Louis Guédet

Vendredi 16 février 1917

888ème et 886ème jours de bataille et de bombardement

8h1/4 soir  Le dégel avec ce soleil en tout cas, on commence à revivre un peu ! Le calme en tout cas. Inondation de troupes Marocaines dans notre quartier, gare les pillages !! Tout cela, cette fripouille a remué toute la journée comme des sauterelles !! La population en a assez !!

Reçu le XVème volume du Dalloz, « Décrets et lois de Guerre ». En voyant cela, je songe aux Arrêtés du Comité de Salut Public. Bref nos conventionnels ne nous en auraient pondus des semblables…  oui !! nous sommes à une époque semblable à 1793. Nous sommes à un tournant de l’Histoire. Tout tremble, tout craque, tout frémit, tout est lambeausé (en lambeaux). Nous avons en ce moment un nouveau monde, une nouvelle France !! En songeant à cela, je suis pris de vertige comme au bord d’un précipice !! Tout sera à réécrire dans ce Chaos !

Une bien bonne qui m’arrive !! Vers 2h je rencontre Régnier, le sous-préfet, devant le Grand Hôtel, un de ses domiciles, il en a 4, je pourrais dire 5 ou 6. Nous causons et il me parle de la nomination du Président d’appel des allocations militaires et du Président de la Commission Cantonale dont je suis le Président pour le moment. Il bafouille si bien que d’après lui je reste à la Commission Cantonale et ce serait Chézel (conseiller d’arrondissement) qui serait nommé Président d’appel et non moi. Et puis il se met à me parler de Bordeaux, des embusqués, etc…  etc…  Je le quitte car je lui trouve du « vague à l’âme ! » Je file à l’Hôtel de Ville et je raconte cela à Houlon pour le prévenir de ne pas gaffer, puisqu’il paraissait entendre que ce serait moi qui remplacerait M. Bossu, Procureur de la République, comme Président d’appel, et que lui, Houlon, ou un autre, me remplacerait à la présidence aux Commissions Cantonales… « Mais pas du tout, me réplique-t-il, c’est vous qui devez être nommé Président d’appel et à votre place Chézel !! » – « Mais non ! » lui répliquai-je ? « Mais si !! » Bref nous causons et il me dit qu’il est dans le vrai, car Chézel lui a avoué qu’il pensait quitter Reims faute de ressources, un conseiller d’arrondissement !! et que nécessairement il ne pouvait être nommé Président d’appel !!…  Bref nous concluons tous deux que le sous-Préfet devait être un peu…  « blindé ». Il est vrai que par ces temps de bombardements c’est…  prudent et de…  mode !!

Enfin attendons !! l’arrêté préfectoral qui tranchera la question !! Mais je rirais bien avec Houlon si je suis nommé Président d’appel et Chézel Président cantonal !! Le sous-Préfet aura bafouillé avec moi et il aura signé l’arrêté préfectoral sans…  savoir, ou plutôt sans se souvenir de ce qu’il m’a dit !! Et dire que c’est comme cela depuis le bas jusqu’au haut de l’échelle !!! en ce moment !!!! et toujours !!!!

8h3/4  Les brancardiers marocains arrivent et s’installent chez Houbart, près d’ici rue Boulard. Les braves concierges de la Maison sont enchantés de cela, car ils ont failli avoir un dépôt de munitions ! Grâce à moi, j’ai conjuré le mal !! Par contre des beaux galonnés se sont installés de force et par menaces chez Ducancel, mon voisin de la rue Boulard, demandant un petit coin, mais dès le soir ils avaient accaparé toute la maison !! Pillez, cassez, brisez tout, Messieurs. Vous ne savez faire que cela !! (Rayé) !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 16 – Pas fait le Via Crucis, malade. – 0°, glace ; le temps, course de nuages venant du Sud.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 16 février

Entre Oise et Aisne, nous avons exécuté un coup de main sur les tranchées ennemies de la région de Puisaleine. Nos détachements, poussant jusqu’à la deuxième ligne allemande, ont bouleversé les ouvrages et les abris et infligé des pertes sensibles à l’ennemi.

En Champagne, deux coups de main exécutés sur les tranchées allemandes, l’un au sud de Sainte-Marie-à-Py, l’autre à 1’ouest de la Butte-du-Mesnil, nous ont permis de ramener 26 prisonniers, dont un officier. L’artillerie ennemie, contrebattue énergiquement par la nôtre, a violemment bombardé, au cours de l’après-midi, nos positions du secteur de Maisons-de-Champagne.

Grande activité de patrouilles dans les régions de Vailly (est de Soissons), du bois des

et du sud-ouest de Chauvoncourt. Nous avons fait des prisonniers.

Canonnade sur la rive droite de la Meuse, vers Hardaumont et Vaux. Une tentative allemande sur un de nos postes avancés de Bezonvaux a échoué sous nos feux.

En Lorraine, notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les organisations ennemies de Louvigny, Coincourt et Bezange. Nos canons spéciaux ont abattu un avion vers Beaumont (Meuse).

Combat de patrouilles au front belge, sur l’Yser.

Canonnade sur le front du Trentin. Coups de main italien réussis à la Forcella de Coldone et à Va1maggiore. L’artillerie autrichienne tonne sur la ligne de Giulie : les Italiens ont repoussé une attaque.

Violents combats sur le front russe au sud-est de Glotchow.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Bois de Caurières

Bois de Caurières

 

Share Button