Paul Hess

27 août 1917 – Bombardement, ainsi que chaque nuit, sur les voies suivies par les convois de ravitaillement.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Lundi 27 – Nuit tranquille à partir de 11 h. Voyage à Paris. 10 h. bombes sifflantes (à Paris pour réunion des Évêques de la Province).

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 27 août

En Champagne, notre artillerie, poursuivant ses tirs de destruction, a provoqué dans les lignes allemandes l’explosion de réservoirs à gaz, au nord de la ferme Navarin.
Sur la rive droite de la Meuse, nos troupes ont attaqué avec vigueur entre la ferme Mormont et le bois Le Chaume. Notre attaque a parfaitement réussie et nous a mis en possession de tous nos objectifs. Nous avons enlevé, en dépit d’une résistance acharnée, les lignes de défense allemandes sur un front de 4 kilomètres et d’une profondeur d’un kilomètre. Nous avons pris le bois des Fosses et le bois de Beaumont, atteint les lisières sud du village de Beaumont. Une violente contre-attaque débouchant du bois de la Wawrille a été saisie sous nos feux d’artillerie et repoussée avec de lourdes pertes. Nous avons fait de nombreux prisonniers.
Vive lutte d’artillerie sur la rive gauche, dans la région au nord de la cote 304.
Les Italiens ont remporté dans le Carso une victoire dont l’ampleur apparaît de mieux en mieux. Le chiffre de leurs prisonniers monte à 23000.
Sur le front de Macédoine, des détachements ennemis ont été repoussés entre les lacs Prespa et d’Okrida.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


 

Share Button