Paul Hess

Nuit du 9 au 10 août 1917 – Bombardement de la ville.

Obus rues de la Prison, des Capucins, de Vesle.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Jeudi 9 – + 16°. Nuit tranquille jusqu’à 3 h. 30 ou 4 h. Alors gros canon français sur tracteurs gueule (tonne) pendant 1/2 heure ou 3/4 d’heure. De 9 à 11 h. canonnade française, riposte allemande.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 9 août

Activité très marquée des deux artilleries sur la plus grande partie du front de l’Aisne. Des détachements ennemis, qui tentaient d’aborder nos lignes à l’est de Vauxaillon et à l’ouest du plateau de Californie, ont été repoussées par nos feux.
Au nord de Saint-Mihiel et en Haute-Alsace, des coups de main ennemis ont complètement échoué.
Canonnade sur la rive droite de la Meuse, dans le bois de Caurières et le secteur de Douaumont.
Des coups de main effectués par les Anglais sur les tranchées ennemies vers Lombaertzyde leur ont permis de ramener un certain nombre de prisonniers et de mitrailleuses.
Canonnade à l’est et au nord d’Ypres, vers Westhoeck et vers la voie ferrée d’Ypres à Staden. Le bombardement continue, mais avec moins de violence dans la région de Dixmude.
Canonnade sur l’ensemble du front de Macédoine. Deux coups de main ennemis ont échoué dans les secteurs serbes et dans la boucle de la Cerna.
L’aviation britannique a bombardé les campements bulgares, au sud de Velès.
L’armée russe a repris des offensives partielles à la frontière galicienne. Elle recule à nouveau en Moldavie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button