Paul Hess

5-6-7 août 1917 – Journées relativement calmes.

Il est à noter que nous jouissons d’une plus grande tranquil­lité, à Reims, depuis que l’offensive anglaise a été engagée, dans les Flandres.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Dimanche 5 – + 14°. Nuit tranquille, temps couvert, pluvieux, froid qui contrarie les opérations militaires en Flandres, visite de M. Clesse. 8 h. 1/2 orage, pluie. Départ des hirondelles.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

la Bataille de Passendale en 1917 – Flandres  – source : http://www.passchendaele.be


Dimanche 5 août

En Belgique, la lutte d’artillerie a repris une certaine violence, notamment dans la région de Bixschoote. Nos patrouilles opérant à l’ouest de la route de Steenstraete à Wormen, ont occupé deux fermes en avant de nos lignes. Le temps continu à être mauvais.
Dans la région de Saint-Quentin, notre artillerie a effectué des tirs de destruction efficaces sur les tranchées ennemies à l’est de Gauchy.
A l’est de Cerny, deux attaques allemandes, déclenchées dans l’après-midi, ont été brisées par nos feux avant d’avoir pu aborder nos lignes.
Sur les deux rives de la Meuse, activité d’artillerie vers Avocourt et Douaumont.
Canonnade restreinte sur le front belge.
Les Italiens ont bombardé par avions et avec résultat l’arsenal austro-hongrois de Pola.
En Macédoine, un coup de main ennemi a échoué près de Roselli ( à l’est du Vardar ).
L’aviation britannique a bombardé Tenikoï, à 30 kilomètres au nord de Serès.
Les Russes ont marqué quelque activité de reprise d’offensive à la frontière de la Galicie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button