Louis Guédet

Mercredi 13 mars 1918                                               

1279ème et 1277ème jours de bataille et de bombardement

5h soir  Temps magnifique. Rien de saillant. Les journaux insignifiants, néanmoins ils ont l’air de dire que le Japon va intervenir. Puissent-ils dire vrai et éviter le grand choc sur notre front. Cette pensée m’obsède et me tue. Peu de courrier. Travaillé à mettre au point quelques actes ! Je m’acharne au travail pour ne pas penser. Eté à Songy porter des lettres, revenu par la prairie, je suis éreinté ! Il faisait pourtant un temps idéal, mais mes tristes pensées m’obsèdent et me rendent tout amer.

Jean s’ennuie ici, le pauvre grand, et je ne sais quelle distraction lui donner. Pas de nouvelles de Reims. Et c’est aussi une obsession, plus je reste ici plus je désire ne plus retourner là-bas. Et puis, qu’irai-je faire ?! Reims étant réduit à 1 000 habitants environ. A quoi servirais-je ? Je voudrais bien que ma situation à ce sujet s’éclaircisse et se précise nettement. Je ne regretterai nullement de n’y plus retourner. J’ai comme un sentiment d’horreur. J’y ai tellement souffert ! C’est un cauchemar épouvantable pour moi. Mon Dieu ! éclairez-moi ?! Faites que cette situation  cesse bientôt et que je sache au moins à quoi m’en tenir pour entreprendre quelque chose de stable et suivre une ligne de conduite. Car je suis las de cette vie sans suite, interrompue à chaque instant par maints incidents. Verrais-je une fin à tout cela. Aurais-je des jours heureux et prospères. J’en doute ? Je n’ose plus l’espérer.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

13 mars 1918 – Bombardement vers la gare.

Ce matin, nous venons d’apprendre que nous allons par­tir. M. Em. Charbonneaux, adjoint au maire, nous a donné, à Cul­lier, chef du bureau de la « comptabilité » et à moi, rendez-vous pour après-demain vendredi 15 — 9 h, à Paris, avenue de l’Opéra 19, où il est projeté d’installer, dans les locaux séquestrés d’une banque autrichienne, les services de la mairie désignés pour y être évacués.

Pas de temps à perdre pour les derniers préparatifs, car il s’agit encore, au bureau, de régler certaines choses aujourd’hui même.

Dans l’après-midi, je trouve le temps de courir rue du Cloî­tre 10, boucler en vitesse mon bagage personnel et de faire ame­ner mon lit-cage dans la cour de l’hôtel de ville. Je le recommande aux bons soins de M. Bertin qui a été chargé par le service de l’architecture, de veiller sur le stock des archives et d’en assurer le chargement dans les fourgons militaires qui viendront ces jours-ci.

« Si cela vous est possible, lui dis-je, faites-le partir aussi dans le wagon, vous me rendriez service.

Vous pouvez compter sur moi », me répond-il simple­ment.

Nous demandons à la police les ordres de départ devant nous permettre de monter dans l’une des autos d’évacuation et il est entendu que nous prendrons la voiture devant quitter la place d’Erlon demain matin, 14 mars, à 7 h, afin d’avoir, à Epemay, l’ex­press de midi 4, sur Paris.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos


Cardinal Luçon

Mercredi 13 – On vient chercher ma lettre au Pape, et ma note pour la presse et le Ministre, ainsi que mon télégramme pour le Vatican, demandés par l’envoyé du Capitaine Luizeler à 6 h. soir. Nuit tranquille.

+ 2°. Beau temps. Avions dans l’air. Visite d’adieu de M. le Curé de Saint-Remi. Visite de M. Henry Bordeaux, l’académicien, et de M. Sainsaulieu.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 13 mars

Au cours du raid qui a eu lieu sur Paris, dans la nuit du 11 au 12, neuf escadrilles allemandes se sont dirigées vers la capitale. Près de soixante avions ont réussi à franchir nos lignes. Il y a eu à Paris des dégâts et des victimes. 29 personnes ont péri sous les bombes et 66 sont mortes étouffées dans une panique à une station du métropolitain.
Les Allemands ont éprouvé des pertes sérieuses. Quatre de leurs appareils, dont trois gothas quadruplaces et un appareil biplace ont été abattus ou contraints d’atterrir dans l’intérieur de nos lignes.
Pendant le raid, nos avions de bombardement ont exécuté une contre-offensive extrêmement vigoureuse sur les aérodromes de départ ennemis qui ont reçu 5.800 kilos de bombes. On a observé de nombreux éclatements ayant atteint leur but.
Bombardement assez vif sur la rive droite de la Meuse, en Lorraine, dans la région du Reillon et d’Ancerviller.
Sur le front britannique, les Australiens ont effectué avec succès des coups de main sur les postes allemands, à l’est et au nord-est de Messines. Ils ont tué un certain nombre d’ennemis et ramené des prisonniers. Leurs pertes ont été légères.
Activité des deux artilleries au sud-est d’Armentières et au nord-est et à l’est d’Ypres.
Les aviateurs anglais, ont jeté plus de 490 bombes sur les gares de Reims, Roulers, Ledeghem et Solesmes. Ils ont également bombardé, en plein jour, Coblentz.
Ils ont abattu trois ballons ennemis et cinq aéroplanes.
Un raid de dirigeables allemands a eu lieu en Angleterre sur le Yorkshire.
Le président Wilson a exprimé à la nation russe sa sympathie en lui disant qu’il ne laisserait pas toucher à l’indépendance de sa politique intérieure.
Le statthalter d’Alsace-Lorraine lance une proclamation pour affirmer que le pays d’empire restera allemand.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

 

 

Share Button