’énergiques contre-attaques de nos alliés les en ont complètement chassés. Six cents prisonniers environ sont restés entre nos mains.
L’ennemi a déclenché sur presque tout le front de bataille anglais de la Lys de violents bombardements, qui, de la forêt de Nieppe jusqu’à Wytschaete, ont été suivis d’attaques d’infanterie. Toutes ces attaques ont été repoussées et des pertes considérables infligées à l’ennemi.
Les troupes britanniques, qui avaient réussi à pénétrer dans les villages de Meteren et de Wytschaete, n’ont pas pu s’y maintenir.
Des troupes françaises coopèrent avec les forces anglaises sur ce front.
En Italie, les patrouilles anglaises sur le plateau d’Asiago et les patrouilles italiennes dans la région du mont Tomba ont capturé des prisonniers et du matériel.
En Afrique orientale, la colonne britannique du général Edwards, venant du littoral, et la colonne du général Northey, venant du lac Nyassa, exécutent un mouvement convergent contre les Allemands. La colonne du général Northey a occupé Magna.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button